Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« "Can't buy me love" (The Beatles) | Page d'accueil | "Lovely Day" (Bill Withers) »

17 janvier 2017

"Hey Mama Wolf" (Devendra Banhart)

Où je montre des crocs blancs

Je ne suis pas une mère poule. Je l'ai longtemps cru et claironné à tue-tête, mais l'erreur est humaine, le bec dans l'eau, je me suis trompé d'animal. J'en serai une quand les poules auront des dents, peut-être. Oui, des dents, car moi ma fille me donne les crocs. Depuis toujours, j'ai eu envie de planter mes petites dents dans son cou grassouillet et de la trimballer partout dans ma gueule. Depuis toujours, j'ai envie de la croquer, cric crac, le petit coup de canine dans ma nine. Je l'aime jusqu'aux dents. "Je te mange !", lui répète-je à longueur de journées, et devant sa mine interrogative, je précise "Ca veut dire que je t'aime, hein". Je n'ai pas épousé un loup de mer, mais indéniablement, je suis une maman louve

mamalouve1.jpg

Tee-shirt Emoi Emoi

Vous allez me dire, c'est quoi la différence entre une mère poule et une mère louve, franchement ? Je crois que ça part du ventre. Un amour plus animal, plus sauvage. La même envie furieuse de défendre bec et ongle son enfant, mais avec une rage incroyable. Chez moi, cela se matérialise également par une impossibilité physique de l'éloignement. Toujours dans le même pays. Quasi exclusivement dans la même ville. Un besoin maladif de sentir son odeur, toutes les nuits. Aller la renifler, dans le noir, la retourner d'un coup de museau pour voir qu'elle respire bien. 

mamanlouve2.jpg

Finalement très dépendante de son petit, la maman louve. Quand la mère poule, elle, doit allègrement s'éloigner du nid pour vivre un peu sa vie, moi je rode autour de sa tanière et entrebaille sa porte quand elle joue l'indépendance. Bien sûr, il y a des moments où je l'enverrais bien au diable vauvert, mais toujours je reviens à son cou, l'appel de sa chair. Je crois que je couve quelque chose depuis trois ans et demi. Une maladie d'amour qui me donne une faim de loup.

emoi emoi

 

01:29 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : emoi emoi

Commentaires

C'est tellement joliment dit!! Dans quelques mois je découvrirai à mon tour quel type de mère suis-je...
Bonne journée !

Écrit par : véronique | 17 janvier 2017

Quelle belle déclaration d'amour!

Écrit par : Aude | 17 janvier 2017

Bonjour Galliane,

Maman ours, poule, louve ou chiwawa... le point commun ? Un lien animal avec notre enfant.C'est normal, ces petites choses viennent de nos entrailles.

Rien de neuf sous le soleil de la maternité.

Mais le tee-shirt, les colliers, les bracelets au nom de ta fille.. pfiouuu tu ne trouves pas que c'est too much ? A quand le tatouage ? tu l'auras vraiment dans la peau ;)

Bonne journée !

Juliette, maman HERISSON de deux petites filles !

Juliette

Bonne journée

Juliette

Écrit par : Juliette | 19 janvier 2017

Bonsoir Juliette, Tu ne crois pas si bien dire, je pense au tatouage. Et je mettrai le collier, le bracelet en même temps.

Écrit par : galliane | 19 janvier 2017