Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2007-11 | Page d'accueil | 2008-01 »

"My perfect day" (Feeder)

10 décembre 2007

Ou il est question en hiver de collection printemps-été New Look mais sans filles à poil dedans (j'anticipe les requêtes google)

Je me souviens d'un temps où je ne rêvais pas encore de soldes presse Vanessa Bruno, ni de soldes presse Gaspard Ulliel au bras, ni de soldes presse tout court. Je me souviens d'un temps où CB ne voulait rien dire pour moi à part que les lettres de l'alphabet étaient inversées. Petite fille modèle, entre deux Marshmallows et mes Barbies adorées, je ne rêvais que d'une chose : passer une journée seule au rayon jouets d'un grand magasin. Finalement, j'ai continué à peigner Skipper et ses soeurs, car mon rêve, ben je l'ai jamais réalisé. Alors quand la toujours adorable Marie Sue a proposé à cinq blog-modèles (Punky B, Rosalie, Balibulle, Marie-Hélène, moi - et Pipelette qui devait venir et qui mérite pas de link pour la peine) de passer une journée VIP chez New Look, évidemment, j'ai lâché la tignasse de Skipper. New Look? Des mois que j'en parle. Une marque britannique récente, entre Zara et H&M, qui devrait s'implanter à Paris en mars 2008. Des mois que j'en-rage, à admirer les trouvailles de certaines d'entre vous, keffiehs, low-boots, pochettes, c'est trop chouette. Jeudi 6 décembre, à mon tour, enfin, de me newlooker à Thiais (banlieue parisienne).

Au programme de cette journée, visite du nouveau siège de la marque, défilé entre petits fours de la nouvelle collection printemps-été et lâchage dans le magasin, un bon d'achat de 100 euros en poche. Vous me suivez?

chaussuresnewlook008

A gauche, les chaussures que vous porterez cet été (chouette, encore des spartiates!)
A droite, cinq mannequins de loin

Sinon, y'avait du champagne, y'avait du risotto en verrines, y'avait des gelées à la fleur d'oranger et du chutney de figue sur le foie gras. Maintenant, on passe au dessert : ma sélection de silhouettes de la collection printemps-été 2008. Cliquez dessus pour les admirer king size.

nw5nl13

nl11nl16

Le jean large sera encore là, la pochette et la chemise à carreaux aussi, ouf, on reconvertit. Le short taille haute, vous ne le voyez peut-être pas, mais il est déjà virtuellement pendu dans ma penderie.

Lâchée dans le magasin, un constat s'impose : New Look, c'est bien pour les prix, certes, mais c'est surtout attractif pour les accessoires... et les chaussures :

rayonnewlook

A la recherche de mon temps perdu, des rangées de Skipper chaussures à perte de vue. M'enfin, je n'ai plus 15 ans 8 ans, j'ai réussi à freiner mon caddy champion. Outre collants et culottes, une seule pièce de la collection automne-hiver mais de qualité dans mon panier. Alors, les filles, qu'ai-je ramené?

00:04 Publié dans Mustave | Lien permanent | Commentaires (50)

"Substitute for love" (Madonna)

06 décembre 2007

Ou comment je trouve un moyen détourné de parler vente presse mais pas que

Mon histoire du jour, commençons-la par la fin. La Fontaine, assez bu de ton eau, la morale, chez moi, elle précède la fable et elle pourrait se résumer ainsi : "Si tu ne peux pas avoir Jude Law, ne va pas te satisfaire de Roland Giraud". Si tu vois pas bien de quoi il en retourne, suit ci-dessous une fashion métaphore pour compléter ce propos : "si tu ne peux pas avoir Yves Saint-Laurent, ne vas pas chez Camaïeu pour autant". Aujourd'hui, on dira que vous avez compris, il sera question d'objet de substitution.

Oui, le thème est douloureux et, comme le traditionnel "Avec ou sans applicateur, hun?" (façon Axelle Laffont sucrée), il concerne chacune d'entre nous. Même toi, qui te gratte le sourcil en te demandant "bah pourquoi qu'elle a pas posté hier?". Tout le monde a acheté un vêtement B qui ressemblait vaguement au vêtement A tant désiré. Parce que moins cher, parce que la bonne taille, parce que disponible tout simplement.

En ce jeudi 6 décembre, saint Nicolas ôte-toi de là, je fais devant vous le deuil de mon vêtement A. Ci-gît une blouse H&M dénichée par la mutine Fanny, que je déclare internationalement introuvable en taille 38. Hommage, photo, R.I.P.

pict0031blousebleue
Photo Fanny aussi

Donc, pour tirer un trait sur cette histoire d'A., je me suis mise en quête d'un plan B à la vente presse April, May (jeudi 29 novembre, vers Victor Hugo). Me demandez pas pourquoi là et pas chez Zara, c'était sur mon chemin, flûte. Alors, cet objet B est presque une blouse, il est presque ... bleu, il est presque avec des vagues dessus, et il vaut presque 39,90 euros (30 euros).

009

Oui, la photo est presque potable aussi.

Tant que j'y suis, un pull manches ballon (40 euros) pas de substitution lui, au passage :

pull

Disponible sur www.lebazarparisien.com

Bouche B. ou pas, je vous le dis : les histoires d'A. ne finissent pas forcément mal, en général.

Et vous ? Un objet A, un objet B finalement? Quoi, quand, comment? Déculpabilisons-nous en choeur !

"The sound of your name" (Charles Aznavour)

04 décembre 2007

Ou comment on se rend compte que Micheline Dax, finalement, est une grande dame courageuse

*EDIT : les liens fonctionnent, yipee*

Vanessa Bruno n'aurait sans doute jamais fait carrière si elle s'était appelée Micheline Martichou. C'est terrible, mais c'est comme ça. Le destin ne tient pas à grand chose, une grand-mère autoritaire à qui il faut absolument faire plaisir, un pari entre potes un soir de Cinzano Party, et un être même pas né (Gudule, Micheline, Schlomo) paie les pots (de vin) cassés. Résumons nous, car j'en ai perdu la moitié au Cinzano : Isabel Marant, ça le fait plus que Monique Ranou. L'une vend des merveilles de robes, l'autre du jambon même pas star. CQFD.

Hier, j'ai découvert une créatrice au doux patronyme : Charlotte Sometime*. Ses pièces, disponibles chez Matières à réflexion notamment, sont à son image : délicates (Sometime) et malicieuses (Charlotte).
  Peu de photos disponibles, malheureusement (Charlotte, faudrait sometime and very soon penser à actualiser ton internet website, if you see what I pense?)

charlottesometimecharlotte_sometime_2

mitaines32

Mitaines disponibles chez Matière à réflexion,
tricotées main en laine d'agneau non roulée sous les aisselles, 35 euros

Mais comme pour toute vérité scientifique, il existe le contre-exemple parfait, que je livre ici, aussi sûre de moi qu'Helmut Newton-John. Au détour de la rue de Lappe, une visite chez La Penderie, une boutique "cosy-girly" à coloniser aussi tôt que possible, quelques modèles m'appellent sur leurs portants cintribillés. La marque? Touch Luxe*. Un nom qui ne m'évoque rien, sinon le mariage assez foireux entre Armor Lux et Tutti Tutti Touch me (The Rocky Horror Picture Show, dis-moi que tu suis, Frieda), voire Touch me, Touch me, I wanna feel your body (Samantha Fox, dis-moi que tu suis, Marie Sue), bref, un patronyme aussi glamour qu'un brushing sur Christine Boutin.
Mais, à y regarder de plus près...

touchluxe1touchluxe2

touchluxe3touchluxe4

Des robes courtes, comme La Fée les aime, de la maille tricotée, de couleur, entrelacée, très Erotokritos (et je suis difficile en la matière), de la fantaisie : une jolie collection, qui mérite qu'on ne s'arrête pas à l'étiquette. To put it in a nutshell, Monique Ranou, Mamie Nova et Corinne Charby, si vous vous lancez dans les frusques, j'irai voir avant de faire ma grande snob. Promis, juré, blogué.

* Liste des points de vente sur leurs site Internet

PS : demain, de la vente presse ou y'a déjà crise de foi?