Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2009-07 | Page d'accueil | 2009-09 »

"Don't look back in anger" (Oasis)

27 août 2009

Où je préfère ne pas tourner sept fois ma langue de vipère dans ma bouche

Les apparences sont souvent trompeuses. Tenez, en cette belle matinée de rentrée, où vous êtes si heureuse de remettre des bas dans vos ballerines parce qu'il fait frais, à 9h30, vous venez ici, pensant trouver la bonne humeur du jour de votre chère Galliane. Celle-là même qui est partie par la Côte basque, puis la Côte bleue, sonder sa cote d'amour (marée haute, merci) ces dix derniers jours. Mais aussi celle qui, la tête blondie par les rayons et les embruns, ceci expliquant sans doute celà, a massacré sa robe préférée Vanessa Bruno, en soie noire, grâce à son fer à repasser. Le curseur sur lin. La robe en soie. Et Galliane hors de soi, cela va de soi.

Alors, de Bernadette Chirac à Bernadette Soubirous, en passant par la femme de Jean-Marie Bigard qui s'est fait plaquer cette semaine c'est dans Voici, on comprendra céans que je ne vais pas vous présenter le dernier spot fashion de Boulogne-Billancourt, ni vous chanter les louanges d'une créatrice trop sympa et trop belle et qui sent trop bon. Non, la tendance lourde de la rentrée, c'est le noir. Black is back, sur les podiums, dans les vitrines, et ma robe défunte itou. Je broie du noir, que dis-je, je crame du noir, donc, aujourd'hui, j'aime pas, na. J'aime pas ma créatrice de chaussures favorite, la mal nommée Chie Mihara, qui nous a sorti cet hiver une collection des plus... importables.

 

chiemoche.jpg
chiemoche2.jpg
Chie Mihara, collection automne-hiver 2010

Par égard pour cette artiste égarée, je n'en montrerai pas plus. Des images insoutenables (et si les bataillons anti-fourrure pouvaient m'oublier, sur ce coup-là, ce serait au poil). Chie, si je puis me permettre de t'appeler ainsi, il est de mon devoir , en tant qu'amie-fan-acheteuse de longue date, de te remettre dans le droit chemin. Il m'arrive peut-être, un après-midi Vaporetto, de tourner de l'oeil quand je repasse la robe de ma vie-noire-Vanessa-Bruno-en-soie-collection 2008-donc introuvable-maman je pleure. Mais le reste du temps, je sais garder l'oeil ouvert. Et le bon.

"My friends" (Red Hot Chili Peppers)

09 août 2009

Où une petite incitation à la débauche financière

Entre copines, c'est bien connu, on ne se chipe pas ses boyfriends, on ne se tire pas dans les pattes et encore moins dans les cheveux, on "sera là toujours pour toi n'importe où quand tu voudras" (Lorie, Ma Meilleure amie). Retour de poids de l'aphorisme musical sur ce blog, et retour en fanfare avec l'originale et horripilante Lorie. Tout cela pour vous reparler céans (tambour ni trompette) de ma copine Christina Sfez, qui a les cheveux de la même couleur que Lorie d'ailleurs et sera ravie que je le mentionne ici. Christina Sfez, c'est la demoiselle qui se cache  derrière la griffe Dedikate, et qui comme toute bonne amie de mode, m'a concocté un petit code réduc' sur son e-shop pour que vous obteniez 10% supplémentaires sur les prix de la collection été déjà bien soldée.

desireeliberty-lb.jpg
10% supplémentaires avec le code "galliane" sur son e-shop

Comme je suis une très vilaine amie (et que j'ai déjà trois pièces de sa collection été que je porte 36 heures sur 24, en attendant le sac liberty en edition collector dans lequel je dormirai, carrément) (oui, un sac de couchage, vous avez suivi merci), je suis allée fourrer mon nez dans sa collection hiver. Et prise par mon obsession toute estivale de robe et de jupes odieusement très courtes, j'y ai trouvé cela :

IMG_8770.jpg
IMG_8627.jpg
IMG_8425.jpg

Collection autome-hiver 2010, photos Dedikate

En voyant ces jolies choses, même un dimanche 9 août passé au boulot avec un voisin de bureau qui braille au-dessus de ses canellonis trop cuits, me voilà avec un sourire de gala. Alors que je sais que je vais me lever tôt demain, alors que je ne fais que croiser l'HDMV depuis quatre jours, alors que Christine Bravo ne présentera finalement pas Tournez Manège? Christina, magicienne que tu es : je n'ai pas encore pris mes vacances d'été que je me mets à rêver d'hiver.

"This modern love" (Bloc Party)

02 août 2009

Où Souviens-toi l'été dernier, le retour

Quand j'étais petite, disons moyennement grande, que je mâchonnais mon stylo plume Creeks en dessinant des coeurs sur mon cahier de textes, mon professeur d'histoire-géo me répétait que ma génération serait amenée à changer de métier plusieurs fois au cours de sa vie professionnelle. Treize ans et quatre paires de bottes Isabel Marant plus tard, il me faut me rendre à l'évidence : Monsieur Chaput s'est trompé. C'est moche, monsieur Chaput, vraiment. Mais il ne s'est pas trompé de beaucoup, le beau bougre. Je n'écris plus au stylo plume Creeks, les coeurs, je les brise et je les enflamme, et les métiers, je ne les enchaîne pas. Non, moi j'enchaîne les appartements, chacun son truc, Monsieur Chaput. Pas Française moyenne un brin, pas petite Française non plus, juste une grande pro du rouleau de scotch et de l'état des lieux. Je vous le fais vite, d'ailleurs : en six ans sur Paris, six appartements. (Clap clap de la foule ébaubie par mes beaux bobards). Dans mon entrée, donc, des cartons vides, prêts à l'emploi, pour m'emmener dans leur pliage vers l'Homme de ma vie. Comme à la même époque l'an dernier, pile poil, mon horloge géopaslogique tourne bien rond. Ma vie, jusqu'au 30 août, c'est donc du marron kraft, du carton pâte, du beige mou, et ça a même déteint sur mes habits.

004.JPG

Top Eple & Melk, jupe Maje, sac Malababa

Il n'y a pas que moi qui déménage d'ailleurs. Il y a cette bien jolie Fleur qu'est Flore, la créatrice d'Eple & Melk, qui ouvrira boutique en septembre rue Charlot, hip hip hourra. D'ici là, on enrubanne, on enveloppe, on papillonne, on cartonne. Et surtout, à mon blog, on reste bien scotchées.