Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2010-02 | Page d'accueil | 2010-04 »

"Nude" (Radiohead)

22 mars 2010

Où on sera bientôt toutes nude (mais pas toutes bronzées)

Chouette, cet été, les créateurs ont pensé aux blogueuses. Parce que s'il existe une chose qu'elles savent bien faire, c'est se mettre à nu (et rédiger des billets sponsorisés. Ah ah). Alors quand il s'agit de se mettre au nude, vous pensez bien, on ne risque pas de vendre chairement notre peau. Bientôt, on sera toutes saumonées, des truites et plus des moutons. On aura l'air malades, parce qu'on ne voudra pas céder aux UV mais qu'on adoptera quand même cette blouse poudrée sur nos bras ... poudreux. Pas question de foncer, même pas les sourcils, on assumera avec panache et crème teintée cette tendance lourde du printemps-été. Pour ma part, la seule solution que j'ai trouvée pour limiter la casse est de la cantonner, un premier temps... à mes pieds. Le temps de dorer comme une pêche (blanche) sous les rayons du joli mois de mai. Et vu les modèles que je vous ai sélectionnés, il y a fort à parier que vous allez m'emboîter le pas :

dico3.jpg
dico4.jpg
diconude.jpg
D. Co Copenhagen

malolesnude3.jpg
malolesnude2.jpg
nudemaloles.jpg
Maloles
tatooshnude.jpg
Tatoosh

coclico.jpg
Coclico
sigerson.jpg
Sigerson Morrison
"Et on les porte comment, Galliane"? Surtout, sans vernis, malheureuses. On est jusqu'aubout(des pieds)istes, donc, on va nu-pied. Je vous permets toutefois d'attendre des températures plus clémentes pour vous pavaner "complètement nu(de) au soleil".

"La vie en rose" (Grace Jones, Edith Piaf's cover)

19 mars 2010

Où la blogueuse a tout bonbon (rose)
Quel âge a réellement Arielle Dombasle ? Qui, de la poule ou de l'oeuf, est venu en premier ? Comment écrivent donc les blogueuses ? Pour les deux premières questions, permettez, je passe. (Arielle Dombasle est une sacrée poulette, voilà ma seule réponse). Pour la troisième, permettez que j'amène ma contribution à ce sujet hautement fillosophique. La blogueuse, cette espèce rare et distinguée, écrit de ses blanches mains, chemise Anne Fontaine sur le dos et bain d'Earl Grey bouillonnant sur le bureau. De fines lunettes sur le fin naseau, le regard perdu sur les toits de Paris qu'elle observe de sa baie vitrée mansardée. Sinon, la blogueuse que vous lisez, là, au lieu de finir ce brief urgent, écrit à 02h00 du matin, un mug de Thé du Hammam et des Lutti Bubblizz à bout de main, recroquevillée sur son canapé, un blanc Netbook sur ses genoux (magnifiques, je précise). Le Netbook a changé ma vie, le 25 décembre 2009 dernier. Cadeau de l'HDMV qui, considérant que 98% de notre surface privée habitable était de cette couleur (écran plat compris), la belle bête devait être coordonnée. Total look blanc. White is beautiful.

A trois mois près, l'HDMV avait tout bon. Parce que ce n'est plus le blanc qui donne la couleur aujourd'hui, c'est le fuschia. Pink  (Floyd) is the colour. Impossible de feuilleter le moindre magazine sans tomber sur un pantalon flam(b)ant rose. On a toutes parlé de la tunique Isabel Marant, on a toutes envie des ballerines André de Mimnor, on n'a pas toutes vu que Vanessa Bruno et Soun avaient emboîté le pas à cette déferlante flashy.

fushiatenue.jpg
fushiaok.jpg
Collection Vanessa Bruno, été 2010
fuschiasoun.jpg
Collection Soun, été 2010
asus.jpg

A trois mois près, l'HDMV m'aurait donc acheté le nouveau modèle d'ASus EEee PC, le 1008 KPR désigné par Karim Rashid. Outrageusement rose. Outrageusement girly, outrageusement régressif, outrageusement désirable. Hmmm, la Rosalie que je suis continue pour l'instant de pianoter sur son netbook immaculé. M'est toutefois avis qu'avec cette petite merveille, finie l'angoisse de la page blanche.

Article sponsorisé

"Same old thing" (The Streets)

16 mars 2010

Où mes secrets sont les moins bien gardés du monde

Chaque seconde, ces trois derniers mois, une marinière à épaulettes se vend quelque part dans le monde. Chaque minute, ces six derniers mois, un blog de vide-dressing s'ouvre sur le web. C'est un fait, c'est entré dans les moeurs, ça se conjugue à toutes les personnes et à tous les temps : je vide mon dressing, tu videras ton dressing, vous viderez votre dressing ... Si j'ai du mal à trouver mon bonheur dans les petits malheurs des autres, en revanche, je suis depuis toujours une accro des dépôts-vente. Chic et souvent pas cher, j'y shoppe sans chichi. Ma dernière trouvaille s'appelle Violette & Léonie (un nom bien macaron comme on les aime dans la blogo), officie dans le Marais, et distille quelques jolies pépites.

010.JPG
Une déco minimale pour un choix maximal, tant les portants débordent, gonflés d'arrivages quotidiens. Des belles pièces, beaucoup de marques, et des prix relativement corrects pour ce genre d'établissement. Un bon moyen, surtout, pour essayer de dénicher une paire de ballerines les Prairies de Paris qu'on a bêtement laissée passer. Et la grande nouveauté, c'est que Violette & Léonie, ces petites coquines, sont particulièrement familières avec le ouèbe 2.0 et officient également via internet. Zéro faute sur toute leur ligne.
captureviolette.jpg
lesdeux.jpg

Tee shirt à volants (11 euros), tunique Maje (46 euros)

Bien entendu, pour les Parisiennes, il est donc également possible de profiter de ce service si vous passez au magasin. Voilà, Violette & Léonie, les filles, les filles, Violette & Léonie. Les présentations sont faites, je vous laisse. C'est pas tout ça, mais j'ai du vide-dressing à alimenter avec de la marinière à épaulettes.

Violette & Léonie, 27 rue de Poitou, 75003 Paris.

"You make me sick" (Rihanna)

11 mars 2010

Où on sort ses mouchoirs et ses Actifed périmés

Je ne rêve plus (pour ça, il faudrait dormir). Je ne fume plus (pour ça, il faudrait déjà fumer). Je n'ai même plus d'histoire (pour ça, il faudrait sortir de sa couette). Bon, pas besoin des quatre couplets restants, comme quand ma mère rentrait le soir, et patati et patata, les filles, je suis malade. Complètement malade. Avec la narine droite qui se bouche, puis la narine gauche qui se bouche, l'oeil qui brille, le cheveu qui graisse, la voix qui barrywhite. Je n'ai plus le goût de rien (même pas de ces délicieuses coupes aux fruits rouges Picard). Bref, j'ai pris la route du rhume. L'une d'entre vous, même la moins sympa, pourrait-elle m'expliquer pourquoi on n'a pas envie de s'habiller quand on est malade ? Vous m'auriez vue chez Zara tout à l'heure (pour aller à la pharmacie, je passe devant Zara), même les vendeurs ne m'approchaient pas. Mon look le plus étudié de la semaine ? Matez-moi ça :

004.JPG

Total look American Vintage

005.JPG
Total look American Vintage + col Muka

Quand on est malade, donc, on ne s'habille pas. Mode et maladie ne font pas bon ménage. On ne s'habille pas, on vit nues (on prend toujours des bains, quand on est malade), et on traîne sous la couette avec plein de gros magazines féminins tous pleins de pubs avec des filles en tenues d'été donc quasi-nues. Comme celle-ci, une Bel-Amie, que j'ai vue au moins dans quatre hebdos différents, et qui hante mes nuits depuis :

003.JPG
004.JPG

Impossible de trouver ce boléro online, seule la robe en soie avec imprimé marine est disponible sur monshowroom. Je veux les deux. L'ensemble, c'est tout. Merci cette pub, qui m'a filé une bonne raison de me soigner pour aller ... prendre l'air.

"Crisis" (Bob Marley)

08 mars 2010

Où entre Nicolas et François, c'est le portefeuille qui choisit

D'un côté, il y a Nicolas, le petit, aux grandes convictions, la crise c'est bientôt fini, youpi. De l'autre, François, premier de la classe, qui dodeline de la mèche corbeau pour nous dire que non, on risque de surveiller nos Codevi pendant de longs mois encore. Pis, que le pire reste à venir. Pour le pire de François, j'ai donc choisi le meilleur de la mode à petit prix : Pimkie. Parce que pour la petite pièce fantaisie dont on pourrait se lasser la saison prochaine, mais dont on ne peut se passer cette saison, l'enseigne girly reste tout de même plus abordable qu'un Zara voire H&M. Et que oui, toutes les tendances y sont représentées. Démonstration ? Démonstration.

La tendance nude, liberty chéri, saumon poudré et beige mordoré sous perfecto grisé ?

silhouettefinalepim.jpg
(Perfecto, 39,95 euros - Robe, 24,95 euros)
pikefoulard.jpg
(Foulard fleuri, 7,95 euros)

Du short en jean basique  et classe, avec tout ce qu'il faut pour l'accessoiriser ?
montageshortpimkie.jpg
(Short en jean, 17,95 euros ; gilet, 24,95 euros)

De la compensée rock open-toe pour aller avec ?
pimkieshoes.jpg
Bref, il y a tout ce qui fera la une de Elle, Glamour, Biba et l'Echo des Savanes cet été. La bonne nouvelle qui justifie ce post : les 9, 10, 11 et 12 mars prochains, c'est l'happy hour sur le site de Pimkie - 40% de réduction à partir de 4 articles achetés. Voilà, vous savez tout, la crise (de Coline Serreau) ne passera pas par vous. Les restrictions budgétaires, non. Pimki(e)wi.

Ceci est un (très rare) billet sponsorisé

"La petite amazone" (Lio)

04 mars 2010

valentineintro.jpg
Cette semaine, il fallait que je vous parle des seins de Laeticia Hallyday. Sérieusement. Si vous habitez bien la même planète que moi, vous n'avez pas pu y échapper dans la presse germanopratine : Laeticia Hallyday, l'ex Sainte-Nitouche aux petites anglaises, ne sachant plus à quel sein se vouer, fait la fête à Saint-Barth'. Seins nus, juste ciel, dans le bleu azur, telle Vénus sortant des eaux, affranchie des têtes de mort, des hernies discales, Laeticia maîtresse femme. Triomphante. Une amazone moderne.

Lire la suite