Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2010-10 | Page d'accueil | 2010-12 »

"Too little, too late" (Metric)

29 novembre 2010

Où après l'heure, c'est plus l'heurt

L'Histoire ne retient jamais les trains qui arrivent à l'heure, qu'on se le tienne pour dit. Sans retards, pas d'histoire, pas de vie, et pas d'ici. Tchou tchou, sans crier gare, j'ai enfin décidé de me mettre sur de bons rails en avouant mon plus gros défaut en matière de mode : je me réveille toujours un an trop tard. Toujours, always, une nana très late, c'est clair et nett. Pas une fois je n'embarquerai dans le wagon de la tendance, non pas que je ne le vois pas, mais je le trouve bondé pour de bon. Pour de bon, je prends donc le prochain. Il faut aimer son prochain, moi je l'adore. Regardez cette robe Comptoir des Cotonniers : deux ans après tout le monde, la voilà sur moi, et vu que je suis seule à la porter, j'ai plutôt bon dos.

20112010731.jpg
Robe et blouson Comptoir des Cotonniers, bottes André, sac Balenciaga

Lire la suite

"Get shorty !" # 10

26 novembre 2010

Où le vendredi, c'est net et précis (les brèves)

TESTE

Je n'ai jamais vu Top Gun. Je n'ai jamais vu Top Gun, je n'ai jamais vu Top Gun, je ne sais pas qui est Ice Man, Take my breath away pour moi c'est du vent (et même du souffle, ah ah, c'est ça d'être fluent). Voilà ce que j'ai avoué hier à l'HDMV, un peu penaude, un peu peuchère. On sortait du spectacle de Stéphane Rousseau, qui parodiait dans un sketch le film culte de ma génération, ma génération sauf moi. Je suis dégénérée. Constat implacable mais tellement vrai. On continue la liste, sur le mode fashion : je n'ai jamais porté de compensées, pas plus d'imprimé léopard, je n'ai jamais été cape, never some body non plus, quant au carrot pant, il m'a laissé dans les choux. Il est temps que ça change, et plus que temps même, constatez-le par vous même : il fait 3° dehors, et j'ai étrenné pour la première fois de ma vie le jodhpur en coton.

21112010741.jpg

Jodhpur et pull Pois & Plumes, ceinture See U Soon, sac Balenciaga, sandales Jonak

Lire la suite

"Come as you are" (Nirvana)

24 novembre 2010

Où c'est règlement de comptes à OK Podium

Après Glamour, Grazia. En attendant GQ, tiens, la malédiction pourrait encore frapper. Les magazines en G ont les blogueuses dans le nez. En témoigne une chronique signée Patrick T., cette semaine, dans le nouvel hebdomadaire féminin. La même rengaine, peu ou prou, que celle déjà proposée dans le fameux édito de Glamour : beaucoup de blabla, rien dans la bobine, ces blogueuses. Toutes vendues, et pas une pour racheter l'autre. Ben voyons, en conviens-je, après m'être tartiné 34 publicités A4 avant d'arriver à ce billet dur, page 80. 34 pages, compté juré.

23112010751.jpg

Patrick T., le juge du jour, aussitôt googlisé (fallait pas bosser dans un magazine en "G") : "journaliste chroniqueur", du Grazia du Têtu du Nova (rien contre ça), mais pas franchement versé dans le joyeux monde de la blogueuse sans tête et du vide-dressing casse-tête. Patrick s'interroge : "On ne sait plus où leur sacro-sainte indépendance éditoriale est passée". Patrick a pourtant travaillé au magazine Trax, où les billets monnayés par la pub ne manquaient pas à une certaine période. Patrick s'indigne : "Prêtes à tout pour troquer leurs statuts de girls next door pour celui des VIP."  Attendez, je dois m'interrompre un instant, le service presse de Chanel m'appelle pour m'inviter au prochain défilé. "Oh, merci beaucoup, non, je dois décliner, ça ne me dit vraiment pas ... (Embêtée) Imaginez qu'il me faille dire que la collection est magnifique, damned. Je n'ai jamais assisté à un défilé de ma vie, c'est le rêve de toutes les filles de la terre entière, mais non, la provinciale que je suis ne saurait se corrompre de la sorte." Ca va, c'est crédible, là, Patrick ? L'étendard de l'indépendance éditoriale est porté assez haut ?

glamour_blogueuses_mode.jpg

Passons sur le "nombre d'entre elles ont perdu ce qui faisait leur charme : un ton frais et intime", partant du principe qu'on ne s'attarde que sur les trains qui n'arrivent jamais à l'heure. Insistons plutôt sur cette chute du plus bel effet : "Dix Garance Doré ne feront jamais le poids face à une parution mensuelle. (...) La blogosphère mode serait bien inspirée de balayer devant sa porte (...) et de mettre son arrogance au placard si elle ne veut pas avoir autant d'influence qu'un vulgaire spam". Comme j'ai rangé ma vulgarité avec mon arrogance, c'est à dire au placard, je vais éviter un bon gros F... de girl next door mal élevée (voilà ce qui arrive quand on refuse des invitations VIP). En tant qu'ex-journaliste de presse magazine, je suis bien placée pour savoir que les contraintes de blog n'ont rien à voir avec celles du papier glacé. La fameuse histoire du roquefort qui dit au camembert "tu pues". Allez nous expliquer pourquoi tel journal met sur pied un fil de blogueuses, ou tel autre un prix récompensant leur créativité. C'est peut-être, Patrick, parce qu'Internet, pour dépasser la simple question des blogs, pose de sérieux soucis à la presse en général. Peut-être parce que les ventes des magazines stagnent au mieux, dégringolent au pire. Le progrès, que les éditorialistes de mode le veuillent ou pas, est de notre côté. Il va donc falloir arrêter de nous titiller le point G. Grazia mille !

PS : Au fait, je me suis abonnée à Grazia pour recevoir la trousse Petite Mendigote "It-girl" en cuir, et j'ai reçu un ersatz gnangnan en tissu à la place. Si je réclame auprès du service abonnements, suis-je trop arrogante ?

"Somewhere only we know" (Keane)

23 novembre 2010

Où on arrête les cachotteries, la gagnante c'est par ici

Il y a environ 10 jours de cela, Fillon II ne gouvernait pas encore la France et vous veniez de poster votre taxe habitation, je vous proposais de deviner quelle marque m'avait habillée de pied en cap. Un sweat à paillettes, un jean très chouette, et pour vous, un bon d'achat idéal avant les fêtes. Voilà pour vous remettre un peu les choses en têtes, avant de vous livrer, clé en mains, votre butin. Alors, quid de la marque mystère, quid de la gagnante prospère ?

376446118.jpg

Lire la suite

"Get shorty ! " # 9

19 novembre 2010

Où les brèves du vendredi, c'est un maxi-fouillis

ACTE

Certains combats ne se gagnent pas. Des mois durant, j’ai traqué la parka Isabel Marant, mandaté une amie de ma sœur pour aller la pister en vente presse, posté de la petite annonce ci et là promettant récompense. A cœur vaillant, rien d’impossible, me disais-je en me rappelant que ma quête du Blondie’s Back rouge avait été un succès. J’ai même reçu une dizaine d’emails m’alertant qu’une blogueuse vendait la sienne, mais mes mails larmoyants n’y ont rien fait, les 450 euros proposés par une rivale munie en traveller chèques (et qui considère qu’un modèle d’occasion vaut plus que le neuf) m’ont mise à plat. Ma chasse a tourné courre. Retour au parking.

prkamarant.jpg

Je vous présente donc ma parka de substitution, une Sessun à 130 euros (merci les codes réduction sur Elle Passions). Je ne maîtrise pas encore la cordelette, mais cela ne saurait tarder. Il faut encore qu'on s'apprivoise, elle et moi. 

14112010690.jpg

Lire la suite

"Never ever" (All Saints)

16 novembre 2010

Où il ne faut jamais dire jamais (un peu comme James Bond)

Vingt-huit ans durant, sans m'en en être fondamentalement rendue compte, j'ai vécu comme Rika Zaraï. Vos yeux ont bien lu, inutile de les frotter de vos doigts beurrés par les croissants. Non, je ne me suis pas nourrie de tisanes d'herbes médicinales aux vertus hallucinogènes et amincissantes, stockées dans ma valise en carton (au moment même où j'écris ces lignes, je ne sais plus si ladite valise en carton n'appartenait pas à Linda de Souza. M'enfin, la crinière auburn est la même). Rika, sors de ce corps, j'ai vécu "sans chemise, sans pantalon". Vécu vêtue, tout de même, vétuste parfois, mais sans chemise surtout, et sans pantalon souvent. Comprendre avec de la robe, de la jupe, de la blouse, du pull, mais pas plus loin. Et cela, jusqu'au mois de novembre 2010. Le remaniement, c'est sur tous les tableaux que ça se joue, mesdames. A l'Elysée comme dans ma penderie.

14112010683.jpg

Jupe Comptoir des Cotonniers, bottes André, ceinture Comptoir, chemise School Rag

Lire la suite

"Get shorty" #9

12 novembre 2010

Où les brèves du vendredi, ça rend jolie

GAGNE

Avouez que vous n'êtes venues là, ce matin, que pour ça. Un vendredi 12 novembre, vous ne travaillez même pas, si ? Si ? Autant pour moi. Après six jours non-stop, je rends l'antenne pendant 72 heures. Histoire de prendre des photos de look, bien entendu, vous vous doutez que je n'ai que cela à faire. Avec cette météo digne de la saison estivale au Botswana, il sera facile de poser en petite robe fleurie avec une belle paire d'escarpins, le brushing bien en place et la pose de blogueuse copyrightée. Remarquez, ce déprimant déluge sera parfait pour immortaliser ma parka chérie. Tiens, en parlant de parka, la gagnante du concours IKKS s'en offrira peut-être une avec son bon d'achat ?

ikks1.jpg

Lire la suite

"Even better than the real thing" (U2)

10 novembre 2010

Où la SPMA, c'est mieux qu'I.M, CQFD

Elles débarquent tout doucement sur Ebay, sur la pointe des pieds. Le signe de la fin de leur règne, deux mois après leur couronnement au sommet de la branchitude absolue. Les sneakers Isabel Marant, tu les aimes ou tu les quittes ? Ni aimées, ni quittées dans mon cas, je les ai juste regardées, sur la chaussée, fouler le bitume d'un pas ... empesé et compensé. Deux mois, c'est aussi le temps que j'aurais mis aussi à trouver mes baskets de l'hiver, mes sneakers du désert, comme je les appelle.

3661424957.jpg

24102010634.jpg

Veja, collection automne-hiver 2010

Lire la suite

"Dazed and confused" (Led Zeppelin) (CONCOURS INSIDE)

08 novembre 2010

Où lire ce blog, c'est pas cher et ça peut rapporter très gros

Ceci est un post-surprise. Pour vous, comme pour moi. Permettez que je vous grille la politesse, causons d'abord de moi, et de mon émoi quand j'ai reçu il y a quelques mois cet email d'IKKS. Un email où la marque me proposait un partenariat avec mon blog, lettre que je laissais morte par ce que je pensais être du désintérêt. C'était, en réalité, de la méconnaissance. Un jour de pluie, dans la galerie commerciale d'en bas, j'entre, désoeuvrée, dans la boutique IKKS. Et là, OK, je tombe K.-O devant la qualité de leurs cuirs. Le cuir, ma matière première vous le savez bien, matière à réflexion sur ce coup-ci. Tant que j'y suis, je jette un oeil au reste de la collection, et je jette mes préjugés à la poubelle par la même occasion : chez IKKS, il y a vraiment des pièces canon. 

ikks1.jpg

IKKS, collection automne-hiver 2010

ikks2.jpg

Virginie Ledoyen sur le shooting d'IKKS (2010)

Lire la suite

"Get shorty ! " #8

05 novembre 2010

Où le vendredi, c'est fashion speedy (mais sans Louis Vuitton)

(RE)VU

Où l'histoire n'est qu'un perpétuel recommencement. Souvenez-vous, 2007. Ségolène Royal enchantait la presse avec sa "bravitude", Laure Manaudou plaquait Philippe Lucas, la France et Flipper en rejoignant son Luca en Italie, et nous bavions toutes sur un jean flare dénommé Anna ... Chez Gérard Darel. Le Gérard, sentant le vent du (jean) large revenir de plein fouet, il s'est pas trop creusé la tête cet hiver : il nous a ressorti Anna de ses cartons, et les gourdasses comme moi qui avaient tourné les talons en 2007, elles s'en mordent les doigts en 2010. J'étais jeune et raisonnable, que voulez-vous, oubliant qu'Anna, c'est forcément glamour (Mouglalis. Kournikova. Karina. Nicole Smith. Cherchez l'erreur). D'une certaine façon, je ne me laissais pas mener par le bout du nez, mais de l'autre, j'ai franchement manqué de flare.

annadrael.jpg

22102010601.jpg

Jean Anna chez Gérard Darel, 135 euros

Lire la suite