Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2008-07 | Page d'accueil | 2008-09 »

"One week" (Barenaked Ladies)

26 août 2008

Où j'inaugure une nouvelle rubrique, sonnez hautbois résonnez musettes 

J'en vois déjà des blasées, des rabat-joie, des gnagnagna, qui vont dire que mon idée du jour ne sort pas de la cuisse de Jupiter. Qu'elles ont raison, et qu'elles passent leur chemin. Dans leur penderie, la chemise à carreaux qui fera leur hiver trône fièrement entre un gilet en faux lapin (la rabat-joie n'assume pas aimer la fourrure) et une cape Vanessa Bruno. Trop forte. La gnagnagna a déjà la moitié de sa garde-robe automnale constituée. Trop up to date. Moi, je mange encore des Cornetto fruits rouges et je sors en sandalettes par 19° C. Même pas peur. Mais sous mes airs de Xéna la guerrière, j'ai les mêmes envies que tous les garçons et les filles de mon âge (même si je ne me promène plus deux par deux depuis quelques jours) : je veux du carreau, à force d'en voir, et même avant. J'ai pas attendu le 1er septembre pour en mettre de partout dans ma vie, jusque sur mes froufrous du fessier. La preuve? Regardez comment je devais me balader cet été ...

Non, pas de photo de moi en lingerie.

010.JPG
009.JPG
Robe et bottes Isabel Marant, merci les ventes presse

Cette semaine, les filles, les garçons, Kirsten, Katie, on se tient à carreaux exclusivement. La première Fashion Week de ce blog, avec comme envoyée très spéciale, moi. La Loveuse de carreaux.

PS : il y aura du carreau Marant et autre à vendre ici d'ici la fin de la semaine, dont cette robe neuve et étiquetée malheureusement trop grande pour moi... 150 euros FDP colissimo compris (au lieu de 320 euros), si intéressée, un email : lesgrandesfillesmodeles@gmail.com.

"Everybody wants me" (The Pigeons Detectives)

22 août 2008

Où je voudrais remercier mes parents, mes amis, et la grande famille du cinéma

Naguère, Serge Gainsbourg dédia une chanson à Brigitte Bardot. Initials BB, que ça s'appelait, et c'était un bon morceau, y'a pas à dire, le bon morceau pour la Femme créée par Dieu (Vadim avait dit). Elle a dû être drôlement contente, la Brigitte, tellement qu'elle a dû en bouffer ses épingles à cheveux et ses robettes vichy.

Mais Brigitte Bardot n'était pas une chanteuse. Naguère encore, j'avais 20 ans, je caressais le temps et profitais de la vie (Charles Aznavour featuring), et le bijoutier Edouard Nahum baptisait une bague pavée de diamants noirs du nom d'Isabelle, la dame aux camélias et aux yeux petit pull marine. Mais Isabelle Adjani n'a rien d'une femme en or (elle va sortir un album avec Pascal Obispo).

Il y a quelques temps, j'ai découvert par hasard que mon nom avait été utilisé de la sorte. Galliane, ce fameux prénom que mon père avait inscrit à contrecoeur au registre de l'état civil, en seconde position pour me sauver de l'opprobe populaire, croyait-il alors. Mon père, ce héros, ne se doutait pas que 26 ans plus tard, un merveilleux sac, créé par de merveilleux créateurs, portait lui aussi ce nom, Galliane, et si il y avait un Merlin, on se serait presque cru dans un conte d'Andersen. Andersen n'a pas écrit sur Brocéliande, je m'égare, car j'ai évidemment été très heureuse et honorée - mon père par ricochet - que Matières à Réflexion en ait fait ainsi.

Parce que Brigitte Bardot n'a jamais été une chanteuse, parce qu'Isabelle Adjani n'est pas une femme en or, et parce que je suis une fille à sacs. On peut me saquer comme on veut. En daim, en cuir, à bandoulière, et avec des pois.

soldes-besace-galliane-2a.JPG
soldes-besace-galliane-1a.JPG
soldes-besace-galliane-3a.JPG
030.JPG


Rock, vintage. Beau. Comment ça, tout moi ? Je ne suis pas Brigitte, encore moins Isabelle. Galliane. Tout au plus Barbara (Gould).

"Wake up" (Arcade Fire)

20 août 2008

Où je retarde d'un calendrier germain, mais ne serait-ce pas la hype ?

Personne ne pourra rien pour moi. Sur ce coup-là, c'est moi et moi contre le monde entier (Claude François, in Le Lundi au soleil). Un rendez-vous manqué, l'été 2007, où avais-je alors la tête, je vous le demande, à la finale de Koh Lanta, à la virée de Cecilia S. chez Kadhafi, à l'exclusion de Patrick Sinkewitz du Tour de France ? Patrick Sinkewitz n'aurait sans doute jamais imaginé qu'il voisinerait un jour aux côtés de ballerines Chloé dans le post d'une écervelée Parisienne. Donc, été 2007, Kate Bosworth les a aux pieds, la terre entière qui met encore des ballerines donc moi logiquement se précipite sur ce modèle Chloé ultime car montant. Et vous savez que je ne mets quasi-exclusivement que du montant, tellement j'aime quand ça fait l'amour à la cheville. Ca, c'est le scénario classique. Moi, je vous fais le scénario "Galliane", vouloir un modèle un an après sa sortie, c'est ça la hype, c'est la mode en retard d'une saison. Je lance la tendance, entrez dans ma danse sur la pointe des pieds. Non, je ne veux pas de vos compensées en bottes, pas de low-boots vernies, y'en a plein les vitrines et y'en aura bientôt plein les trottoirs. Cet hiver, c'est décidé, je serai furieusement été 2007*.

 

chloe_triple_strap_shoes.jpg
Ballerines Chloé, été 2007

Et si je vous disais de quoi j'ai envie dans mon Ipod, et ce que je fredonne, là, tout de suite, avec la mèche noire en furie et la conviction d'une Catherine Lara en gala, vous verriez que je suis en retard d'un wagon sur tout. Pat Benatar, Hit me with your best shot. Bang. Grave, la fille, bientôt elle va mater secret Story en noir et blanc et aller chercher de l'eau au puits. Faut l'aider, vous dites.

Donc, on va la faire simple. On va la faire challenge de rentrée, Pékin Express featuring Koh Lanta featuring Fear Factor. Il doit bien exister un moyen sur cette planète de dénicher une paire de ce modèle en n'importe quelle couleur en taille 41, il doit bien exister. Parlez-moi dépôt-vente Chloé exceptionnel, parlez-moi "J'ai une copine qui a de grands pieds et un grand coeur", parlez-moi de ce site Internet malaisien formidable qui livre par pigeon voyageur, parlez-moi d'amour les filles. Dites-moi des choses tendres.

* Avec des collants en laine sans pied tout de même (la nouvelle hype de la rentrée d'après nos Bibles mode, donc si tout le monde suit, avec mes Chloé 2007 hype car dépassées, ce sera la hype au carré, et j'emmerde Pythagore.)

01:10 Publié dans Mustave | Lien permanent | Commentaires (28) | Tags : chloe

"Time to pretend" (MGMT)

18 août 2008

Où il faut reprendre pied, et c'est mieux en Madame Butterfly

L'été a déjà déserté, et moi sur la pointe des pieds, je reviens vous embêter. Un été où la cigale n'a pas chanté, trop occupée à travailler, cogiter, essayer tant bien que mal de faire dorer ses poignets.

Cet été, j'ai ...

Oublié mes bloomers
Oublié ma sublime robe longue de vestale dans le placard
Oublié que Zadig & Voltaire, c'était le quatrième sous-sol (en travaux) du vêtement de qualité
Oublié de vivre (Johnny Hallyday, éponyme)
Oublié mon blog, mea culpa
Oublié Carine R.
Oublié qu'il faut arrêter d'acheter des sacs quand on ne sait plus où les pendre
Oublié de pendre mes jambes à mon cou, à défaut de pendre mes sacs
Oublié de compter les framboises sous la chantilly
Oublié de refermer la bombe de chantilly
Oublié que je n'avais pas qu'une seule paire de chaussures, mes sandalettes Maloles, dans ma penderie

Bref, vous l'avez compris, cet été, la cigale n'en a fait qu'à sa tête. Elle a vu la vie en rose framboise, et elle a survolé le 100m en papillons.

005.JPG
014.JPG
Robe Gat Rimon, sandales Maloles

Mais dans ce monde, le cruel summer ne se vit que chez Bananarama, et Mademoiselle Butterfly ne se taillade pas le poitrail de désespoir. Elle rebranche son antenne Wifi, ouvre ses Elles ... La revoilà.

01:03 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (50) | Tags : gat rimon, maloles