Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2013-06 | Page d'accueil | 2013-08 »

"Wight is wight" (Michel Delpech)

26 juillet 2013

Où la plaisanterie a assez duré

Il allait bien arriver, ce moment, où, lasse d'assortir mon sac à mes chaussures, j'allais m'enhardir dans l'association. Une association de malfaiteurs puisque pour ce dernier post avant les vacances, j'ai coordonné ma tenue à ma couleur de peau : le total look cachet d'aspirine / demi-écrémé / poudreuse de la Plagne, à vous de choisir. Même pas un petit accessoire coloré pour trancher / dynamiser / relever (mais oui, on aime toutes rayer les mentions inutiles, allez-y, au feutre rouge sur votre écran) cette tenue monochrome de Whiteman. Pour tout vous dire, j'aimais bien la robe, voire trop, en tout cas assez pour ne pas attendre d'être mûre pour la porter. Peut-être, inconsciemment, ce vieux relent de grande-fille aigrie-qui-se-mariera-jamais-parce-que-son-mec-veut-pas. Alors, à défaut de passer devant monsieur le maire, je mets la robe blanche pour amadouer monsieur le banquier. Chacune ses (grandes) occasions. 

blanche.jpg

blanchelegende.jpg

blanchecollier.jpg

Vous en conviendrez, il est temps que j'aille prendre un peu le soleil afin de rendre à cette robe l'éclat qu'elle mérite. Donnez-moi deux semaines dans le Sud-Ouest et promis, je n'en reviendrai pas comme une oie blanche. Foi de Galliane. 

PS : Et si le grand Dieu télécommunications me prête 3G, on instagramera. 

"Le retour de Gérard Lambert" (Renaud)

22 juillet 2013

Où on prend les mêmes 

Je pourrais vous citer du Nietzsche et sa théorie de "l'éternel retour" pour amorcer ce billet. Par 33° à l'ombre et en ces temps vacanciers, je doute que vous preniez la référence avec philosophie. Alors, je me contenterai de faire remarquer que j'ai quasiment posté ce même look il y a un an jour pour jour. La blouse était plus légère, les Repetto arboraient un ton tout aussi fluo, et la mèche mangeait à part égale mon front. Rien de nouveau sous le soleil. On prend la même, et c'est comme si tout recommençait. Sauf qu'il y a désormais, hors cadre, une poussette avec une petite poupée qui attend sagement que sa mère ait fini de jouer à la Barbie.

retour.jpg

retourlegende.jpg

retourfin.jpg

Comme pour la tenue et la coiffure du jour, je vais faire court. La chaleur met mon esprit au ralenti, et sûrement aussi vos appétits. 

PS : réassort vide-dressing (Isabel Marant, Sezane, Zara, etc...) et tous petits prix sur l'ebay de ma soeur (Swildens, Isabel Marant, Sessun, Masscob ...)

"Stars" (The Cranberries)

16 juillet 2013

Où ça sent le chlore et la merguez grillée

On était en juillet, on était en 2013 et pourtant, et enfin, il faisait beau et chaud. Un doux parfum de congés payés et de sable humide flottait sur la blogosphère abandonnée, mais je me décidais à continuer à poster. Malgré le soleil, malgré la solitude, je résistais pour cette poignée d'irréductibles Gauloises encore coincées dans la moiteur du RER et les effluves d'essence. Pour ma part, un petit tour au Sud cette semaine avant le grand départ, le premier avec bébé à bord. Cela n'empêche pas le relâchement capillaire (le sèche-cheveux et le fer à lisser sont partis en vacances en amoureux) et vestimentaire : le tuesday wear se vit en mode shorty. Un laisser-aller quasi total, à un (plusieurs) poil(s) près. On est en juillet, on est en 2013. Pas en pleine Préhistoire.

sables1.jpg

sables2.jpg

sables3.jpg

sables4.jpg

Notez aussi le relâchement avec ce mix d'imprimés chéri : les étoiles cohabitent avec les pois pour mon plus grand bonheur. Ne manque plus des triangles en haut pour que la fête soit complète et qu'on me dénonce à la police du style. M'enfin, la quadrature du cercle, toujours, m'a laissée d'équerre. Encore plus quand la météo tourne si agréablement en rond.

"Turn off the light" (Nelly Furtado)

12 juillet 2013

Où je suis une lumière

Dans mon esprit pas vraiment des Lumières, Cyrillus était associé à une marque cucul les petits oiseaux, voire la praline (ça dépendait de l'humeur du jour, si j'avais vu 30 millions d'amis par exemple). Il n'y a pas d'âge pour changer d'avis, ni pour devenir un esprit éclairé. Surtout que c'est là-bas que j'ai déniché la lampe que je cherchais pour mon bureau, tendance loft - industriel - heavy métal. Du très lourd en somme, à prix léger : je n'ai donc pas hésité longtemps à appuyer sur le bouton "commander". Et la lumière fût. 

lampe.jpg

lampe2.jpg

Chez Cyrillus, ils sont surtout fortiches dans un domaine auquel je m'intéresse de plus en plus : la décoration de chambres d'enfants. Checkez un peu ce qu'on trouve en soldes sur l'eshop :  

montagesoldes.jpg

Lettres et coussin liberty, malle à étoiles et poubelle à pois

Et puis il y a la nouvelle collection, toujours aussi bien pensée car facile à intégrer chez soi. De bon goût, de bon ton : 

nouveautes1.jpg

Housses de rangement, tapis à pois, paillasson à étoiles

nouveates2.jpg

Coussin nuage et sac de couchage

housses.jpg

(Bah oui, des housses à pois. Forcément). 

Si comme moi, vous êtes pois lourde ou la tête sérieusement dans les étoiles, vous savez désormais où frapper pour vous sentir chez vous. Pour n'importe quel motif. 

PS : Réassort sur le vide-dressing. 

"Summer sunshine" (The Corrs)

09 juillet 2013

Où on est enfin vernies (c'est le pied)

Il est arrivé sans crier gare et, prise dans mon train-train quotidien, je ne l'ai pas vu venir. Les jambes sont aussi bien épilées qu'un grattoir scotch brite, les ongles vernis aux trois quarts (cuticules compris), la peau loin d'être dorée comme du bon pain. Bref : depuis qu'il fait beau temps, tout chez moi se conjugue à l'imparfait. Ceci dit, on ne va pas non plus trop se plaindre : la cire, le vernis et l'autobronzant, ça s'achète. Pas le soleil. Finalement, la vie est bien (par)faite. Bienvenue l'été, on t'attendait de pied ferme. (Mais pas pédicuré, vous l'aurez compris). 

eteouv.jpg

etelegende.jpg

eteprofil.jpg

Notez tout de même cette persistance dans mon aventure capillaire avec le headband, le plus court chemin selon moi vers une rentabilisation minimale de ma longueur de cheveux. Longueur que je m'apprête à couper dans les grandes largeurs, tant ma fille s'en donne à coeur joie et à coeur bras à attraper ma toison. Un peu trop tirée par les cheveux, j'en deviens vite de mauvais poil. 

01:29 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : ba&sh

"Vendredi, get shorty" #115

05 juillet 2013

Thématique : You're so French !

# VITE, VITE !

Dans la grande famille de la création française, je n'oublie pas ma chère Flore d'Eple & Melk, qui propose ses jolies créas soldées sur son e-shop. Voilà, c'est coloré, c'est frais, c'est parfait pour l'été enfin annoncé. Alors allez-y, maintenant que le fruit est de saison, plus aucune raison de ne pas croquer la pomme. 

HEDONY_2.jpg

14.jpg

26.jpg

17.jpg

TIPI.jpg

Lire la suite

"Maldon" (Zouk Machine)

02 juillet 2013

Où je brille de mille feuilles

Ce jour-là, je n'avais pas de lessive à lancer. Pas de biberon à nettoyer, à cureter, à stériliser, à sécher. Pas de jouets à ramasser, ni de bodies à étendre, de bodies à ranger, de bodies à classer dans la malle "trop petit". Je n'étais pas bodyguard, ce jour-là. J'étais de sortie. J'avais remisé derrière la porte mon sacrosaint jean de maison, mon tee-shirt tout ce qu'il y a de plus Zara basic, quitté l'ombre de ma cuisine et enfilé mes habits de lumière. J'allais faire les soldes, et allez comprendre, il fallait que je sois chic pour acheter du cheap

zigouv.jpg

zigdeux.jpg

ziglegende.jpg

ziggros.jpg

Une parenthèse mode, un petit look entre guillemets, alors qu'au quotidien, avec bébé bavant et gazouillant, 24h/24, au jour le jour et au fil du moi(s), je ne me mets plus sur mon 31. La vie de femme au foyer ne me donne guère envie de m'habiller. Encore deux petits mois à récurer, cureter, stériliser, ranger, body à body avec mon baby, avant de remettre les vestes bien coupées et choisir les sacs bien coordonnés. Encore deux mois avant, qui sait, de regretter.