Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2008-03 | Page d'accueil | 2008-05 »

"Dance little sister" (Terence Trent d'Arby)

16 avril 2008

Où la greffe de souris dans ma main droite a parfaitement pris, je vous remercie 

M'en est arrivé une belle, l'autre jour. Mais permettez que je digresse, avant de glisser mon anecdote, et que le foulard tombe, et que vous ne reveniez plus jamais ici. On se doit bien ça, entre ondes virtuelles, quand y'a d'la gêne y'a plus d'amour. Donc, depuis le temps que j'ai ouvert ce blog, soit l'ère glaciaire moins un jour, la lectrice me demande comment je peux acheter tant, porter joli, bla bla, en gros, elle se fait indiscrète sur mon niveau de vie. Ma réponse tient en quatre lettres et quelques euros : E.B.A.Y. Je suis peut-être bac +6 en science politique (et vlan), mais je suis aussi thésarde en enchères. Je ne suis pas fiancée à Pierre Sarkozy dit "Mosley" dans les milieux hip-hop, je suis maligne. Je sais repérer la petite pièce de créateur que personne n'a vue, mise en vente pour trois fois rien, ma règle de trois, trois exemples pour que vous compreniez :

1400629671.JPG
1069060105.JPG
Leçon 1 : du basique tu préfèreras à ce bibi créateur en tartan moutarde. Prise de rique zéro. L'exemple : la parfaite petite veste noire, de longueur homologuée, signée par le créateur du Marais CH IND pour... 8 euros. Oui, ça fait mal, et ça continue.
1560844246.JPG
Leçon 2 : ne pas se fier aux photos de l'objet. Si photo moche, peu d'acquéreurs, donc petit prix.
L'exemple : une robe Isabel Marant neuve achetée... 16,50 euros.
1934308622.JPG
1049892578.JPG
Leçon n° 3 : regarder l'historique du vendeur pour voir combien il a lui-même acheté la pièce et s'il la refourgue. En cas de coup de foudre total, ne pas la payer plus.
 L'exemple : un top APC rayé, 35 euros

Donc, mes certitudes, mes caquetages, ceux que je vous sers ce matin en un vrai baratin, je les ai également livrés à ma grande soeur. Qui a du goût pour trois et de la jugeote pour six. Qui reluque mon top APC que je lui vends, comme Sarko les airbus, avec un entrain tout méditerranéen, look look ma fille les volants et les fils de lurex. Elle me prend mon butin des mains, regarde les coutures de la poitrine, me le tend et, stoïque : "Evidemment qu'elle est belle ta tunique, je vais pas te dire le contraire. C'est la mienne, je l'avais fait reprendre au décolleté et je l'ai vendue y'a un mois." Yala, perdu le bagou. J'ai peut-être une thèse en Ebay, mais j'ai mention passable en sociologie de la famille.

PS : pour finir, une petite perle vue sur Ebay hier, morceau choisi : "Je précise que cette tunique est véritablement authentique, il ne s'agit pas d'une contrefaçon, et que j'ai parfaitement le droit de la vendre".

01:19 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (50) | Tags : ebay, apc, isabel marant, ch ind

"Something in the air" (Tom Petty)

14 avril 2008

 Où je me dis que pas tout le monde sait où c'est la Corée, si?

La vie est une question de priorités (Bianca Féducomerce, Oeuvres complètes). Jamais à droite, les miennes, fille un peu gauche sur les bords. Jamais dans l'ordre des choses, ma vie, fille un peu bordel sur les ailes. Exemple? Là, tout de suite, je sais que je vais aller flâner dans les rues de Paris, l'oeil en vitrines, parce qu'il fait beau et bon et que c'est rare, et que la pile de linge à repasser, elle sera encore là demain, alors que ce nanonissime rayon de soleil, lui, non. Demain, bientôt, je sais que je ne commencerai pas le régime soupe-céleri-poireau parce que voilà l'été, enfin l'été, et la négresse verte que je ne suis pas doit rentrer dans son Tam Tam 38 acheté l'an dernier. Dans ma bulle, je sais que je pourrais vous parler de la percée des conservateurs aux élections parlementaires coréennes, je pourrais, et m'est avis que ça ferait pas de mal à certaines. Mais sur ce blog, le jeune et talentueux créateur éclipsera toujours le reste de l'actualité, la Sveltesseness et la pile de linge. Surtout la pile de linge. Priorité absolue à Jérôme, Laetitia & Cyrille, Flore, Vanina, Chrystèle, Eva, Claire, Christina, Christophe, tout le monde il est beau, tout le monde c'est du joli. Et quand le jeune créateur s'associe à d'autres jeunes créateurs ça -s'appelle une coopérative mais on s'en fout -, ça me simplifie la vie, et ça a d'autant plus de chances de me plaire. Mathématique, l'histoire. E =MC² = Surface 2 Air, ma formule magique du jour.

510516187.jpg

Les branchées du Marais connaissent déjà mais pour toutes les autres, les "comme moi", Surface To Air est un collectif de jeunes créateurs lancé en 2000 qui s'est demandé "Tiens, si on ajoute des talents entre eux, ça fait un énorme talent?", et s'est répondu oui, et collabore aujourd'hui avec diverses marques, maisons de coutures, organisateurs de soirées. Le label a rouvert boutique au printemps dernier rue Charlot, il faut connaître pour entrer, et il faut s'accrocher pour ne pas ressortir à la vue des vendeuses, aussi lookées que des têtes d'affiche des Femmes s'en mêlent. Fi de la fille d'affiche, on reste dans ce bel espace dégagé, où vivent de la coupe, du noir, du gris, du sobre et chic, du rock, du cher, du basique, du pli, couture, miam.

1259278996.JPG
1456539592.JPG
La boutique Surface 2 Air, rue Charlot, Paris

Je serais bien repartie avec l'intégralité des portants dans un Traffic que j'aurais loué pour la journée, mais c'est bizarre, il me manquait un petit quelque chose. Le fric? Ah oui, c'est ça, le fric. Merci de m'y faire penser, d'habitude j'oublie.

1506648331.jpg

1026050613.JPG
Gilet Surface To Air, 125 euros 
1689094331.jpg
808986694.JPG
Robe asymétique électrique, 125 euros  
695380821.jpg
Oui, je suis repartie avec une robe, un gilet, dans le porte-monnaie une immense béance et dans la tête bien des idées. Si je m'arrêtais là, mon histoire serait sans fin. Sans ce petit plus qui vous donnera le sourire aux lèvres, j'espère : Surface To Air, ça se vend ici. Et pour la Corée, là où les conservateurs parlementent, c'est un petit peu à gauche de la Chine, voyez, et ça déborde dans la mer.
Surface to Air, 68 rue Charlot, 75003 Paris. Métro Filles du Calvaire.

"Astounded" (Bran Van 3000)

11 avril 2008

Où si vous aviez prévu de partir en Ardèche ce week-end, faudrait voir à reporter

De mes dix doigts, je ne sais rien faire, ou presque. J'aurais voulu peindre ou faire l'amour (sans les frères Larieu), cuisiner, dessiner, jouer au golf, sculpter, boxer, j'aurais voulu. Mais personne pour me donner ce coup de main qui me fait tant défaut. De mes dix doigts, je sors souvent la Carte Bleue avec le plus éclatant sourire du monde, je claque les portes comme une diva quitte sa loge "du thé au crocus blanc lapon sinon je ne chante pas", je pianote quelques âneries que vous lisez consciencieusement en ce moment même. La vie de Passe-Partout sans Fort Boyard, par exemple, ou les modes de coït du lapin nain, vous liriez peut-être aussi, ça nous changerait de la sneaker YSL ne croyez-vous pas, ne niez pas, si. Avec des si, et juste deux doigts de talent, je reprendrais le Monde en mains, du bout de mon crayon. Comme la styleuse Lovisa Burfitt, comme Garance, et comme Anna Fredriksson par exemple :

382553937.JPG

Anna Fredriksson et moi, on ne serait jamais rencontrées si je n'étais pas entrée chez le Suédois ce jour-là, au lieu d'aller acheter de l'huile d'olive et des pâtes, ce pour quoi on m'avait mandatée. L'eusses-tu crû, je suis revenue sans montrer pâtes blanches, mais avec mon légendaire sourire le plus éclatant du monde, un sac H&M "Fashion against Aids" au bras. Dans ce sac, deux tee-shirts qui n'avaient rien d'un repas du soir pour deux personnes, l'un signé Fredriksson, l'autre Jo Ratcliffe. Coupe-faim et coup de coeur immédiat pour cette dessinatrice américaine qui illustre aussi des albums, griffe des logos, graffe des pubs, des couv's de magazines, j'en passe, c'est la meilleure.

1443050062.jpg
1862913233.JPG

Dessinatrice ou magicienne, j'ose. Parce qu'enfiler ce tee-shirt blanc si fin si mou, c'était devenir cette fille, porter le chapeau, la veste à carreaux, le rouge à lèvres poudreux, la mèche façon Allison Mosshart. C'était ne pas manger, ni pâtes ni d'huile d'olive, mais c'était faire ma star pour 20 dollars. Un sentiment qui n'avait pas de prix.

1281603212.JPG
Tee-shirts H&M, 14,90 euros. Sont également vendus les posters des illustrations.

Alors peindre ou faire l'amour, se nourrir ou séduire, ce jour-là, j'avais clairement fait mon choix. Comme il reste très peu de tailles 38 dans ces tee-shirts magiques, il va falloir aussi faire le vôtre. Le week-end en Ardèche chez Belle-Maman et son gigot ou la virée à H&M. De mes dix doigts, mes demoiselles, je brise aussi des ménages, le sourire le plus éclatant du monde au visage.

PS - Deux bons plans pour les Parisiennes :

La vente privée D.Dikate, samedi et dimanche, de 11h à 18h, 4 rue Pasquier 75008 Paris, interphone Deschamps, 2e étage. Moi j'y serai !

La vente privée Virginie Castaway, vendredi 11 avril, 257 rue Saint Martin, 75003, mot de passe : Lovely. Je risque d'y être aussi.

Et pour les autres, il y a toujours mes ventes sur Ebay.