Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2007-10 | Page d'accueil | 2007-12 »

"VIP" (Philippe Katerine)

30 novembre 2007

Ou le chapitre 6 de "La Vente Presse pour les Nulles", pour les moins nulles et pour celles qui passent par là et qui du coup, reviendront demain

Chapitre 6 : savoir crâner

Plus fort que les barrages de sécurité de Brégançon ère Sarko, plus prisé qu'une montée des marches le soir de la clôture du Festival de Cannes, plus venteux qu'un trekking en chapka Prada dans la banlieue de Rovaniemi, la vente presse Isabel Marant, 18e du nom, où une grande fille réussit à s'infiltrer une opening matinée de presqu'hiver. A la main, une invit' sans nom, confiée par une généreuse internaute solidaire (Gaétane, je te dédie ce livre). A ses côtés, une Angie, encore*, fossilisée sur le boulevard Philippe Auguste depuis 9h du mat'. Les filles, autour, dégainent leurs passeports pour faire foi de leur VIPitude, et je me contente d'ouvrir mon invit' pour que le vigile me laisse simplement tranquille. Sursis accepté, mais sursis momentané (*attention, attention, pléonasme*) : au moment de passer en caisse, figurez-vous qu'on vous redemande votre carton pour biper le code barre qui y figure. L'est comme ça, l'Isabel : elle fiche, elle code-barre, elle flique un peu la cliente de peur qu'elle sorte du droit shoppin'. "Tiens, c'te mademoiselle Jugnaud, elle est radine, elle achète que des tricots de peau ; Pourquoi Zoé Félix n'est-elle pas venue cette année, hein, c'est pas faute de lui prêter des robes pour ses soirées Motorola ? Et comment ça se fait que ce week-end, on ait deux passages en caisse de Lucie Bidule?" Isabel Marant, une créatrice dans l'air du temps.

Bref, à mon passage en caisse, l'a bien fallu que je me relance dans un de ces solos*² dont Francis Huster me demande des nouvelles à chaque fois qu'on Poilâne, le dimanche : "Alors, vous comprenez, il n'y a pas mon nom sur le carton car c'est celui de ma cousine, elle m'a envoyé à sa place car elle est enceinte jusqu'aux dents ... 8e mois, grossesse à risque, ça pardonne pas mais on peut rester belle en étant grosse..." Scène 1 de l'acte II, je n'ai jamais eu de cousine, la vendeuse opine et pianote mes coordonnées perso' dans le fichier. Il est 11h34 ce jeudi 22 novembre quand j'entre officiellement dans le monde des VIP.

robeaallatrobemarant1

Robe manches tulipe, 85 euros, écharpe 30 euros

jupecourte

Jupe courte en jean qu'on voit pas trop bien, 80 euros

jupeetcharpebambi

Jupe en laine bouillie mais pas cuite, 70 euros, écharpe 30 euros, et le verso du Bambi

* : voir le chapitre précédent

*² : voir le chapitre 1

* non, rien, mais on dit jamais deux sans trois

C'est moi ou il faudrait bientôt clore ce guide de la vente presse? April, May ou November, Decembeurre?

"Si tu disais" (François Breut)

28 novembre 2007

Ou comment je poursuis mon histoire d'hier par un babil d'aujourd'hui que j'insère tel un codicille suspensionné à mon chapitre 5 de La Vente presse pour les Nulles

Si je disais, les sacs, demain,  j'arrête, tu ne me croirais pas, l'internaute. Et tu aurais raison, malgré ton impudence. A mon poignet d'Achille, depuis samedi, le sac ultime (voilà pas que j'ai dit ça de Billy by Jérôme Dreyfuss la semaine passée, et je recommence, et alors, je te demande quand t'arrête de cloper? Le 1er janvier? Je suis cruelle).

Flash back : un Erotokritos petit modèle en daim gris acheté en vente presse, admiré hier. Aïe.
Nouvel élément au dossier : un Erotokritos petit modèle en cuir gris métallisé façon python en vente sur Ebay. De la nouvelle collection. Re-Aïe.
Mon plan d'urgence : quitter le premier céans pour le second. Un email, un coup de fil, il est à moi. Aïe au cube soit aïe aïe aïe.

Jusqu'à la dernière minute de la remise en mains propres de mon nouvel homme-serpent, tout se passait bien. Mais quand j'ouvre le dust-bag du sac que je viens d'acheter pour 170 euros, soit le prix de vente de mon petit daim, je n'en crois pas mes yeux.

009

Sans le savoir, merci monsieur Ebay, je n'ai pas acheté le petit modèle, j'ai acquis le grand, l'incommensurable, le 782 dollars de ShopBop:

ultimateeroto003

Aujourd'hui, l'internaute, fi du copyright, exceptionnellement, je t'autorise à buder.

Demain, mon chapitre 6 de la Vente Presse pour les Nulles : Savoir crâner

"High hopes" (Frank Sinatra)

27 novembre 2007

Ou comment je reprends le Guide "La Vente Presse pour les Nulles" là où je l'avais l'aissé, c'est à dire sur un sac Erotokritos

Chapitre 4 : Savoir renoncer

De hautes espérances, j'avais mis en cette vente presse Erotokritos. Couru par monts, couru par vaux, pour rallier à pied le Taj-Mahal, un local vers République, là où enfin, ça devait se faire, mon Chypriote et moi. Devant la porte, il y avait Angie, la fille qui pointe son carton avant même que la collection ne soit cousue et qui en plus, sait partir sans rien dépenser. En gros, celle qui n'achètera jamais mon disque livre.

A l'intérieur, des piles de chaussures dont je n'ai foutrement pas besoin (je vous l'ai dit au chapitre 29, on trie), des écharpes en lamé, des pulls trop courts, des blouses que je qualifierai de vintage tant je ne saurais dater leur ancienneté au carbone 14 et surtout, des filles qui mettent deux heures à essayer une écharpe avant de la reposer. Mes hautes espérances, je ravale aussitôt, chypriote ou pas, je ne suis pas une fille facile. Mais, parce que c'était lui, et surtout parce que c'était moi, je repars tout de même avec deux babioles :

sacerotokritosgrisrobeeroto

Sac carré Erotokritos en daim gris et robe

Il n'a pas échappé aux plus assidues d'entre vous, Camille, Daphné, Kirsten, que la première de ces pièces a été Ebayée et acquise aux enchères, lundi, par une Erotomane anonyme. "Galliane, t'es trop conne d'acheter un tel sac pour le revendre", dit l'infra-texte. "Même pas, elle répond la Galliane, j'ai fait ça pour une belle et grande raison". Vous croyiez qu'une histoire où il est question de sac et d'Erotokritos, ça doit se terminer par une piteuse enchère sur Ebay? Sans tralala, sans filles hystériques qui hurlent, sans "deus ex machina"* ? Nenni, les amies. Mais comme la Galliane est vexée que vous ayez pu le penser, la raison, elle vous la donnera demain. Bonsoir par chez vous. Kirsten, if you don't read French fluently, Galliane is buding*.

*Là, tu te sens bête de pas avoir écouté en cours de Français quand on t'entretenait de Molière. Ben je cautionne pas, donc tu vas demander à mon ami Petit Robert ce que ça veut dire.

"Girls" (The Beatles)

26 novembre 2007

Ou 15 filles, une créatrice, plusieurs possibilités

Elles ont apporté des bonbons. Parce que les fleurs, c'est périssable, puis les bonbons c'est tellement bon, bien que les fleurs soient plus présentables.
Coquelicots pour miss Cily, coca qui pique pour la gente Fanny, 15 blogueuses triées à la volée ont applaudi, samedi, la 1re vente en appartement de la Fée. Comme fallait faire quand même comme si c'était VIP, ben les 15 heureuses élues ont attendu en bas 15 minutes qu'on leur ouvre la porte. Les créatrices, ça aime faire genre. La grande Galliane aussi, vous commencez à la connaître, avec ses oxymores et ses chinchillas.


Donc, évidemment, j'ai foiré la partie "représentation picturale de l'événement", et je vous sers  du joli n'importe-quoi pour respecter ma ligne éditoriale : "le poids des mots, le flou des photos".

vente1

vente2

Bilan de la journée : une circulation beaucoup plus fluide qu'au Salon du Prêt-à-Porter, définitivement ; des essayages de So Sweat' en salle de bain et un admirage final en cuisine Schmitt ; du bonbon à foison et de la chouquette pour niquer sa diète ; des sourires, une maman qui tâte du molleton, du Feist, de la manche ballon, du "Tu me dis ce que t'as acheté chez Isabel Marant, putainnng?".
Au final, miss Muriel a pris le bonnet en noir et Le Parisien ne fait pas sa couv' d'aujourd'hui dessus, il ne restait plus qu'un So Sweat sur le portant, à peine deux litres de jus de fruit ont été bus et mon Brun est prêt à épouser celle qui a apporté les muffins géants.

sosweatp2galliane

Sweat rose poudré, blouse sweat "Galliane"

Ce sera pas non plus marqué dans Le Parisien, mais il reste quelques merveilles à acquérir, notamment les fameux gilets de Punky B. Pour cela, contacter La Fée, 15e lien à gauche. Vous verrez, elle a fait quelques séances photo dernièrement, mais elle a pas encore trop pris la grosse tête. Que celles qui ont poireauté 30 minutes samedi confirment. Merci, les filles.

00:00 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (42)

"Bills, Bills, Bills" (Destiny's Child)

23 novembre 2007

Ou comment j'ajoute un chapitre 4 totalement pas prévu au programme sur ordre de mon éditeur Brun à ce guide de la Vente Presse pour les Nulles

Chapitre 4 : savoir renoncer

Hier matin, tandis qu'Albert Michaud reprenait son service clope de maïs au bec au volant de son Corail, dans les quartiers Est de Paris, une fille, grande, tagguait sur les murs de la vente presse dont ellle venait de sortir : "Isabel M. m'a tuer". Isabel, au bic noir qui marque pas j'écris ton nom car trop de portants, trop de jupes, trop de robes, trop de tout, ma tête, mon chèque, ma tête. Alors, pour ne pas qu'Isabel m'ait totalement eue, parce que sinon vous n'aurez plus rien à lire car j'arrêterai ce blog sur ordre de mon Brun, je lance le second volet de mon opération : "on fait de la place dans les placards pour les nouveaux arrivants". Un classique de la période des ventes presse, pendant laquelle les filles pas pressées peuvent, elles, réaliser de super affaires sur Ebay.

Donc, ouste certains de mes chéris, qu'il faut adopter de toute urgence parce que je sais que vous les aimerez à leur juste valeur. Oui, tout à fait, un mois avant l'heure, c'est un peu ambiance Le Noël des Animaux, sans la SPA et le cheveu sur la langue de Boug'-Dubourg, mais on garde l'esprit qui fait pleurer dans les showmières. Regarde-les, ces petits, comme ils sont mignons, regarde-les. 

sacerotokritosgrisblouseetvoussacbrontibay

ballerines012blouse_Sandro

Pour adopter un sac carré Erotokritos gris, tapez 1
Pour adopter une blouse manches ballon Et Vous bleu nuit, tapez 2
Pour adopter un Barbara de Brontibay, tapez 3
Pour adopter des ballerines Mellow Yellow, tapez 4
Pour adopter un sac Comptoir des Cotonniers, tapez
5
Pour adopter une blouse Sandro, tapez 6

Ne les laissez pas passer l'hiver dehors. Merci pour eux. (Mode "Michel Drucker du dimanche soir qui reçoit Enrico Macias pour vendre son disque" off)
Tant que j'y suis : pour les filles qui viennent à la vente de La Fée demain après-midi, on évite les talons aiguille? On sera bien mignonne.

"Red alert" (Basement Jaxx)

22 novembre 2007

Ou comment je poursuis mon guide "La Vente Presse pour les Nul(le)s " bientôt édité chez J'suisFashionetjemesoigne Editions.

Chapitre 2 : être vigilante

Parce que les plus belles choses ne sont pas devant vous. Non. Les plus belles choses, elles sont déjà aux bras de Camille,  sur les grosses fesses de Michèle ou autour du cou de Chloé. En vente presse, un seul mot d'ordre : la récup'.

Lieu : Boulevard de la Bastille. Cible : Jérôme Dreyfuss.
Malgré la grève, le boulot, le froid, Jérôme me voilà. Et c. Jérôme, pardon chez Jérôme, fallait que je la fasse celle-là sinon mon mentor Florence F. en aurait lâché son avion de Barbie, ben c'est la fête et y'a tout le monde. Y'a Raoul, y'a René, y'a Billy, y'a Jules y'a Louis et tous ses amis.

jd1jd2jd3jd4

Mais y'a plus de noir. Alors qu'Angie, elle m'avait dit qu'initialement, il y en avait, mais qu'une vendeuse un peu patronne avait fait irruption et caché certains modèles noirs. La méchante. J'essaie donc un ravissant René encre quand je vois une vendeuse sortir de ses cartons un énorme Billy noir et le tendre à une jeune femme. Moi, eyes sparkling, bave emerging : "Moi aussi, je le veux madame". En face, nothing : "c'était le dernier et il est vendu". Je me retourne : la dame l'essaie, il a pas l'air vendu du tout, elle hésite avec son Robert et donne du tu à la cruelle vendeuse : "T'en penses quoi, XXX?" Si elle savait ce que j'en pense, elle partirait vite en retraite à Montfleury-les 3 Chaumières. Je rôde, je bude, je fais grise mine d'essayer quand même alors que je ne veux qu'il, oh oh.  Miracle, après 5 minutes, la chanceuse rend Billy à sa copine vendeuse qui va pour le remettre dans un carton. Moi tenter la naïve esquive : "Ben il est plus vendu, là, donc je le veux bien". La vendeuse, gênée, regarde une autre vendeuse, gênée, puis la 3e, encore gênée. Silence dans la salle. Puis elle me tend le Billy modèle large, que j'adopte aussitôt après avoir chèqué. La caissière, à voix basse : "dites donc, vous avez eu drôlement de la chance, ma collègue l'avait gardé pour sa meilleure amie. Ceux-là, en général, on les met de côté parce qu'ils sont noirs et ressortent chaque saison." Nous étions vendredi 16 novembre. Sur mon calendrier, un vrai Vendredi 13.

billy1billyOK

Demain, chapitre 5 de la vente presse pour les Nulles, savoir rompre.

"Beauty on the fire" (Natalie Imbruglia)

21 novembre 2007

Ou comment je propose un intermède zen et relaxant (mais sadique) dans la furiosité sourde des ventes presse, et je révèle le secret de ma frénésie de shopping

Attention, grande première. Tapis rouge, boule à facette, Champomy et robe Alain Manoukian de sortie, aujourd'hui, je cause beauté. On m'y a un peu poussé, faut dire. On s'est dit, dans des hautes sphères, que je ferais mieux de soigner un peu ma peau, à 25 balais, qu'est ce qu'elle fiche cette grande duduche. On a sûrement lu, aussi, ma plus belle confidence beauté, glissée chez Punky B il y a un mois : "Alors moi, les crèmes, je les choisis en fonction de l'emballage. Là, c'est Happyderm, parce que la pompe est rose et a une jolie forme". Sourire de Fernandel. Donc, on a eu pitié, on s'est senti investi d'une mission et on m'a envoyé ça :

kenzoki

Une jolie gamme Kenzoki de Kenzo à tester, merci Buzzparadise.

Alors comme je suis docile et un peu Joëlle Goron dans Frou Frou, je teste. Mise en place imminente d'un Kezako Kenzoki pour vous dire si l'eau bienfaitrice euphorisante, le duo sensuel peau tentatrice, le duo dopant peau ravivée ravitaillée, l'eau bienfaitrice sensuelle etcoetera ont un effet sur ma peau saccagée par des merdailles achetées en grandes surfaces. Ben oui, vous croyez que je me paie du Jérôme Dreyfuss et du Erotokritos en vendant mon corps mes meubles ?  Pif paf pouf, secret de ouf' :  je réduis à néant mon budget beauté. Dentifrice, crème hydratante d'opérette en supérette, déodorant itou et gel douche Le petit Marseillais pour grande cagole, voilà tout. Donc si vous voulez de la vraie beautéconseil, vous vous êtes trompées de fenêtre, c'est .

Vous : "Mais tu n'as pas peur de ruiner ton capital dermique? Tu ne regardes pas la composition de ce que tu achètes? Tu ne t'épiles pas l'hiver?" Que de questions, que de questions. Je vais mettre ma crème planante, et je reviens répondre. Ou pas. 

Et vous? Quelle est la répartition de votre budget shopping mode / shopping beauté? Et Kezako Kenzoki?

Demain, chapitre 4 du guide Vente presse pour les nulles : la vigilance.

00:01 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (30)

"No surprises" (Radiohead)

20 novembre 2007

Ou encore et toujours la Vente Presse pour les Nulles

Chapitre 2 : savoir trier

Monique n'aime pas particulièrement la peau de bison. Monique n'a jamais vraiment perçu l'utilité de jambières dans sa garde-robe, Monique va au boulot en ballerines et en trench c'est bien comme ça. Mais quand Monique a vu que ces cuissardes en peau de bufle faisandé siglées Prada ne coûtaient plus que 150 euros au lieu de 350, Monique a tout de suite changé d'avis. Monique s'est dit qu'elle n'avait rien pour aller cueillir les bolets safranés, le week-end, dans sa petite maison de campagne "du côté de ... Nogent".

Monique, c'est vous. Monique, c'est moi (et pas nous, Monique Ranou). Monique est une femme donc un être faible, donc la parfaite cible des organisateurs de vente presse. Monique ne connaît pas encore le BA-ba de l'acheteuse futée mais pas bison : le tri. Trois petites lettres qui raviraient son banquier, et son chéri aussi, pas très fan du faisandé non plus.

Lieu : Place des Vosges. Cible : Maje

Rien de pire, sûrement, que les ventes presse Sandro et Maje. Parce que que ces deux marques créent des modèles spécialement pour ces ventes, et ainsi pour les soldes, donc il y a de la quantité et de la taille. Et cette année, il y avait de l'imprimé madras, donc Monique Galliane eut du mal à se tenir à carreaux (madras, carreaux, oh oh oh). En 15 minutes, Galliane avait 9 pièces sur le bras gauche, en mode d'atrophie avancé. Et Galliane n'avait pas inspecté les gilets ni les paletots, alors que Galliane a déjà 8 vestes dans sa penderie. Galliane était mal, très mal, et Galliane s'est souvenu avoir revendu 98% de ce qu'elle avait pris aux VP estivales. Un éclair de lucidité : aussitôt Galliane a une jeune et trendy  femme repéré, et lui demanda avec elle de trier. Sur 9 pièces, il est finalement resté ça :

robemajecarreauxrobed_tailplastron

Je ne l'ai pas volontairement pas accessoirisée pour que vous puissiez juger

robemajenuitrobenuitmanche

Vous ne voyez pas bien sur la photo, mais il y a un effet de volants surpiqués sur cette robe bleu nuit très réussi.

Et si tu vois, un jour, Monique essayer une robe Maje en polyester bleu des mers du sud, tu aides Monique, car un jour Monique t'aidera. Amen.

"Lie to me" (Bon Jovi)

19 novembre 2007

Ou comment j'inaugure une série "La Vente Presse pour les Nul(le)s"

Chapitre 1 : Savoir mentir

Une frite sans sel. Fonelle sans d'Ormesson, Gynécodoc sans son chichon, une journaliste sans invit' pour les ventes presse. Cherchez l'erreur et trouvez-moi. Pile dans le mille, Galliane, une jeune femme qui cultive son indépendance loin des tentations bassement matérielles et hautement mode'lles.

Ca, c'était pour la frime et le prix Albert Londres. ("Le keffieh tombe") Bien sûr que je veux du carton à mon nom, je veux griller tout le monde dans la file d'attente, et partout dans la rue que l'on parle de moi, que les filles soient n ohla, stop. Grâce à Marie, Saint-Bernard Menez malgré sa mine de Sainte-Nitouche, je vente presse. Et donc, je peux vous dispenser quelques leçons, le jour où vous monterez à Paris pour vous y adonner. Le thème du jour : le Mensonge.

Lieu : quai de Jemmapes, vers 13h00. Cible : Brontibay.
Je ne vais pas tourner 36 heures autour du Barbara, sans carton, on n'entre pas. A la fille de l'entrée, diantrement peu amène, j'oppose ma plus belle mine effarée. Entre Joëlle Goron dans "Frou Frou" et Isabelle Adjani dans "La Gifle". Moins les yeux bleus. On lit et on fait pas pfff derrière son écran c'est pas bien de lire les blogs au boulot on vous l'a déjà dit.
Ma réplique : "Ecoutez, je ne comprends pas, je suis journaliste et cette année, je n'ai pas reçu mon carton... Mais que s'est-il donc passé, c'est un comble? " Grands yeux interrogateurs, moue Bernard Thibault moins le casque Playmobil. Extrêmement travaillée, répétée 5 minutes dans les toilettes du bureau. La dame, entre Mallaury- 3 ans et Marie-Pierre Casey dans Marc et Sophie : "Entrez donc ! Vous n'êtes pas la 1re vous savez, on a eu pas mal de problèmes... Notez-le là, que ça ne se produise plus".

Voilà. Tout ça pour ça.

brontibay

Barbara en daim marron, 60 euros (un cadeau de Noël pour ma Mom'), en cuir doré, 85 euros, un cadeau de 18 novembre pour moi. Prix normal : 245 euros l'unité.

En conclusion, vous direz que je bling-bling et je réponds oui. Vous direz que je mériterais une nomination aux César, je réponds oui aussi. Même qu'à la soirée, Christine Albanel elle va me placer à côté de Gaspard Ulliel, trop une copine.

Demain, chapitre 2 : savoir trier. A propos, mes oreilles ont traîné, j'ai ouï dire que les ventes privées dans les boutiques Brontibay auraient lieu les 21 novembre et 21 décembre. Ca vous fera au moins un truc à raconter à la fontaine Culligan ce matin.

PS : une jolie opération caritative sur www.monshowroom.com : l'argent des ventes de cette pochette Petite Mendigote, ainsi que d'un bracelet Fuchsia et Un jour mon Prince, ira à l'association Maryse pour la vie, qui oeuvre pour le don d'organes. 

"Elle m'a dit" (Cali)

16 novembre 2007

Ou comment je lance un appel pour une espèce en voie de disparition mais sans le bonnet rouge du Commandant Cousteau

Ma minijupe en jean m'a parlé, hier. Elle est comme ça, elle glose. Elle revendique, c'est la période, les annuités elle maîtrise. Elle m'a dit (lalala, lalalala lalala) : "La robe babydoll m'a tuée". La vérité, elle m'a fait de la peine. J'ai failli lui payer des collants Gerbe sur le coup, puis j'ai pas failli. Ca pouvait créer un précédent, c't'histoire.

Tout ça pour dire que la jupette a quand même bien disparu de nos vies, ces deux dernières saisons. Pas de la mienne, en tout cas. Souvenir, sans doute, des mes enfantines jupes fushia volantées et je que tourne, et que virevolte, et que je tourne, ma tête, ma tête. Ma penderie fait de la résistance. En attendant mon modèle délicatement froncé par ses doigts de Fée, je suppute et conjecture. Que sont nos jupes devenues? Vous en avez fait quoi, sérieux? Ebayé? Donné? Torchonné pour les vitres?

Moi, j'y crois encore et je le claironne, telle Lara Fabian à la Star Academy :

005jupevanessabruno

A gauche, minijupe APC, 15 euros, à droite, jupe Vanessa Bruno en laine dénichée à l'espace NGR,
40 euros.

Des achats de l'année, tout ça. Et s'il faut se remettre à la jupe, cette année, deux priorités : les modèles en laine (cf Manoush), et les modèles Isabel Marant. La dame n'a jamais trahi la jupe, elle, et a sorti cette année un cultissime modèle en jean que ma grande soeur adorée m'a fait découvrir :

jupemanoushjupeisabel

Juste, Isabel : pense aux grandes asperges d'1m80, quand tu crées tes modèles. Ouais, je l'aime ta mini en jean. Mais les pervers polymorphes du tromé parisien, eux, ils l'adorent.