31 octobre 2014

"Vendredi, get shorty !" #156

# LA MINUTE DECO

Un petit tour dans la jolie chambre de la blogueuse du oui oui oui studio ? En tout bien tout honneur, évidemment, un petit coup d'oeil dans leur bonheur noyé dans le blanc, le rotin, le bois, et quelques petites touches romantiques. 

OUIOUI1.jpg

OUIOUI4.jpg

OUIOUI3.jpg

OUIOUI2.jpg

Lire la suite

29 octobre 2014

"One for my baby" (Franck Sinatra)

Où je lave mon lange en public 

Des mois que j'y pense, à ce billet. 19 mois sans doute, 24 peut-être, depuis que je palpe du body, de la brassière, du gilet grosse maille et du legging en coton bio. Depuis que je vis ma fashion monomanie en mode mini, depuis que je gère ses habits chéris. Les vêtements de bébé, ce vaste monde dans lequel toute mère est prête à se perdre, et perdre son porte-monnaie. Dépenser pour bébé, c'est sans compter, cela va de soi pour le mini-moi. Et pourtant, il faut bien compter, et sur les doigts d'une main, en suivant la règle de trois : 0, 3, 6, 9, 12, 18, 24 mois. Plus la progéniture grandit, plus il faut compter vite. L'addition vire à la multiplication. 

babylook.jpg

DSCN8319.JPG

Moi, parfois, je me pavane en Isabel Marant. J'économise et vide un tiers de mon dressing pour me payer le beau sac Jérôme Dreyfuss de mes rêves. Je traverse tout Paris pour vider l'assurance-vie à la vente presse Ba&sh. Et ma gigoteuse ? Je l'habille en Zara et Monoprix. En fantaisie, quelques pièces Blune ou Petit Bateau,mais toujours avec un 1, 2 ou 3 devant le zéro. Les jolies robes à 60 euros l'unité, les manteaux à 80 euros, je ne m'y ferai jamais. Elle les mettra deux mois tout au plus. 60 euros, c'est le prix d'une robe taille adulte que je pourrai mettre un bon paquet d'année vu que d'après les lois de la nature, il n'est pas prévu que je grandisse (encore)(heureusement). Une ou deux fois, j'ai culpabilisé. A moi la grande marque, à elle la petite démarque. Puis la raison reprend le pas sur ma passion. Pour ma gigoteuse, qui prend les centimètres comme moi les soucis, on peut faire joli sans être hors de prix. Elle a tout le temps d'être dans mes jupons.  

01:49 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (17)

21 octobre 2014

"Country woman" (The Bee Gees)

Où je pars en campagne urbaine 

Bien sûr, je sais à quoi je m'expose. Dans mon open-space hautement chargé en testostérone, adepte du plateau boeuf-patates-soda gazéifié à la cantine, cette robe ne passera pas l'hiver. Elle passera à peine la porte, la mignonne, qu'elle aura déjà droit aux regards interloqués et peinés de mes congénères. Trop large, trop collet monté, trop imprimée, trop tout, trop rien qui n'aura grâce à leurs yeux. Elle n'en a que plus de valeur, cette robe Leon & Harper : la bonne coupe, la bonne matière, les bons imprimés qui lui confèrent un petit air Isabel Marant des belles années. Foin de mon environnement de travail arriéré : cette robe champêtre mérite bien qu'on fasse campagne pour elle, non ? 

leonouv.jpg

grosplan.jpg

leonlegende.jpg

leon1.jpg

Aux pieds, mes boots Sezane (bilan de deux journées avec : trois ampoules sur le même pied, les illuminations de Noël en avance), à l'épaule ma vieille sacoche Sessun, et sur le dos mon bon vieux bien-aimé perf' Isabel Marant. De quoi parcourir les grands espaces urbains sans être trop à cheval sur la tendance.