Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Page d'accueil | 2007-05 »

"Le Métèque" (Georges Moustaki)

03 décembre 2006

Tôt ou tard, quelqu'un vous en aurait parlé. Forcément. Trop de talent. Trop d'élégance. Trop de sensibilité grecque qui fleure bon le Parthénon et Nana Mouskouri*. J'ai envie de dire qu'on a beaucoup en commun, monsieur Erotokritos et moi, authentique petite-fille d'un immigré grec que je suis (*mes lunettes rectangulaires sur le nez, un ptit coup de Wizard et c'est parti). Rhoo, "l'übersatisfaction", vous connaissez pas? Keubi or not keubi? Allez voir chez Violette, c'est dix fois plus revigorant que le dernier Boris Cyrulnik cette vision de la vie.
J'ai envie de me revendiquer de sa lignée à ce monsieur (manches ballons, couleurs, broches, coupes, géométrie, Marais, ouverture le dimanche, youplaboum, ballerines vernies) et donc,  de revenir à mes racines Zorbesques cet hiver en adoptant le maximum de ces choseries (avec ma Fée, hein qu'on y passera samedi prochain? J'ai été sage, j'ai rien acheté ce week-end pour la peine). Comme vous le noterez, le moutarde sera une valeur forte de cet hiver (vu chez Sessun, notamment, avec un  sublissime assortiment écharpe longue/bonnet) et réveillera un peu toutes vos griseries.

montageeroto1montageeroto3

montageeroto2montageeroto4

Collection automne-hiver 2007-2008, photos Erotokritos
Pour les Parisiennes, boutique rue Vieille du temple (Ier), pour les autres, un morceau de la collection sur www.net-a-porter.com et les accessoires sur www.shopbop.com

Dites, vous croyez pas qu'en cherchant bien, je pourrais nous trouver un arrière petit cousin par alliance en commun avec l'Erotoman ? C'est pas que je sois une immense sentimentale... Mais ma carte bleue, j'ai toujours su qu'elle l'était.

00:35 Publié dans My Wishes | Lien permanent | Commentaires (30)

"Carbon Copy" (Urban Dance Squad)

02 décembre 2006

Une terrasse au soleil, un Monaco (petite joueuse, vraiment), vous ou moi dans cette petite blouse Sandro grise à fleurs bleues chèrement acquise aux soldes presse ("Pousse toi, traînée, j'avais posé l'index dessus avant que tu y aies mis ton majeur") et, à la table mitoyenne, un couple, deux paires de Wayfarer mais surtout... la même blouse Sandro, mieux portée si ça se trouve, à deux centimètres de la vôtre, votre Brun qui rigole, votre visage qui s'enflamme, payé fissa le Monaco, la gueule dans la Punto jusqu'à la maison.

LE drame existenciel de la modeuse, être "in" sans être "like". Ma solution: toujours chercher le petit créateur dans l'air du temps mais évidemment, avec sa patte et sa petite distribution (faut-il vraiment que je vous rappelle mon coup de foudre pour Matières à réflexion?)

Bref, c'est là que je vous donne une des clés pour exister dans ce dilemne de tous les instants ô rage ô désespoir, et même que vous me remercierez si ça se trouve : les ventes Fruit Rouge. Pourquoi? Parce que ce site propose, dans la veine du pointuesque Chic Dressing, des petits créateurs à des prix hyper convaincants. Mais pourquoi en parle-je aujourd'hui, hein, alors que vous allez le voir, le site est fermé jusqu'au 27 août et que donc, tout ce blabla ne sert à rien pour le moment? Parce que j'ai reçu sur mon lieu de vacances, merci fraise-framboise-bigarreau, ma dernière commande Emma Pearl. J'ai remué le web entier, un 1er août, par 30°,  pour dénicher quelques informations sur cette marque... J'avoue, j'ai échoué. Une précision, cependant, qui vaut avertissement : Michel Zbob (bon, j'ai oublié son nom, certes), créateur d'American Vintage, prends garde à toi, on marche sur tes plate-bandes. Et parfaitement, avec ça. La preuve :

pearl1pearl2

Emma Pearl, châtaigne à gauche, perle à droite, 18 euros l'un, Photos Helmut Niouton-John, toujours

Vous noterez la persistance estivale et sudiste de ma tête de mort signée Sophie, au grand dam de ma Mutter pas très branchée gothique du XIè parisien.

Ah, j'oubliais : Emma, c'est pas joli-joli de copier ton confrère Michel Zbob. T'aimerais, toi, que ta voisine de terrasse ensoleillée porte la même blouse Sandro que toi? Non mais ces créateurs, j'te jure.