Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Page d'accueil | 2007-05 »

"Rehab" (Amy Winehouse)

14 décembre 2006

Rien. Rien, vous dis-je. Pas l'ombre d'une lamelle de tong. Pas la moindre boucle d'une ceinture de trench. Une vraie traversée du désert de 8 jours, plage, lagon, moules marinières, raquettes beauf, mais aucun îlôt de tentation H&Mesque, aucune promo Asosienne. Bon, j'vais pas vous mentir, y'avait bien la boutique "Christine Mode" au coin de la résidence, là, avec ses imprimés Well fleuris rouge et jaune en vitrine. Mais même pas envie d'entrer, j'vous jure, je n'ai jamais eu la foi d'une Caroline Daily.

Je me suis offert huit jours de fashion rehab et ça fait drôlement du bien, vous devriez essayer.

Comment ça, vous me croyez pas?

OK, puisque vous insistez, j'ai quand même été victime d'une obsession cette semaine. Une collection printemps-été vachement réussie, six couleurs, des lignes pures, bref, j'ai couru toute la région pour en dénicher :

can

Verres can de chez Mc Donald's, offert pour tout menu XL

...

Promis, je vais redevenir comme avant, hein, la fille qu'avait un peu d'goût? Pour preuve, demain, j'achète ça (le sac Asos,  pas la blondasse qui le porte - mal d'ailleurs).

image4xl

Pour ce retour sur terre, faut remercier Punky. Ravie de vous y revoir, les filles.

PS : vite, vite, une nouvelle vente Christiansen (notre ami le créateur de beaux sacs, toile et cuir) sur www.chicdressing.com en ce moment. Z'avez-vu comme je reprends vite mes esprits?

"Fashion victim" (Greenday)

Hier, l'équipe de France de basket a perdu à l'Euro, hier Brice Hortefeux a sermonné 20 préfets qu'étaient trop gentils avec les méchants sans-papiers, hier les Italiens ont fait la grève des pâtes.
Hier, j'ai accompli un pas apparemment capital dans la vie d'une modeuse parisienne. J'ai aussitôt pensé à la première fois où Marc Jacobs a réalisé un croquis (une souris, forcément), la première fois où Ségolène Royal a déposé son bulletin dans une urne (le délégué de classe, sûrement), la première fois où Loana a enfilé un soutien-gorge ("Man' ! Tu m'passes le 75A en léopard, je trouve que la dentelle fuschia c'est trop classique-e-e-e-uh" - la Niçoise a de l'accent).
Hier, j'ai pensé à tout ça en foulant pour la première fois de ma vie le sol vitrifié de chez Colette.
A l'intérieur, l'air était tout à fait normal (pas plus high-quality que chez Huit à Huit), les gens aussi (j'ai pas vu de nanas en total look Jennyfer, mais il n'y en a pas dans le quartier, c'est sûrement ça la raison), seul l'étage mode m'a surpris car il n'y aucun portant pour essayer des vêtements. Tu regardes le modèle sur le mannequin et t'admires, point (de code) barre, du coup Colette qu'est vachement sympa comme fille malgré son prénom de nonne te réconcilie avec ta CB.

Plus sérieusement, une fille comme moi (ouais Garance), la frange au vent et le portefeuille troué gruyère, vous croyez qu'elle n'achète rien chez Colette?

colette1

Alors, alors... Des babies Chloé ? Un chauffe-coeur en chinchilla Miu Miu? Une paire de gants cuir framboise pas mûre MJ ?

colette2

Vous étiez vraiment loin du compte, là. Une boîte métal de cachous à la pomme verte Hello Kitty, 3 euros en caisse. Hyper trendy, il paraît que la femme de ménage - de la voisine - de Marthe Mercadier ne jure que par eux. Vérification gustative faite, ils n'ont aucun goût, effet "nude" garanti pour les adeptes. Y'a pas à dire, question tendance, Colette tape vraiment toujours dans le mille. Bon, la première qui me sortira désormais que je suis une fashion-victim, elle tournera sept fois sa langue dans sa bouche, OK? J'lui filerai un cachou pour qu'elle s'entraîne.

PS : sinon, j'ai shoppé pleiiiiiiiiin de trucs avec Ma fée et Angie, et déniché une boutique super pour les filles qui aiment le cuir à prix raisonnable. Bientôt, si vous êtes sages.

"Justify my love" (Madonna)

12 décembre 2006

Un jeudi soir, de retour d'une soirée de boulot classique...
-"
Regarde ce qu'il y a pour toi sur la table.
Visions instantanées dans mon esprit embrumé par 8 heures de taf', Le Parisien d'aujourd'hui? Un reste de Pizza Sodebo froide? Je regarde parce que je suis docile et bien élevée.
-"Oh, Loulou/Doudou/Schlomo (rayez la mention inutile), tu y as pensé... Il ne fallait pas!"
A quoi Doudou/Schlomo a-t-il pensé ? Aux 50 000 points de mon permis amoureux, pardi. Pour celles qui ne comprennent pas, d'une c'est pas bien parce que ça veut dire qu'il y a deux mois vous me lisiez pas, de deux, pour piquer l'idée (des cadeauuuuuuux!), c'est .

Sur la table, donc, un joli shopping bag plastifié Sandro. Bon, c'est pas encore du Prairies de Paris mais ça se défend. Tout se présente bien, j'ai encore en tête la robette mignonnette que mon adorable Brun m'a achetée pour mon anniversaire.
Papier soie crème chamarré, miam, je trépigne, je froisse, ah c'est noir c'est bien, ah c'est de la laine, ah y'a un noeud, ah c'est ... ultra court, ah c'est dégueu.

005

J'vous assure, la photo rend limite grâce à ce lainage informe. Là où je suis forte, c'est que je ne sais pas mentir. Je tente donc la franchise sourire Polydent, façon courage Fillon. Pas de quoi se décrêper le chignon, comme pour la réforme des régimes spéciaux, la pilule passe toute seule.
-Ah, merci mon coeur/ange/croquinou...
-
T'aimes pas?
-...

- J'en étais sûr que t'aimerais pas.
-
(Dans ma tête : "bah pourquoi t'as pris ça alors? Et les vendeuses, elles avaient planté le piquet de grève ou bien?" ) Face à lui : Oh c'est pas grave chouki, c'est vraiment la taille qui va pas, le modèle est top, c'est bête/balot (selon votre degré d'langage, j'peux pas tout faire nan plus). Et enchaîner aussitôt : T'as gardé le ticket?

Deux jours plus tard...
Devant les rayons de Sandro, tout était pourtant loin d'être gagné. Hormis la jolie blouse moutarde d'Alix que j'avais repérée (Lui, nature, devant une vendeuse en total look médusée de chez la Méduse : "Nan, j'te prends pas ça, ça fait mémère"), j'ai eu le plus grand mal à dénicher quelque chose qui me plaisait. Finalement, j'ai paré au plus classique (et ma CB a allongé la différence entre sa "oh-une-serpillière-Thérèse" et ma "oh-une-so-sweet-robe-baby-doll-qu'on-verra-mes-cuisses-de-grenouille") :

robette

Robe bleu acier (MA couleur!) Sandro, pochette H&M
Et j'vous ai entendues, hein, les "oh bah alors, la pochette verte était plus belle, c'est bête".
C'est bête, vlà qu'je "bude"*
, vous êtes contentes?

Quatre jours plus tard...
A mon tour, j'ai fait un cadeau à mon Brun qui le vaut bien.

romanpink

Son nouveau meilleur ami, Dégraiss' Boy. Mon Brun a vite éclaté de rire et m'a tout de suite octroyé
5 000 points. Bientôt la robe le sac Erotokritos, les filles.
Pour les cours particuliers, voyez avec mon assistante.

* "buder" : synonyme de bouder dans le langage de Florence Foresti.