Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2011-10 | Page d'accueil | 2011-12 »

"Alors, on danse ?" (Stromae)

30 novembre 2011

Où il vous faut entrer dans ma danse

Fenêtre web sur ma vie privée. Allez, je me lance. Allez, je danse. Dès que je peux. Comme un TOC assumé, dès que la musique est bonne, dès que ma chaîne se déchaîne, c'est plus fort que moi. Et évidemment, c'est l'HDMV qui trinque car dès qu'un slow passe, hop, il est de la partie malgré ses jérémiades. Un petit aparté romantique que je nous ai créé depuis plusieurs mois. Maintenant, il y a pris goût, et m'accompagne volontiers, même quand ce n'est pas "notre" slow qui passe (ultime confidence : notre slow, c'est "She's the one", de Robbie Williams. J'aurais adoré vous donner du Frank Sinatra, Portishead ou Erikah Badu, mais non. Notre moment romantique, c'est sur un ancien membre de Take That. Assumons, encore). Je ne sais pas pourquoi, mais j'imagine que vous aussi aimez danser, et pas uniquement quand Niagara passe à la pendaison de crémaillère de votre copine Sophie. Alors comme moi, comme vos petites cousines de 12 ans, comme votre belle-mère de 60 ans, car il n'y a pas d'âge pour se faire du bien, vous allez succomber à Dance Star Party, le nouveau jeu funky sur Playstation 3. Une autre façon de se défouler quand on n'est pas samedi soir, mais dimanche après-midi. A un, à deux, jusqu'à 20, sur 40 chansons différentes, c'est party. Et on perd des calories, tant qu'on y est, et c'est même mesuré par la machine en face de vous. Idéal après le foie gras, les huîtres, le chapon, la buche, les chocolats quoi. Et on rigole bien, tant qu'on y est. Si vous ne me croyez pas, regardez les vidéos tests réalisées par deux de nos blogueuses préférées, Coline et Marie.




Si vous voulez en savoir plus, rendez-vous sur dancestarparty.com ou sur la page Facebook du jeu. Et si vous en voulez encore plus, si vous voulez de la sueur mais pas de larmes, alors vous me dites en commentaires quelle est le pire moment de danse que vous ayez vécu. L'une d'entre vous remportera un jeu et un kit PS Move. Les filles, alors, on danse ?

Article sponsorisé

"The first, the last, my everything" (Barry White)

28 novembre 2011

Où l'assurance anti-maladie en devient sexy

En ces temps rugueux et incertains, en ces heures touffues où le bas de laine devient la valeur refuge de la modeuse qui se respecte, il est temps que je vous parle de ma couverture sociale. Entre elle et moi, c'est du 100%. Depuis que les températures ont baissé, elle joue parfaitement sa carte. Vitale. Essentielle. Universelle. Tant et si bien que je ne sors jamais sans elle, et tant pis si elle ne s'assortit qu'à moitié avec les autres éléments de ma tenue. Je ne sors jamais sans elle, j'irais bien me coucher avec elle, mais l'HDMV met tout de suite le ola et tire très vite ma couverture à lui.

IMG_0394.JPG

Lire la suite

"Vendredi, get shorty !" #43

25 novembre 2011

Où le vendredi, c'est British esprit

LA TENDANCE

A Montélimar, on trouve bien du nougat. A Caen, on mange bien des tripes (même qu'elles sont à la mode, dites-donc). A Cambrai, on fait rien que des bêtises, même quand on ne s'appelle pas Sabine Paturel. A Calais, on fait rien que dans la dentelle et à Cavaillon, on a le melon (même quand on ne s'appelle Sabine Paturel, ce qui arrive souvent, en définitive). En revanche, à Chelsea, j'ai eu beau chercher, on ne trouve pas spécialement de chelsea boots. Donc si vous voulez céder à la tendance plate de cet hiver, pas besoin de traverser la manche.

IMG_0308.JPG

(Vous avez vu, le comble de la smartitude avec mon mug de thé ? Bodum, je précise)

IMG_0309.JPG

Veste Bel Air (2010), sac Jérôme Dreyfuss (Jean),
chemise School Rag (2010), chaussures Pieces

camille.jpg

Mes boots, modèle Camille

Lire la suite

"Gigolo aunt" (Pink Floyd)

23 novembre 2011

Où je suis une mauvaise fille en aiguilles

Les petites annonces, c'est un art à part entière. L'art de dire tout et n'importe quoi en très peu de mots, ce qui n'est pas donné à tout un chacun. C'est souvent payant, d'ailleurs. Mais parfois, entre le tout et le n'importe quoi, la petite annonce balance très franchement pour la seconde solution. "Tout", c'est vite trop. On vend une "jolie maison avec mezzanine lambrissée", et pas avec un robinet qui coule. Pourtant, le robinet fait partie du tout, mais pour vendre sa camelote, c'est plutôt du tout au rien. On cherche "un beau jeune homme drôle et sérieux", mais sans préciser qu'il doit aimer Grey's Anatomy et les virées chez Merci. Merci, beaucoup. Bref, quand on se vend, on ment. Rien de que la qualité, ma bonne dame. Alors moi, aujourd'hui, je ne ferai pas la liste de mes qualités. D'abord, on n'a pas la journée devant nous (on ne sait jamais, si mon hébergeur décide comme hier de nous couper les vivres). Et puis, je ne suis pas comme ça. Alors Galliane, c'est une jeune femme qui ne sait pas : faire des rond avec sa langue. (Il n'y a pas de hiérarchie dans cette liste). Laver les petites gouttes de calcaire sur la paroi de la douche. (Sérieux, il y en a qui arrivent ?) Conduire à Paris. Ne pas faire de shopping à Paris. Partager son pop-corn au cinéma. Coudre. Peindre. Sauter à l'élastique. Tricoter.

IMG_0387.JPG

Lire la suite

"Vendredi, get shorty !" #42

18 novembre 2011

Où le vendredi, c'est 30 millions d'amies

L'ERSATZ

Je ne veux pas reprendre à outrance les philosophes, mais bon, à certains moments, cela s'impose. Et comme j'avais déjà fait référence au sage poète d'Astafort, il ne m'en voudra pas de lui emprunter celle -ci.  "Il y a une heure où va retentir, le signal ; il y a une heure où tu vas te sentir, animal, animal, animal, animal ...". L'heure d'hiver est arrivée, et avec elle le souvenir des fameux pulls chien Balenciaga. Mais si, la pré-collection automne-hiver 2011. Mais si, Heidi Klum. Mais si, Chiara Mastroianni en couv' de Elle.

Heidi+Klum+Balenciaga+2.jpg

couv.jpg

Balenciaga, c'est plus fort que toi. Et plus fort que ton porte-monnaie (oui, sinon, que fais-tu sur mon petit blog ?) Donc tu seras ravie d'apprendre que Zara a enfin sorti son copycat. Et ça ne manque pas de chien.

balenciagastyle1.jpg

Entre chien et loup, personnellement, je n'ai pas encore choisi. Maintenant, tant qu'à passer chez Zara, autant regarder le reste du menu, hein ...

7496462802_1_1_3.jpg

2024713400_1_1_3.jpg

6264245420_1_1_3.jpg

8768004131_1_1_3.jpg

1255203800_1_1_3.jpg

Lire la suite

"J'envoie valser" (Zazie)

16 novembre 2011

Où je me joue des bijoux, c'est fou

Chez moi, le mot "bijou" ne s'accorde jamais au pluriel. Jamais. Parce qu'au pluriel, on l'associe inéluctablement à ses vils congénères de grammaire "pou", "genou", "hibou" et un bijou, ça reste bien au-dessus. A la rigueur, cela peut rimer avec "caillou", quand la pierre est précieuse, mais encore. Ensuite, chez moi, il reste toujours singulier parce que je suis une monomaniaque de la nuque, du doigt, du poignet. A mon oreille, joaillerie rime parfois trop avec quincaillerie, et je préfère 100 fois la simplicité. C'est pourquoi, dans ma vie, le bijou voyage toujours en solitaire. Mieux vaut être seul que mal accompagné, et souvent, la belle compagnie a un prix. Alors, je ne change jamais mes montures. Une bague à chaque main (présent de ma belle-mère et de mon HDMV) (mais je veux bien m'assouplir sur ce point-là, ce n'est pas mon dernier carat) (*diamant, diamant*) (*Mauboussin, Mauboussin*) (*Taille 49, taille 49*), une montre (Zadig & Voltaire en acier brossé), un duo de colliers (Ginette NY & Djula), une paire de boucles d'oreilles. Ne manquait plus que le bracelet qui allait habiller mon poignet. Bracelet trouvé ici, chez Twicy Store, la jolie boutique que je vous avais fait découvrir il y a peu. Quand j'ai vu ce lien Coralie de Seynes, j'ai décidé de ne pas couper le cordon.

IMG_0362.JPG

Lire la suite

"These shoes are made for walking" (Nancy Sinatra)

14 novembre 2011

Où "that's just what they don't"

86 emails, j'ai envoyé. 86 emails, de la Turquie à la Norvège, de l’Ukraine à la Californie, j'ai virtuellement parcouru le monde de long en long, je n'en menais pas large, et elles sont là. 22 coups de fils, j'ai passé. 22 coups de fil, en France uniquement, car ses si chères à mon coeur l'étaient tout autant à mon portefeuille, alors mon compte bancaire ne pouvait pas céder sous les coups. Mes Betty crème, j'ai sacrifié. Même pas eu le temps de s'apprivoiser, de se tester, de se désaimer, car il fallait les nouvelles financer. Et contrairement à certaines, je ne veux pas me permettre deux folies, car il s'agit bien de folie ici. Alors, question de chiffres, j'ai suivi mes principes à la lettre. Betty, Page tournée. 2 mois, j'ai patienté. Deux mois, c'est bien, le délai est raisonnable, je ne suis pas une fille facile, on ne m'a pas au premier coup d'œil. Comme dans une vraie histoire, c'était qui menait l'autre par le bout du nez, le bout du pied, voire du porte-monnaie. Deux lectrices, ou devrais-je dire deux anges-gardiens, s'en sont mêlé, deux mails, deux secondes, deux nouvelles dans ma penderie.  Fin de l'histoire, on ne compte plus les points, les Dixies ont gagné.

IMG_0325.JPG

 

IMG_6823.jpg

Crédit Maryam Nassir Zadeh Store

IMG_8235.jpg

Mais ces Dixie Chic n'ont pas tout gagné, encore. Deux mois qu'on s'est tournées autour, et maintenant qu'elles sont là, elles me font peur. Trop belles pour moi, trop chères, 'fait trop moche dehors. Je les mettrais sous cloche, ces bécasses, sous cloche ce beau gibier pour le garder à ma sauce. Ca me fait toujours ça, d'ailleurs, avec les pièces que j'ai longtemps cherchées. Elles me tiennent en respect. A bonne distance, la fan. Une dernière fois, se faire désirer. Bien joué, mes belles. Mais croyez-moi : on a mis du temps à se chercher, on va bien finir par se trouver.

PS : Hey, j'aimerais bien passer la barre des 200 Twittos d'ici dimanche. J'ai besoin d'aide. Help.

"Me and my boyfriend" (Toni Braxton)

09 novembre 2011

Où après le "jean petit-ami", le cousin

Les liens du PACS ont beau être ce qu'ils sont (c'est à dire impénétrables ailleurs que dans la froideur d'un tribunal), il y a des choses qu'avec l'HDMV, on ne partagera jamais. Sa passion pour la PS3 et les jeux de Formule 1. Son amour des quenelles de brochet (il y avait donc un enfant qui aimait en bouffer à la cantine, et je suis tombée dessus. Wouhou, lucky me). Ses goûts en matière de déco ("Ce lampadaire à trois boules chromées, vraiment ? On vit dans une salle d'attente de dentiste?") Et sa penderie. Ahhh, sa penderie. Des pulls col en V polyester, des chemises non repassées et des chaussures presque à ma pointure. Mais des Camper ou des Adidas. Donc pas de chaussures. Oublié, les théories fumeuses du "aujourd'hui, on partage la penderie", le vestiaire unisexe de The Kooples, la chemise d'homme qu'on porte ouverte au sortir du lit. Fini, la mythologie de Comptoir. Chacun son cachemire, et les chèvres seront bien gardées. Ceci dit, quand j'ai vu que la tendance, après le jean, était au manteau boyfriend, j'ai retroussé mes manches et la raideur de mes principes pour me convertir à ceux de l'école mixte.

IMG_0294.JPG

Lire la suite

"Here comes the rain again" (Eurythmics)

07 novembre 2011

Où les problèmes de blogueuse, c'est de saison

Si elle fait, parfois, la pluie et le beau temps sur votre penderie, la blogueuse mode, sachez-le, n'a aucun pouvoir magique sur la météo. (Elle se contente d'être une pauvre girl next door, comme Technikart le souligne si faiblement dans sa non-enquête du mois). Elle aimerait bien, ceci-dit, inonder vos lundi de rayons de soleil généreux, comme elle inonde vos vies de codes promo onéreux. Elle aimerait bien, ça s'arrête là, même si "aimer, c'est ce qu'il y a de plus beau" (Gérard Presgurvic). Elle aime moins vous servir, dès que les feuilles mortes se rappellent à son souvenir, des tenues invisibles, cachées sous diverses parkas, manteaux, blousons. Il va falloir vous préparer : à partir de maintenant, on remet le couvert. J'espère que vous ne prendrez pas cette nouvelle avec le dos de la cuillère.

IMG_0237.JPG

Parka Sandro (hiver 2010), robe Sandro (hiver 2009),
sac J. Dreyfuss, foulard Comptoir des Cotonniers, boots Jonak (old)

IMG_0242.JPG

IMG_0241.JPG

Après cet avertissement en préambule sur ce que vous trouverez ici ces prochaines semaines (de la parka, de la capuche, du blouson, de la pelure), revenons-en à nos moutons : le concours Twicy Store. Un peu, beaucoup déçue par le nombre de participantes, mais à défaut de quantité, j'ai eu la qualité. L'une d'entre vous est tombée pile poil sur une des deux pièces que j'ai commandées, c'est Laetia avec le gilet Dedikate modèle Pierrette. Le bon d'achat de 40 euros est pour toi ! Ensuite, personne n'a exactement deviné la deuxième, qui était ce bracelet Coralie de Seynes. Alors, pendules remises à zéro, c'est l'HDMV qui a officié en tirant au sort parmi vous le n°27, soit Zélie. Tu remportes donc le bon d'achat de 20 euros. J'attends vos emails, les filles. Peut-être que je ne suis pas capable de vous offrir le soleil, mais en surprises, j'en connais encore un rayon.

PS : De la parka Comptoir, de la blouse Maje etc... sur mon vide-dressing.

PS : J'ai des lectrices formidables. Vous le savez, ça ?

PS : Et sinon, je suis aussi drôle et sympa sur Twitter.

01:31 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (16)