Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2010-05 | Page d'accueil | 2010-07 »

"Baptized" (Lenny Kravitz)

30 juin 2010

Où les flonflons à la française

Je suis une fille à mariages. Une greluche qui trépigne à l'idée de choisir une robe, si possible avec l'expérience de vie (et la longueur) la plus courte. Qui piaffe devant le plan de table, déchausse ses sandales sur du Shakira. Déchausse ses sandales sur du Jean-Jacques Goldman aussi, on ne va pas faire la fine bouche, avec un petit rosé dans le nez, toutes les musiques sont bonnes. Et quand les mariés dansent le dernier slow, j'écrase ma larme, immanquablement, en me promettant que si un jour cela m'arrive, on bouclera l'ensemble sur "Time of my life" de Dirty Dancing. (Moins le porté final). (Challenge, avec le porté final). Le rosé, toujours.

Mais depuis dimanche, j'ai découvert que j'étais aussi une fille à baptêmes. C'est chouette, un baptême, quand même. Il faut toujours choisir une robe glamour, on boit du rosé ET du champagne, on a des bébés de partout qui nous font des sourires mais au moment de les changer, des adultes libres et consentants s'en chargent pour vous. Bref, quand il y a du soleil, de la joie, des verrines d'oeufs brouillés, des cuillers de carpaccio de poivrons aux saint-jacques ou des cassolettes de tomates aillées au chorizo, le dimanche prend une jolie tournure.

27062010188.jpg
Robe Suzie Winkle, pochette Lily Rose, ballerines Topshop

Mes bien chères soeurs, qui êtes sûrement en train de courir les boutiques (*SOLDES* SOLDES*), je vous absous donc en vous conseillant l'e-shop de Suzie Winkle, où la collection été est évidemment soldée. Et s'il vous faut faire du nombre au baptême de cousin Josué, pensez à moi. Promis, la grande Duduche se fera toute PETITE. J'amènerais bien entendu un cadeau. Tout pour mériter une médaille.

"Saturday" (Cunnie Williams)

28 juin 2010

Où vous savez désormais ce que vous ferez ce week-end

Ce week-end, vous n'irez pas voir belle-maman au Chesnay, même si elle doit vous léguer en urgence un 2.55 de Chanel, prise d'une subite illumination de magnanimité (oui, ce groupe nominal me fait peur à moi aussi). Ce week-end, vous ne vous cloîtrerez pas chez vous pour enfin boucler ce fameux grand ménage de printemps parce que d'une c'est l'été, et de deux, la poussière sur les meubles, c'est hype. Ca fait fille très occupée, grosse vie professionnelle, grosse vie sociale, et de gauche avec ça (refus d'embaucher du petit personnel). Ce week-end, vous n'irez pas faire les soldes parce que c'est bien connu, le premier week-end de soldes, c'est la mort de la fashionista. Soit vous y allez le premier jour, soit vous y allez le dernier, mais pas entre les deux. Donc ce week-end, vous irez ... là :

ddikate vp0710.jpg

Parce que tout ce que Christina Sfez a créé pour cet été sonne parfaitement juste, parce qu'Envy, Grazia, Elle, Marie-Claire j'en passe et des bien meilleurs (qui a dit Be ?) en ont parlé, parce que la divine robe Pauline sold out sur Monshowroom vous attendra sur un portant. Parce que ce sera avec vous, parce que ce sera avec moi.

"I'm not calling you a liar" (Florence and the Machine)

25 juin 2010

Où je tiens parole, et sûrement le bon bout

Le lundi au soleil, on n'a pas eu. Le mardi au soleil, tout juste, mais j'avais promis de sortir la jupe, les nu-pieds, et j'ai tenu parole. Ce que je n'avais pas promis, en revanche, c'était de dégainer la pose de blogueuse en plein air. Typique. Une grande première pour la grande duduche que je suis, avec le concours de l'HDMV qui, au bout de trois prises, a considéré avoir réalisé l'oeuvre de sa vie. Le talent dans l'immédiateté de la prise, dans l'imperfection du premier jet, pourquoi pas, c'est une philosophie. Donc, moi, histoire d'être raccord avec cette prise de vue et de risque, j'ai sorti le sourire crispé, le bras coincé, les pieds rentrés.

23062010172.jpg

Lire la suite

01:38 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (12)

"Cruel summer" (Bananarama)

21 juin 2010

Où on se réchauffe le coeur comme on peut

De nos jours, on ne peut plus se fier à personne. Personne, vous dis-je. L'étiquette Sandro qui atteste 220 euros au bas mot, donc une qualité irréprochable ? Le capitaine des Bleus qui promet, des étoiles Petit Poney plein les yeux, que cette équipe s'aime comme la famille Ingalls ? Le gentil monsieur choucrouté de 20h30 qui nous annonce que ça y est, voilà l'été, enfin l'été ? Modeurs de tous bords, modeuses de tous ports, on vous spolie. Le calendrier est un vilain, le soleil un intrigant, Sébastien Folin un menteur. La seule vérité qui vaille, ces derniers jours, est la suivante : le 30 juin, les soldes commencent. Alors, à défaut de sortir mes (nu-)pieds et dorer mes mèches, je cible mes envies, mais pas vraiment au juste prix.

wishlist.jpg
Robe D.dikate, sac Louis Vuitton, sandales Vanessa Bruno

Ajoutez à celà la petite jupe imprimé étoiles Isabel Marant, et ma liste de courses affiche d'ores et déjà complet. Jamais prise de court, j'ai déjà calculé au plus rapide, grâce à une conjugaison techno-motricielle de Google Map et Mappy, l'itinéraire le plus simple (et le moins coûteux, faut pas que j'éparpille, j'disperse, j'ventile du napoléon en chemin) pour le jour J. Et en attendant, dès demain mardi 22 juin, soleil ou mistral, en bonne fille (f)estivale, je sors les jupes et les sandales. La Galliane, tout le monde vous le dira, a tout d'une entété(e). Qui a dit bientôt endettée ?

23:11 Publié dans My Wishes | Lien permanent | Commentaires (10)

"Litle red" (Kate Nash)

17 juin 2010

Où je vais vous en faire voir de toutes les couleurs (du vert, du pas mûr)

Ce week-end, je vais voir rouge. Je ne vois plus Bleu, onze petits Pepito mexicains en ont décidé autrement, jeudi soir, et la France a ri jaune. Je ne vais pas voir rose non plus, car l'HDMV se met au vert dans le Sud-Ouest pour un enterrement de vie de garçon. Mais pas question de broyer du noir, au contraire, car qui n'aime pas avoir son petit appart pour elle toute seule ? Au programme : une tarte tomates moutarde entière dans mon assiette, manger avec les doigts, mes CD de rock enfin dans la platine, chanter à tue-tête avec ma brosse à cheveux en guise de micro, un bon bain chaud avec de la presse féminine qui aime ou n'aime plus les blogs, faire des tests à la con ("Suis-je faite pour le bonheur"? Non merci, si je peux plutôt accumuler les emmerdes.). Bref, un peu comme quand notre chère Carrie retourne dans son vieil appart' et appelle Big dans leur penthouse.* Une parenthèse enchantée (et en chantant, vous l'aurez compris, mes voisins aussi).

004.JPG
13062010142.jpg
Marinière Sandro, sac Vanessa Bruno, ballerines Topshop, collier Sabrina Dehoff
13062010145.jpg

Vous l'avez compris grâce à ce petit look que j'affectionne : dans ce programme des réjouissances, je n'exclus pas de m'offrir un bon petit coup de rouge.

*Je suis allée voir Sex and the City 2, je m'attendais vraiment à pire. Divertie, pas convertie.

"La mauvaise éducation" (George Brassens)

15 juin 2010

Où Joëlle Goron reprend du service

Cela faisait bien longtemps qu'elle sommeillait, tatie Joëlle. La reine des coups de gueule dans feu et culte émission "Frou Frou", où la jeune fille en fleur et féministe en herbe que j'étais étrennais ses premiers bourgeons. Depuis, au boulot, on me surnomme la Pasionaria et je réfléchis régulièrement, au moins une fois avant chaque CE, à m'encarter et placarder les paroles de l'Internationale sur la machine à café. Sur ce blog, il est temps que je reprenne le combat, et ce sera, aujourd'hui mardi 15 juin, celui des ... grands pieds. Des Berthe en tous genre, bien dans leurs 41, palmes d'or des élégantes. L'origine de mon courroux ? La collaboration, réussie, entre le site commerçant de Elle, Vestiaire de Copines, et la très chic et choc enseigne vintage Odetta. Qui, après la fameuse camarguaise, a sortit ma foi un nu-pied de très belle facture ... Jusqu'au 40. Les 41 sont priées d'aller se chausser ailleurs, merci.

 

shoe1.JPG
Nu-pieds Odetta camel et gris, en veau velours, made in France

 

shoe3.JPG
Voilà les merveilles, exclusivement réservées aux courte-pattes. Inutile de vous dire que j'y suis allée de mon commentaire sur le site de vente. Parce que grand pied, grande gueule, et avec tout mon talent, je devais bien en faire un plat.

"Girls" (The Beatles)

11 juin 2010

Où vous allez me baiser (la pointe) des pieds

Depuis que j'ai ce post en projet, impossible de le rédiger, je me retrouve avec "Chez Laurette" de Michel Delpech en tête. Je n'en peux plus, c'était bien chez Laurette, c'était chouette, et on y retournera, bla bla. Il y a pire, me direz-vous, compatissantes (du genre, "Oh les champions, on est tous ensemble", de Johnny Hallyday, qu'on nous ressort gaiement pour nos soirées en Bleu du mois de juillet). Fi de chez Laurette, c'est Chez les Filles qu'on va aujourd'hui, une sympathique boutique de l'Est parisien. Les Filles, elles ont du goût pour les petites marques qui montent, et forcément quand elles ont découvert Anniel au gré d'un salon, comme 97,9% des visiteurs, elles ont craqué. Sur leur e-shop, donc, il y a de jolis tee-shirts, gilets, bijoux ... et des merveilles Anniel. Originellement à des prix très sympathiques, et comme les Filles sont très très sympathiques (voir plus haut), deux fois plus que leurs chaussures, elles ont accepté à ma demande de vous concocter une petite opé'.

flyerlesgrandesfillesmodeles.jpg

Lire la suite

"Sunshine in a bag" (Gorillaz)

09 juin 2010

Où on en revient au fondement de ma mode : les sacs

Sérieusement, je vous vois toutes, là, à piétiner, à attendre pour le bon plan Anniel. Un peu de patience, mes oiselles, un peu de patience. Ca arrive, mais c'est comme toutes les bonnes choses, c'est mieux si on attend. Je ne dis pas ça pour La Poste, qui retient, entre avis de passages non déposés et changement de bureau à l'autre bout de la ville, mon colis Place des Tendances avec mes ballerines rouges Vanessa Bruno. Je ne dis pas ça non plus pour la Mauboussin qui tarde à venir. Je dis ça en général, comme un bon vieux lieu commun des familles, du type "Galliane, elle aime les sacs". Ben oui, Galliane, elle aime les sacs, et quand on lui dit que cet été, le cabas revient en force, elle repense aussitôt à une découverte lointaine. De grands prototypes un peu ethniques, absolument indispensables, vus chez le multimarques Sandra Serraf à Saint-Germain.

parra3.jpg
Catherine Parra

Lire la suite

"Lovefool" (The Cardigans)

03 juin 2010

Où le camel est éternel

S'il y a bien une chose dont je suis sûre dans la mode, c'est que je n'aime pas Chanel. Non, ça, on s'en fiche, c'est comme dire "j'aime pas les salsifis" , ça ne fait pas avancer le conflit au Moyen-Orient. On la refait. S'il y a bien une chose dont je suis sûre dans la mode, c'est que pour être chic, rien ne vaut le camel. Sérieusement, existe-t-il une couleur de cuir qui habille mieux que celle-ci, s'adapte à tout, tout en étant moins vue que le noir ? Le camel, c'est ma came.

29052010103.jpg

Sac Balenciaga, ballerines Anniel

Lire la suite