Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2007-10 | Page d'accueil | 2007-12 »

"Girls" (The Beatles)

26 novembre 2007

Ou 15 filles, une créatrice, plusieurs possibilités

Elles ont apporté des bonbons. Parce que les fleurs, c'est périssable, puis les bonbons c'est tellement bon, bien que les fleurs soient plus présentables.
Coquelicots pour miss Cily, coca qui pique pour la gente Fanny, 15 blogueuses triées à la volée ont applaudi, samedi, la 1re vente en appartement de la Fée. Comme fallait faire quand même comme si c'était VIP, ben les 15 heureuses élues ont attendu en bas 15 minutes qu'on leur ouvre la porte. Les créatrices, ça aime faire genre. La grande Galliane aussi, vous commencez à la connaître, avec ses oxymores et ses chinchillas.


Donc, évidemment, j'ai foiré la partie "représentation picturale de l'événement", et je vous sers  du joli n'importe-quoi pour respecter ma ligne éditoriale : "le poids des mots, le flou des photos".

vente1

vente2

Bilan de la journée : une circulation beaucoup plus fluide qu'au Salon du Prêt-à-Porter, définitivement ; des essayages de So Sweat' en salle de bain et un admirage final en cuisine Schmitt ; du bonbon à foison et de la chouquette pour niquer sa diète ; des sourires, une maman qui tâte du molleton, du Feist, de la manche ballon, du "Tu me dis ce que t'as acheté chez Isabel Marant, putainnng?".
Au final, miss Muriel a pris le bonnet en noir et Le Parisien ne fait pas sa couv' d'aujourd'hui dessus, il ne restait plus qu'un So Sweat sur le portant, à peine deux litres de jus de fruit ont été bus et mon Brun est prêt à épouser celle qui a apporté les muffins géants.

sosweatp2galliane

Sweat rose poudré, blouse sweat "Galliane"

Ce sera pas non plus marqué dans Le Parisien, mais il reste quelques merveilles à acquérir, notamment les fameux gilets de Punky B. Pour cela, contacter La Fée, 15e lien à gauche. Vous verrez, elle a fait quelques séances photo dernièrement, mais elle a pas encore trop pris la grosse tête. Que celles qui ont poireauté 30 minutes samedi confirment. Merci, les filles.

00:00 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (42)

"Bills, Bills, Bills" (Destiny's Child)

23 novembre 2007

Ou comment j'ajoute un chapitre 4 totalement pas prévu au programme sur ordre de mon éditeur Brun à ce guide de la Vente Presse pour les Nulles

Chapitre 4 : savoir renoncer

Hier matin, tandis qu'Albert Michaud reprenait son service clope de maïs au bec au volant de son Corail, dans les quartiers Est de Paris, une fille, grande, tagguait sur les murs de la vente presse dont ellle venait de sortir : "Isabel M. m'a tuer". Isabel, au bic noir qui marque pas j'écris ton nom car trop de portants, trop de jupes, trop de robes, trop de tout, ma tête, mon chèque, ma tête. Alors, pour ne pas qu'Isabel m'ait totalement eue, parce que sinon vous n'aurez plus rien à lire car j'arrêterai ce blog sur ordre de mon Brun, je lance le second volet de mon opération : "on fait de la place dans les placards pour les nouveaux arrivants". Un classique de la période des ventes presse, pendant laquelle les filles pas pressées peuvent, elles, réaliser de super affaires sur Ebay.

Donc, ouste certains de mes chéris, qu'il faut adopter de toute urgence parce que je sais que vous les aimerez à leur juste valeur. Oui, tout à fait, un mois avant l'heure, c'est un peu ambiance Le Noël des Animaux, sans la SPA et le cheveu sur la langue de Boug'-Dubourg, mais on garde l'esprit qui fait pleurer dans les showmières. Regarde-les, ces petits, comme ils sont mignons, regarde-les. 

sacerotokritosgrisblouseetvoussacbrontibay

ballerines012blouse_Sandro

Pour adopter un sac carré Erotokritos gris, tapez 1
Pour adopter une blouse manches ballon Et Vous bleu nuit, tapez 2
Pour adopter un Barbara de Brontibay, tapez 3
Pour adopter des ballerines Mellow Yellow, tapez 4
Pour adopter un sac Comptoir des Cotonniers, tapez
5
Pour adopter une blouse Sandro, tapez 6

Ne les laissez pas passer l'hiver dehors. Merci pour eux. (Mode "Michel Drucker du dimanche soir qui reçoit Enrico Macias pour vendre son disque" off)
Tant que j'y suis : pour les filles qui viennent à la vente de La Fée demain après-midi, on évite les talons aiguille? On sera bien mignonne.

"Red alert" (Basement Jaxx)

22 novembre 2007

Ou comment je poursuis mon guide "La Vente Presse pour les Nul(le)s " bientôt édité chez J'suisFashionetjemesoigne Editions.

Chapitre 2 : être vigilante

Parce que les plus belles choses ne sont pas devant vous. Non. Les plus belles choses, elles sont déjà aux bras de Camille,  sur les grosses fesses de Michèle ou autour du cou de Chloé. En vente presse, un seul mot d'ordre : la récup'.

Lieu : Boulevard de la Bastille. Cible : Jérôme Dreyfuss.
Malgré la grève, le boulot, le froid, Jérôme me voilà. Et c. Jérôme, pardon chez Jérôme, fallait que je la fasse celle-là sinon mon mentor Florence F. en aurait lâché son avion de Barbie, ben c'est la fête et y'a tout le monde. Y'a Raoul, y'a René, y'a Billy, y'a Jules y'a Louis et tous ses amis.

jd1jd2jd3jd4

Mais y'a plus de noir. Alors qu'Angie, elle m'avait dit qu'initialement, il y en avait, mais qu'une vendeuse un peu patronne avait fait irruption et caché certains modèles noirs. La méchante. J'essaie donc un ravissant René encre quand je vois une vendeuse sortir de ses cartons un énorme Billy noir et le tendre à une jeune femme. Moi, eyes sparkling, bave emerging : "Moi aussi, je le veux madame". En face, nothing : "c'était le dernier et il est vendu". Je me retourne : la dame l'essaie, il a pas l'air vendu du tout, elle hésite avec son Robert et donne du tu à la cruelle vendeuse : "T'en penses quoi, XXX?" Si elle savait ce que j'en pense, elle partirait vite en retraite à Montfleury-les 3 Chaumières. Je rôde, je bude, je fais grise mine d'essayer quand même alors que je ne veux qu'il, oh oh.  Miracle, après 5 minutes, la chanceuse rend Billy à sa copine vendeuse qui va pour le remettre dans un carton. Moi tenter la naïve esquive : "Ben il est plus vendu, là, donc je le veux bien". La vendeuse, gênée, regarde une autre vendeuse, gênée, puis la 3e, encore gênée. Silence dans la salle. Puis elle me tend le Billy modèle large, que j'adopte aussitôt après avoir chèqué. La caissière, à voix basse : "dites donc, vous avez eu drôlement de la chance, ma collègue l'avait gardé pour sa meilleure amie. Ceux-là, en général, on les met de côté parce qu'ils sont noirs et ressortent chaque saison." Nous étions vendredi 16 novembre. Sur mon calendrier, un vrai Vendredi 13.

billy1billyOK

Demain, chapitre 5 de la vente presse pour les Nulles, savoir rompre.