Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2009-08 | Page d'accueil | 2009-10 »

"Je veux tout "(Ariane Mofatt)

07 septembre 2009

Où il sera question en vrac de votre note au brevet des collèges, d'Angelina Jolie et de Nicolas Sarkozy

Fille à défi, voilà ce je suis. Une fille qui se donne du fil à retordre, étoile filante au firmament amoureux, qui jamais ne se défile et fait fi de la difficulté. Un peu une Angelina Jolie française, en somme, les yeux bleus et six enfants adoptifs en moins. (C'est tout ce qui nous sépare, je ne vois vraiment rien d'autre). Oui, parce que la Jolie poupée, elle s'était promis de chiper Brad à Jennifer, et elle l'a fait, haut les mains, haut la main, et six bambins dans l'tambourin. J'aurais pu, honnêtement, mettre la barre aussi haut, et tenter d'agripper, du haut de mon mètre 80, Gaspard Ulliel à sa chérie du moment. Mais, honnêtement (la rhétorique Sarkozy s'empare de moi, au secours pardon), d'une j'ai ce qu'il faut à Boulogne-Billancourt (ma nouvelle maison, avec tous plein de gros coussins dedans), de deux je me suis trouvé un autre défi. Un vrai défille, devrais-je dire d'ailleurs, qui tient en deux points. Là, va falloir que je les montre ces deux points, avant de me faire tirer sur les "i".

Collection Comptoir des Cotonniers automne-hiver 2010

robecomptoir.jpg


La robe s'appelle Nougat, coûte 140 euros, et me met au tapis avec ses volants. Le blouson n'a pas de nom, coûte 360 euros, et représente ma seule concession potentielle à la tendance officier en cette rentrée. (Non, pas la veste H&M, j'veux du cuir, du gris, du classe). Donc, si vous avez eu votre brevet des collèges et vous avez lu jusqu'ici, vous avez compris que mon défi culmine à 500 euros. Le compte n'est vraiment pas bon, surtout en ces temps d'emménagement, d'où mon défille : m'offrir la tenue de mes rêves en revendant sur mon vide-dressing pour exactement le même montant. Défi lancé, céans, par une mauvaise fille qui file pourtant un joli coton.

"Cathy" (Alain Barrière)

02 septembre 2009

Où je n'aurai jamais cru parler de Cathy Guetta un jour sur ce blog

Alors, ci et là, on nous parle de la salomé à bout troué, de la marinière Sandro à sequins totalement sold out, de cette rentrée en flash black, et j'en suis ravie. Mais on passe honteusement sous silence, dans la plus grande impunité, l'information fashion qui nous fera oublier notre date de naissance et celle de l'HDMV : Cathy Guetta va relooker Titi. Je répète, allô Papa Tango Charlie : Cathy. Guetta. Relooker (car Cathy, She's got the look). Titi (ou Tweety, pour la communauté anglophone qui se presse sur cet espace chaque matin, oui, je pense à toi, international audience).

Car Titi va apparemment mal. Je m'en veux de ne pas avoir pressenti sa détresse ces dernières années, ingrate que je suis, on me cache tout on me dit rien. Le petit oiseau ne veut plus sortir?  Le Canari(t) visiblement jaune ? SuperNanny SuperCathy accourt à sa rescousse, entre ses activités ultra diversifiées de femme de - RP - organisatrice de soirée - maman trop cool - égérie de marque de décoloration capillaire.

Jusque-là, il faut bien le dire, et l'écrire, ce sujet ne méritait pas forcément de figurer ici, entre mes confessions de jeune femme (dé)rangée (10 cartons toujours dans la salon, merci) et la dernière paire de Chie Mihara poilue que je vous ai présentée la semaine dernière. C'est là qu'intervient l'unique intérêt de cette news : Claire Pain. Cette charmante créatrice de bijoux et accessoires de l'Est Parisien va relooker Titi avec Cathy. Enfin, la demoiselle a racheté la licence de la marque pour apposer sa propre lecture du personnage Warner Bros. Au  salon Première Classe 2010, porte de Versailles, tous les grosminets ne vont parler que de ça :

phototiti.jpg

Claire Pain, Capsule collection inspired by "Tweety by Cathy Guetta"

Funky, coloré, flash, très Gwen Stefani en somme. Et non dénué d'humour, immanquablement présent dans toutes les collections de la pimpante Claire Pain. Quant à moi, perchée dans mon nouvel appartement avec terrasse boulonnais, je peux désormais dormir tranquille, j'ai brisé l'omerta. Mais maintenant, j'oublie. Comme on dit, du côté des chastes gouttières italiennes : Basta Titi !