Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2010-08 | Page d'accueil | 2010-10 »

"Pull the wool" (G-Love and the Special Sauce)

30 septembre 2010

Where the wool is so cool

Parce que l'automne arrive, il n'y a pas que les épaules qu'on réchauffe, que les pieds qu'on embotte, que les mains qu'on gante, que les vestes qu'on encapuchonne. Moi, je vous propose aussi des accessoires de saison, douillets, fins, mignons (champignons, ça rime). Les créations de la gentille Emmanuelle Esther, exilée dans son Berlin de coeur, tricotées de ses blanches mains, postées par ses gentils soins. Bague, bandeau, porte-monnaie, l'aiguillage est fin et toujours réussi. Avec elle, pas de mauvaise surprise : la laine, on ne l'a jamais mauvaise.

emmanuellesteher.jpg

Emmanuelle Esther, collection automne - hiver 2010

Lire la suite

"La fille avec des baskets" (Michel Delpech)

28 septembre 2010

Où parfois, il n'est pas besoin de prendre de la hauteur

Mademoiselle n'a pas de nom, mais elle a plus mobilisé les foules que la réforme des retraites. Elle a divisé la France qui blogue et celle qui commente. Elle affiche 385 euros au compteur, mais pour toutes celles qui l'aiment, elle n'a pas de prix. Pour ma part, dès que je l'ai vue, elle m'a fait penser au refrain d'une chanson de Louise Attaque : "Elle est Parisienne, elle 'est pas présentable, elle 'est pas jolie, elle 'est pas moche non plus ... " Allez, je vous lâche les baskets.

sneakersmarant.jpg

La basket compensée Isabel Marant

Lire la suite

"Get Shorty"

24 septembre 2010

Où le vendredi, c'est fashion speedy et concours gentil

VOULUES

Rouge aux joues, rouge à lèvres, rouge-gorge, ne manquait plus que rouge ... à mes pieds. Après maints repérages, avoir pesé le pour et le contre, tâté la marchandise et découpé du bon de réduction (merci Public Look), les feux étaient passés au vert : aux ballerines pomme vernies, j'ai dit oui, oui, oui.

23092010496.jpg

Ballerines André, collection hiver 2010

Mais il y a bien d'autres jolis modèles à se mettre sous la main. La preuve, avec cette sélection impeccable pour aller arroser ses géraniums.

ballerinesoruges.jpg

Ballerines Polder et Delphine Conty sur Place des Tendances

Lire la suite

"La Parisienne" (Marie-Paule Belle)

22 septembre 2010

Où je vais me faire des ennemies ... capitales

Bon, j'le dis, j'le dis pas ? J'le dis, tant pis si je dois, après cette vérité, fermer ce blog, mes 1352 lectrices quotidiennes parties voir ailleurs si je n'y suis surtout pas. Tant pis si je dois m'exiler en Bulgarie, oublier le rayon traiteur de Monoprix, vivre sans les sneakers Isabel Marant (bon ça, je peux franchement survivre, nous en parlerons tantôt). Allez, j'y vais, je balance, ça balance pas mal à Paris, ça balance ici. La pire remarque que peuvent me faire mes ex-amis s'ils me croisent, ou même ma famille ? "Mais tu es Parisienne toi maintenant !" Silence interloqué.  Silence interminable. Silence. Rouge aux joues. Joues en feu. Interlocuteur en joue. "Quoi ? QUOI ? You're talking to me ?" Je n'ai peut-être plus l'accent, plus le style, plus le soleil dans les yeux et dans le coeur, mais Marseille forever.

19092010479.jpg

 

Lire la suite

"This woman's work" (Kate Bush)

20 septembre 2010

Où métro, boulot, stilettos

Appelez-moi "la schizo du porte-manteau". Oui mesdames, je mène une double vie. Une double vie vestimentaire, on se rassure, je ne balancerais pas comme ça mes escapades noctures avec Gaspard Ulliel à la face du monde (et de l'HDMV). Cette confession de jeune femme brimée, j'en ai réservé la primeur à une de mes lectrices, croisée dans le bus (il faut que j'aille m'asseoir à côté d'une fille qui lit mon blog, si c'est pas du narcissisme). Citizen, tout cela est de la faute de tes lunettes, à tes côtés, je me suis sentie aussi bien comprise que sur le canapé carmin de Jean-Luc Delarue.  Toute une histoire, ma complainte de femme évoluant dans un milieu d'hommes. Milieu ... sportif. Milieu où les compensées, les bottes Isabel Marant, les imprimés, les coupes babydoll, les sarouels, les chemises à carreaux, bref, les moindres petites audaces stylistiques sont bannies. Sinon, gare aux fesses (abondamment reluquées). De tous temps, l'homme s'est adapté à son milieu pour survivre. L'évolution, toute une théorie qui ne m'a pas laissée de pierre. A l'âge d'or du machisme, j'ai donc développé deux façons de m'habiller : la work-friendly (ci-dessous)  et la fun-friendly. Instantanés pris en partant au boulot, en descendant de l'ascenseur.

16092010471.jpg

Robe Sandro, gilet Zara, ballerines Anniel, sac Balenciaga

Lire la suite

00:20 Publié dans My Clothes | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : sandro, balenciaga

"Shorties"

17 septembre 2010

Où les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures

VU

On l'avait enterré avec délectation, piétiné sa tombe de nos certitudes de modeuse éclairée, "il" avait été l'erreur, l'aveuglement. "Il" nous avait fait croire que le bon goût et le confort font bon ménage, mais non, petite oiselle, il faut souffrir pour être belle, l'illusion n'avait donc pas duré. "Il", pfff, n'avait même pas cru bon d'adopter un nom bien de chez nous, de s'enraciner dans notre patrimoine français de la couture avec, un jour, l'espoir d'entrer dans un dictionnaire. "Il" était mort, on revivait. (Soupirs d'effroi). "Il" est revenu. Le legging. Le collant sans pied, soyons cruelles à notre tour. Et il a cru qu'il ferait passer son retour en se masquant sous de vulgaires paillettes. Des strass, mais aussi du stress.

legging1.jpg

Isabel Marant, collection automne-hiver 2010

Lire la suite

'"Just like heaven" (The Cure)

15 septembre 2010

Où il est bon, parfois, de faire la fine bouche

Nos je d'enfants ont tous rêvé, une nuit, d'être enfermés dans une pâtisserie. D'être pris en macaron dans une bonbonnière, entre deux religieuses bien poudrées qui en laisseraient plus d'un baba. Un éclair de gourmandise, innocent, que l'on confie bien volontiers. Moi, depuis que ma mère ne me choisit plus mes vêtements le soir, c'est dans une gigantesque boutique de fringues que je rêve de faire la bringue. Lâchée, seule, en furie, dans une fashion féérie. Et si possible, une boutique où tout me plairait, de la devanture aux sacs, de la vendeuse aux atours sur les portants. J'ai trouvé sur le web cette petite merveille : que les gourmandes comme moi se ruent chez Yume. C'est tout simplement yammee.

14092010452.jpg

Boucles d'oreilles Titlee

Lire la suite

"White summer" (Led Zeppelin)

13 septembre 2010

Où quand vient la fin de l'été, sur la plage ...

Les filles collantes n'ont rien d'exceptionnel. Elles m'énervent, là, à dégainer leurs 40 deniers dès le 1er septembre, tout cela parce qu'il ne fait plus que 22° au lieu de 28, parce qu'elles veulent étrenner, impatientes, leurs nouvelles bottes, parce qu'elles ont désormais la flemme de s'épiler. A mon grand dam, ces folles de Dim ont décrété que l'été était fini. A J-9 de la date fatidique, ça me fait vraiment une belle jambe.

28082010382.jpg

Robe Vanessa Bruno, sandales Sigerson Morrison

Blanche colombe de Boulogne, je résiste encore un peu aux duffle-coats, boots aux semelles de crêpe, grosses mailles ceinturées que je croise quotidiennement sur les trottoirs. Ma valise de vêtements automne-hiver dort encore dans ma cave. Mais maintenant que le thermomètre s'y met aussi, la rebelle doit se rendre (à l'évidence) : Cigalliane ayant chanté tout l'été, se trouvera vite fort dépourvue, quand la bise sera venue. La Fontaine, je vais mettre de l'eau dans mon vin et aller réveiller ladite valise. A pas de fourmi.

PS : du Vanessa Bruno, Sessun, Zadig & Voltaire sur l'Ebay de ma grande soeur ...

"Life is too short" (Mya)

10 septembre 2010

Le vendredi, c'est shortly

A la maison, le vendredi, c'est raviolis (miam!). Au bureau, le vendredi, c'est friday wear (wow!). Sur mon blog, le vendredi, c'est quicky (wizz!). Un nouveau type de post, mes "brèves" sans queue ni tête, mais qui devraient me pousser à tenir cette régularité bloguesque que j'honore de mieux en mieux. Get shorty, girls.

Vu

Et adoré, la nouvelle collection automne-hiver Warmi. Splendide, sobrement poétique, cette griffe file le parfait coton, et devrait vraiment conquérir toutes les pages mode des magazines. Warmi, c'est charming.

warmicollec.jpg

Le petit point m(a)ousse de cette année, c'est que Warmi va sortir une mini-collection de sacs et de chaussures. Et qu'un e-shop est annoncé ici. Espérons que sur ce dossier-là, miss Sylvia sera plus rapide qu'Ana chez Malababa.

Lire la suite

"Opposites attract" (Paul Abdul)

08 septembre 2010

Où il est beau, il est beau, il est beau mon boléro

Je suis grande, très grande, trop grande pour certains. Grande gueule, grande fille, et évidemment, tout ne va pas comme je veux, je vis, j'envie. Premier dilemme : j'aime les talons. J'aiiiiiiime les talons. Hum. Bilan : cent quatre-vingt centimètres et demi (notez le demi, moore and more) privés de compensées, escarpins (à bouts pointus) (ou pas), sandales, plateformes. Deuxième dilemme : l'é(puis)paulette. S'il y a bien quelque chose qui ne va pas particulièrement aux grandes, ce sont les épaulettes. Le syndrome "nageuse est-allemande" guette au tournant, même si on pèse 50 kilos toute mouillée, on ne le voit pas venir (puisqu'il guette au tournant). Bref, on veut toujours ce qu'on ne peut pas avoir, le classique des cantiques. Aussi, quand j'ai vu ce boléro Bel Air en publicité dans les journaux, il avait beau coûter très cher, j'ai vendu très cher toutes mes autres (vieilles) peaux pour me l'offrir.

06092010430.jpg

Boléro Bel Air, blouse Isabel Marant, jean Comptoir des Cotonniers

Lire la suite