Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2007-12 | Page d'accueil | 2008-02 »

"Handbags and Gladrags" (The Stereophonics)

17 janvier 2008

Ou comment je propose une leçon inaugurale sur le porté de pochette en milieu urbain tempéré

Etait-ce le bon jour pour tomber le masque, ou plutôt, tomber la frange dans mon cas, l'histoire avec un petit h nous le dira. Les faits sont là, malgré tous mes artifilles pour les dissimuler : bien que Marant maniac' et Erotokritomane, bien que que de grand coeur et grande taille, je suis d'une classe  moyenne. Les plateaux Chloé, les manteaux en zibeline et la bague Mauboussin qui va avec, cela ne passe pas par moi. Autant dire que j'ai développé ma méthode pour analyser les pages mode de Elle : entre l'enfant de six ans devant les vitrines du BHV, et l'anthropologue exégète de Lévi-Strauss devant une tribu exotique.

Mais bien que je ramène ici souvent ma fraise, j'aime, de temps à autre, être bonne poire. Oui, Elle, oui Isa et oui toi la Femme actuelle, je veux bien me balader avec ma pochette de bal dans les rues de Paris. Mon Brun me propose une soirée au théâtre, je dis c'est dans la poche(tte), je vais enfin sortir cet objet du délire. Et répondre à toutes les questions d'internénettes pochétonnées par mon expérience. 

1) Comment ça se porte, ce machin?
Il y a plusieurs écoles de pensée en la matière. Les puristes, c'est à la main, genre négligé, "j'ai toute m'a vie dans 20 cm carrés en croco moldave mais je balise pas si ça tombe dans la bouche d'égoût". Les prudents, c'est sous l'aisselle, parce qu'ils ont prévu le déo (prudent, prévoyant, même courant philosophique) et qu'ils ont anticipé la bouche d'égoût / le caniveau, eux.

pochetteport_2pochetteport_1

2) C'est  pratique ?
Le sac le moins prise de tête du monde. Son avantage principal? Tu n'égareras rien quand tu le portes car tu ne mettras rien dedans. Remboursée par Maaf, la pochette. Mon portefeuille / porte-chéquier  ? Rentre pas, pas besoin, chéri paiera. Mes lunettes ? Pas grave, je dormirai au cinéma de toute façon j'aime pas Zhang Yimoudugenou. Il pleut, il grêle ? Et alors? J'ai dit que je sortais avec ma pochette, pas avec mon parapluie. J'te jure.

3) Bilan
Le sac le plus prise de tête du monde. Houspillée par mon Brun, pas très adepte de la philosophie made in Jalouse ("Non mais c'est pas vrai, tu veux vraiment te faire arracher tes affaires et tes papiers dans le métro, t'es conne ou c'est juste parce qu'on est un jour pair?"), j'ai capitulé.

pochetteport_4OK

Ma pochette, en bandoulière, j'ai porté. Classe moyenne, certes, mais haute sécurité.

Et vous? Me dites pas que sortez le mardi matin avec votre pochette sous le bras ou je m'abonne à 20 ans?

"The limit to your love" (Feist)

15 janvier 2008

Ou comment les non-Parisiennes vont encore m'en vouloir mais bon, tous mes voeux les plus cordiaux

Puisqu'aujourd'hui, il faut vivre ou survivre, pour reprendre la philosophe de nos cours de récré Star Club Nadiya,  j'ai décidé de continuer à vivre dangereusement.  Depuis un mois (et ma découverte de la fripe), vous le savez. Depuis hier (mon escamotage d'orteil enbotté), vous le mesurez. Donc samedi, en grande baroudeuse qui met du 40 alors qu'elle chausse du 41, j'ai délaissé mon traditionnel Haut-Marais (cage). Direction, Pigalle, Abbesses, risky business.

Monter une petite rue ensoleillée. Trottoir droit. Devanture flashy. Derrière cette porte, normalement, le keffieh que s'arracheraient toutes celles qui, comme moi, n'en ont pas, dixit Cyrille. Ici, certaines se demandent comment j'ai pu passer à côté de cette tendance lourde de la saison et je réponds que "ce n'est ni le lieu, ni le moment, et que ce n'est sûrement pas le JDD qui va fixer la date de mon mariage". Cinq minutes plus tard, là-bas comme ici, il n'était plus question de keffieh, déjà par des ultramodèles arraché. Il était juste question de découvrir une charmante boutique dont bientôt, vous aussi passerez la porte. Trottoir droit, devanture flashy, allez c'est parti.

serieslimitees11serieslimitees5

Chouette, y'a du bleu sur les portants. Y'a surtout du DDikate, du Virginie Castaway, et de l'Eros by Erotokritos, qui est suffisamment difficile à trouver pour qu'on se réjouisse deux secondes en choeur et en chypriote, tiens.

serieslimitees6serieslimit_es8

En matière de sacs, vous ne serez pas déçues, puisque les baguettes Matières à réflexion (ah, la belle bleue...) se disputent l'espace avec les plus maousse de Virginie Castaway, encore.

s_rieslimit_es1serieslimit_es2

Chouette, y'a des accessoires (Charlotte Sometime) et du bijou aussi. Les pendentifs Bambi et tout plein de délicates merveilles à pampilles, du Eva Gozlan, bref, de la verroterie de premier choix.

Puis, y'a les vendeuses. Mag & Val, Val & Mag. A qui, en cette période de peopolisation excessive, j'ai délicatement laissé l'anonymat. M'enfin, elles ont du goût, elles ont du temps pour vous conseiller et vous conter fleurette, par exemple, sur cette délicieuse créatrice grecque qui monte et que même Sofia Kokosolaki, elle en fera toute une feta bientôt. La prochaine fois, retenez son nom pour moi.

Ah, j'oubliais : outre les soldes, elles ont un portant braderie avec qui il faudra rapidement faire amie-amie.

RoseOKserislimit_es4

Vous n'y trouverez plus ce fuschissime top Erotokritos, enlevé par mes soins pour le mettre en lieu sûr et aimant (ma penderie), mais il y reste du sacrément beau linge.
Moralité de l'histoire : quand y'en a marre du Marais, aux Abbesses raboule tes fesses.

Séries Limitées, 20 rue Houdon, 75018 Paris, tél : 01 42 55 40 85

"Le plat pays" (Jacques Brel)

14 janvier 2008

Ou comment il sera question de gommes fantaisie, d'étiquettes de vêtement et de chèques en blanc

Y'en a qui collectionnent les bouchons de champagne. Y'en a qui collectionnent les migraines. Y'en a qui roulent leurs bosses du Brésil en Ukraine, et y'en a même ... Même, qui comme moi, qui ont subi une dérive financièrement contestable.
11 ans : je collectionne les étiquettes de vêtement, youpie Benetton et Pimkie c'est trop de la balle, est ce que Mickaël viendra à la boum vendredi, tu m'écris un mot sur mon agenda Chipie?
14 ans : je m'assume budgétairement avec mes 100 francs d'argent de poche par mois, je collectionne les gommes fantaisie.
24 ans : je gagne à peu près ma vie mais je n'assume plus rien financièrement, et si je collectionnais les bottes Isabel Marant?

Au commencement était le daim. Gris beige, avec des gros collants, je faisais ma Pocahontas sur les sentiers poudreux de la capitale.

bottesdaimMarant

Puis vint le mélange cuir et toile. Eté, hiver, Ebay, pas cher.

marantsol

Enfin, le cuir. L'aboutissement, le "qu'on-s'achète-en-soldes-en-priant-pour-qu'il reste-la-pointure". Mais quand on aime, on ne compte pas, ou plutôt, on compte mal. Il restait un 40. Je vais mettre des collants sans pieds. Une collectionneuse est prête à tous les sacrifices.

bottescuirfauve

Forcément j'y suis pour rien, c'est la faute à la Nature, elle qui m'a faite longue comme un lampadaire. Elle qui m'a condamné à ce plat pays qui est le mien. Papa, maman, monsieur Truchon, docteur, c'est grave, dites?

Et vous, une collection à déplorer dans vos commodes et autres penderies ?

PS : une bonne fée m'a déniché le modèle en 41. Si jamais une lectrice qui fait du 40 souhaite acquérir celles-ci, neuves, à prix soldé (assez introuvables, ticket de caisse faisant foi), on sera deux... méga-heureuses?