Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2010-12 | Page d'accueil | 2011-02 »

"Get shorty" #17

28 janvier 2011

Où le vendredi, c'est get busy

LA BONNE PIOCHE

Il est partout, il n'y avait donc pas de raison qu'il ne passe pas par ici, et qu'il ne repasse bientôt pas par là. Maxime Simoens. J'ai dû lire trois portraits sur lui cette semaine, entre Grazia, Elle, et coetera. Son sens du glamour, ses finitions, sa géométrie variable: après Leighton Meester en Gossip Girl, il habille les 3 Suisses cet été. Un grand écart réalisé compas deux. Cet ensemble carré comme tout est loin de me faire tourner en rond (plutôt en bourrique).

simons.JPG

Maxime Simoens pour les 3 Suisses

Le short-jupe. La seule et unique façon de me faire aimer le short (et celle qui dit jupe-culotte, les fesses je lui botte !)

Lire la suite

"This song has no title" (Elton John)

26 janvier 2011

Où même sans nom, on lui dit oui (oui)

Méfiez-vous de la stagiaire qui est assise, là-bas, de l'autre côté de l'open-space. Bon,  ce mercredi matin, clairement, elle n'a pas l'air de grand chose avec ses grandes lunettes, son keffieh, et son air absorbé dans la lecture de l'horoscope du Parisien. Mais demain, ah demain ... Demain, elle aura peut-être compris que le keffieh c'est fini, que l'horoscope lunaire de Elle vaut dix fois mieux que celui du Parisien, demain elle créera peut-être le sac que vous rêverez de porter. Demain, comme l'ancienne stagiaire d'Eple & Melk, qui a lancé une ravissante collection de bijoux baptisée Untitled Jewels. Permettez qu'aujourd'hui, moi, je lui donne un titre de noblesse, à cette revendiquée roturière.

untitled2.jpg

Untitled Jewels, collection automne-hiver 2010-2011

Lire la suite

"Le Bilan" (Neg Marrons)

24 janvier 2011

Où c'est le bilan, tranquillement, en savourant chaque instant

On va faire simple, ce lundi matin, voulez-vous bien. Simple dans le dire, et simple dans le montrer. Dire que les soldes se sont déroulées sans encombre, comme un charme, dans la bonne taille, merci. Montrer aussi deux de mes acquis, l'un sur Internet, l'autre en boutique, on les marie ? Gai, gai, marions-les, cette jupe et ces souliers. La jupe Vanessa Bruno, ça ne sera pas sa journée, ça sera son année. Matière, coupe, tombé, c'est la 8e merveille du monde. Je l'aime tellement que je n'ose pas tellement la mettre, car je ne mène pas la vie qu'elle mérite. Elle mérite d'autres vies que la mienne, celle d'Alix par exemple, qui lui fait voir du pays (New York), des gens importants, des escarpins Miu Miu et non mes Repetto. Le comble, la grande qui se fait toute petite devant une mini.

19012011977.jpg

Pull et jupe (2011) Vanessa Bruno, souliers Repetto

Lire la suite

"Get shorty" #16

21 janvier 2011

Où le vendredi, hey sexy lady

C'EST LE MOMENT

Des semaines que je devais vous en parler, mais bon, les impôts, les fêtes, la route du Rhum, les soldes, l'affaire PPDA, vous voyez, quoi. Il est donc temps de me rattraper et de vous narrer un joli conte de fées. Fé-e-s, avec Les Fées de Bengale, une marque que je vous avais fait découvrir il y a très, très, très longtemps, je dirais en 200 avant Proenza Schouler. Quand vous étiez une bonne trentaine à venir me laisser des billets doux chaque matin, tiens (et hop, voilà que je vous pique avec la baguette des fées). La marque continue son grand bonhomme de chemin, avec ses créations qui respectent l'environnement et le droit du travail. Bref, des jeunes femmes qui font du beau avec du bien. Et ce beau et bien a bel et bien un prix, pas donné forcément, alors raison de plus de craquer en période de soldes. Toutes ces jolies tenues sont à -50%.

fee6.jpg

fee7.jpg

fee5.jpg

Les Fées de Bengale, collection automne-hiver 2010-2011

Lire la suite

"I went to the market" (Gilles Vigneault)

19 janvier 2011

Où je me suis bougée les fesses pour passer à la caisse

P1010028.JPG

Polo recto

14012011976.jpg

Polo verso

Le Bon Marché n'a, je crois, jamais aussi bien porté son nom.

Et tant que j'y suis ... 

Lire la suite

02:03 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : jérôme dreyfuss

"Over my shoulder" (Mike and the Mechanics)

17 janvier 2011

Où j'ai les rétro-lasers en action

Quand la marinière à épaulettes sequinées Sandro est morte de sa belle mort, tuée à grands coups de contrefaçons cheap et de mises en scène blogosphériques, personne ne l'a pleurée. Personne, sauf moi. Pas tant pour sa marinade, ni sa disco-fever en macaron, mais pour son épaulette. Et je me suis dit que vu le lassage général, on ne les verrait plus, les Paulette. Qu'on allait redevenir plates de la clavicule, l'ennui total, que c'était mieux avant, que Goldorak était définitivement enterré et  les Musclées avec. Dans cette avalanche de subordonnées, j'ai néanmoins réussi à rester maîtresse de moi-même. Il y a encore moyen de structurer nos épaules. Il n'y a plus de sequins, il n'y a plus de marin, il n'y a plus Sandro, il y a Vanessa Bruno.

hiver 019.jpg

hiver 022.jpg

hiver 021.jpg

Gilet angora Vanessa Bruno, marinière cheap, jean Zara, boots Sessun, sac J. Dreyfuss

Vanessa ne m'a pas laissée tomber, sur ce coup-là. Comme Valentine Gauthier, jugez-en plutôt sur ces photos.

Lire la suite

"Get shorty" #15

14 janvier 2011

Où le vendredi, c'est free party

LA BONNE ADRESSE

Il a le prénom d'un des plus chouettes dandys du cinéma britannique, qu'on aurait volontiers fait changer de bord d'une oeillade en coin, d'ailleurs. Il a le presque nom du compositeur de la musique de La Boum (désolée, je n'ai pas trouvé mieux comme référence). Il est surtout celui qui monte en flèche dans le monde bien balisé des chausseurs de stars. Rupert Sanderson. (Ah si, il y avait aussi "il a le nom de l'acteur couteau-suisse qui interprétait Mac Gyver tous les samedis après-midi sur TF1"). Rupert Sanderson, il habille les pieds de Carey Mulligan, des Gossip miss, de Gwyneth Paltrow, les tapis rouges en tous genres, et bientôt nos 36-37. Oui, le Rupert a ouvert sa boîte (de Pandore, vu le tarif de ses créations) sur Paris, quartier du Palais Royal. On n'en attendait pas moins d'un sujet de sa Royale Majesté, dear.

rupert3.JPG

coupure.jpg

(Ca, c'est quand Vogue en parle aussi)

Lire la suite

"Dummy" (Portishead)

12 janvier 2011

Où l'acheteur compte pour du (petit) beurre

Joëlle Goron reprend du service, mes petites pépées. Et elle est remontée comme un coucou, la Joëlle, à l'heure - ding dong - où s'ouvrent les soldes. Motif de son courroux, au coucou ? Les soldes privées. Ces espèces d'attrape-nigaud pré-soldes, survendues à grand renfort de mails alléchants et sms top VIP. Où on nous promet nos obscurs objets du désir fashion à prix soldés une semaine avant l'heure H. Où on nous prend surtout pour des dindes avec un grand F (pour fuck) : -20%. Merci mais non merci. Mon cerveau d'oiselle, bête de mode impatiente d'enfiler sa nouvelle parka, va tenter de résister au besoin irrépressible de l'acheter 148 heures plus tôt. Cela va être très dur, madame Comptoir, monsieur Sandro, mais je vais tâcher d'être forte. Au moins un peu plus que vous.

soldes.JPG

Mon repérage soldes : jupe et débardeur Vanessa Bruno, cardigan Des Petits Hauts,
écharpe et bonnet Sandro, ballerines Repetto et Zara.

De ces rabais je me suis donc facilement privée. Depuis début décembre, ma carte bleue a pris des vacances. Mais inutile de prolonger plus longtemps son congé ... sans soldes.

L'info en plus : Vanessa Bruno solde direct à -50%.

PS : Le tirage au sort de l'HDMV a parlé. Les commentaires n°12 et 40, soit Laeti et Citizen, j'attends vos adresses dans ma boîte email pour recevoir vos gloss Lanolips. 

"Le Téléfon" (Nino Ferrer)

10 janvier 2011

Où je mets mes hommes en sac (tome 1)

Je n'ai pas connu de Billy. Jamais dîné avec un Carlos. Pas dragué un Max, ni rendu à Jules ce qui appartenait à César. J'attends encore qu'un Antoine vende sa chemise pour m'offrir des fleurs. Quand je pense à Fernand, le néant, le néant. Jusqu'à peu, j'étais bien heureuse de ne pas être une femme à hommes, ne serait ce que pour ne pas tomber dans le piège Jérôme Dreyfuss. Jérôme Dreyfuss, l'homme qui savait parler aux femmes de leurs hommes, avec ses sacs baptisés à leur gloire. L'amour, les sacs, nos deux cordes sensibles, mesdames, deux cordes raides dont monsieur Marant se joue avec talent. Le dur à cuir m'a eu à l'usure, récemment, avec deux modèles d'occasion aux noms des deux hommes de ma vie. Parce que c'est chic, parce que tout un symbole. Parce que quand ils ne sont pas là, je les garde à mon bras.

hiver 005.jpg

Lire la suite

00:24 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : jerome dreyfuss

"Get shorty" #14

07 janvier 2011

Où le vendredi, c'est full monty

LA BONNE ADRESSE

Moi la Boulonnaise, reine de la ligne 9 et papesse de la ligne 123, suis tombée ô grand hasard du world wide, world wild web, sur une adresse lyonnaise absolument craquante. Une petite boutique subtilement agencée, bourrée de créateurs qu'on aime / adore / vénère / engraisse du type Sessun, Bérangère Claire, Swildens : Nyack Boutique. Mes petites princesses du 69 (hum, j'avais prévenu avec full monty), vous savez quoi faire ce samedi après avoir tâté du poireau et de la christophine au marché du coin.

nyak.JPG

D'autant plus que la Nyack en chef a sorti deux foulards en soie rétro à souhait, jugez-en sur pièces et sur mannequins, qu'il est possible de commander par correspondance avec frais de port gratuits (toutes les infos ici).

foulard2.jpg

foulard1.jpg

Photos Nyack Boutique

Lire la suite