Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2009-02 | Page d'accueil | 2009-04 »

"Another spring" (Nina Simone)

27 mars 2009

Où je vous annonce un été de porcelaine, mais sans Mort Schuman

Aux premières heures du printemps, son prénom m'est revenu. Violette. Un bien joli prénom, printanier juste ce qu'il faut, dont je voulais vous parler depuis plus d'un an déjà, mais, mais ... Avec le temps, avec le temps va, tout s'en va, on oublie les visages, et on oublie la voix (Léo Ferré, Avec le temps). Mais on n'oublie pas les mirifiques petites créations de Violette Van Parys. La dame bijoutière a fait ses gammes dans les ateliers de Médecine Douce ou encore Cinémarc (qui réalise les bijoux de Dior ou Chloé). Voilà pour ses lettres de noblesse, place à ses délicatesses.

 

violette1.jpg

La demoiselle s'est créé un univers bien à elle, en choisissant une matière première à tout casser : la porcelaine. Ses créations n'en sont que plus fines, alternant entre romantisme en fleurs et psychédélisme rieur. Parfois, une touche de strass, un goutte de platine ou d'or, pour enjoliver cette céramirifique.

 

violette2.jpg
violette3.jpg

Sa griffe commence à se faire connaître ci et là, au gré des salons Première Classe notamment. Shyde la distribue dans ses boutiques. Je vous parlais de son prénom, voilà qu'elle se fait maintenant un nom : Violette van Parys est vendue au 66, sur les Champs-Elysées, la plus belle avenue de son nom si capital. La boucle est joliment bouclée.

Liste des points de vente ici.

"Coffee AND cigarettes" (Michelle Featherston)

18 mars 2009

Où géométrie, poésie et tannerie font finalement bon ménage

Le cercle des poètes disparus s'est élargi cette semaine. Un grand amateur d'Angora, qui regardait Madame rêver, quand il ne mentait pas la nuit, en a étendu la quadrature. Alain Bashung envolé, allez savoir, ma plume s'est effilochée, pas envie de faire trop rimer les mots. Les photos, pourquoi pas, surtout que la petite découverte hebdomadaire que je m'en vais vous confier coïncide pleinement avec mon actuel manque de tout : de temps, de pêche, de fric, de frocs (véridique). Alors, quand au détour d'un vieux stand de soldes chez Biba, rive gauche, j'ai croisé le cuir de ce sac Malababa, estampillé 3 en 1, tous mes petits problèmes de fille à peau blême se sont évanouis.

017.JPG

Sac camel tendre Malababa porté en bandoulière, chemise Sandro, boléro Iro

018 - Copie.JPG

Les mêmes protagonistes, porté épaule

020.JPG

Encore nous, porté pochette

A l'origine de ce petit miracle de praticité, une anse réglable, en laiton, qu'on peut doubler, allonger, enlever à sa guise. Une véritable aubaine, simplement briser sa chaîne et Mademoiselle rêve, ad libitum ...

00:43 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : malababa

"Lollipop" (Flaming Hanley)

12 mars 2009

Où il va falloir mettre les choses à plat, avant que l'été ne nous invite à prendre de la hauteur

Veuillez accepter céans mes plus plates excuses pour cette absence injustifiée. J'étais ailleurs, de la tête, des pieds, mes 27 ans à peine sonnés. Mais j'étais aussi à fureter entre deux rayons, à tâter de la blousette, à guetter le petit boléro printanier. A étrenner, sur le parquet du Passy Bon Marché, mes nouvelles Repetto adorées. Outrancières. Audacieuses. Pile électriques, comme je les aime, et comme on m'a dit de les aimer dans ces bons vieux magazines prescripteurs de tendance. Colorama, tu es mon roi, bon pied bon oeil, je t'obéis.

007.JPG

Ballerines BB bleu électrique vernies Repetto, offertes par l'Amoureux

N'allez pas m'accuser d'une nouvelle lubie, de la ballerine flashy il y en par là, par ci. Chez Isabel Marant, toutes aussi bleues, voire rouge par exemple. Et si la couleur fait peur, il ne vous reste plus qu'à marcher dans les clous. Chez Maje, chez Ba&sh, chez Sandro, on y est allé de son petit soulier rock'n'roll de printemps :

 

ballerinessandro.jpg
Photo Fanny

 

... Comme chez Vanessa Bruno :

ballerinebruno.jpg
ballerinesvertes.jpg

Collection printemps-été Vanessa Bruno

Donc avant de reparler spartiates à talons, bottes trouées, bref, de jouer à la chalala perchée, on se remet à la ballerine citadine. Chaque chose en son temps, et les orteils seront bien gardés. (Chute absolument foireuse sur laquelle je décline toute responsabilité rédactionnelle.)

00:20 Publié dans Mustave | Lien permanent | Commentaires (37) | Tags : repetto, vanessa bruno