Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2009-09 | Page d'accueil | 2009-11 »

"I didn't really" (El Presidente)

12 octobre 2009

Où j'ai été prise au piège par une vendeuse menthe à l'eau

Ne jamais croire une vendeuse. Vendeuse rime avec menteuse, c'est bien connu. La vendeuse est l'ennemie de la fashionista, la fameuse faible femme, la vendeuse est le diable qui, ce jour-là, s'habillait en Comptoir des Cotonniers. Diabolo menteuse qui m'a minaudé, toute angélique, quand je lui ai demandé d'essayer le fameux blouson officier en cuir acier de la nouvelle collection "comme ça, juste pour voir": "Mais il est épuisé, enfin, Mademoiselle! Vous devriez vous dépêcher de le chercher dans les boutiques de Paris !"

blousoncompt.jpg

Comptoir des Cotonniers, collection automne-hiver 2009-2010

Tout de suite, vous situez mieux la scène. Moi, déjà bien échaudée l'hiver dernier par l'épisode précédent ("Celui où Galliane cherche une parka Comptoir sold out en mars", un des meilleurs de la série), je me dis qu'il faut faire confiance à cette dame respectable de Boulogne-Billancourt (Oui, j'ai décidé de faire du B&B l'âme de fond de ce blog, un peu à la manière de Carrie Bradshaw et New York, les taxis jaunes en moins vous voyez?) et donc se ruer dans le Comptoir le plus proche pour acquérir la bête. Chose faite un soir d'octobre, au détour de la rue Etienne Marcel, un blouson doux comme un agneau, couleur acier qui me sied :

002.JPG

004_copie.jpg
Blouson Comptoir des Cotonniers, robe Sandro nouvelle collection, bottes Maloles

Evidemment, trois boutiques plus loin, je me rends compte, blousée, que ledit blouson est aussi disponible qu'un abonné de Meetic. Deux fois cette semaine que Comptoir des Cotonniers a ma peau, après mon absence au cocktail de lancement de la nouvelle formule du blog de la marque, le (chouette, reconnaissons-le) Brèves de Style, où on distribuait aux invitées le tour de cou en laine de cet hiver (ça m'apprendra à travailler un soir de semaine, vraiment Galliane quelle idée). Blog où j'ai tout de même appris, gratuitement, que le type de fermeture de ma nouvelle merveille s'appelle un brandebourg. Ca ne me tiendra pas chaud au cou cet hiver, cette histoire, mais ça m'a consolé. De toute façon, vu la richesse boutiquière de mon cher B&B, je n'ai plus le choix : il va bien falloir que je devienne un pilier de Comptoir.

"Sugar Sugar" (Diving with Andy)

08 octobre 2009

Où plus belle la vie, c'est forcément en gris

Il n'y a pas de saison pour les jolies choses, il n'y a que des occasions, des envies, des amies. Mode et amitié font assurément bon ménage, presque amoureux, le partage, quand le talent est au rendez-vous. Alors, Suzie Winkle, cette si parisienne créatrice, m'a gâtée cet hiver en mettant du gris et du romantisme et de la robe de partout. Elle  sait soigner ses Bobos, la suave Suzie. Rock, dandy diva, vanessa paradisiaque, je craque. Egoïste, moi toujours, et moi, jamais, puisque je vous fais partager ses inspirations hivernales presque berlinoises. Mes coups de coeur :

suzie1.jpg
Suzie Winkle, automne-hiver 2009-2010

(Top Lilas et jupe Myosotis)

suzie2.jpg

(Robe Lavande et gilet Iris en cuir agneau noir, grrrr)

D'ailleurs, si vous pouviez m'aider, entre ces deux évidences, pourtant mon coeur balance (en commentaires, votre choix!) L'ensemble de son oeuvre, on peut l'admirer ici, et bonne nouvelle, désormais l'acquérir . Un top e-shop avec des prix tout doux sur sa fin de collection été 2009 en prime, comme sur ce top Taylor pour lequel j'ai les beaux yeux d'Elisabeth, pardon, de Chimène :

 

suzie3.jpg
(Top Taylor, disponible ici)

De l'été 2009 à l'été 2010, il n'y a qu'un pas. Pas de faux-pas avec la miss, qui a encore tout bon question coupes, matières et ambiance swimming-poolienne :

suziepreview.jpg

Collection printemps-été 2010

Alors, sinon, en vrac : la collection automne-hiver débarque sur le e-shop le 25 octobre au plus tard. La miss organise une vente privée le week-end du 17 octobre sur Paris, avec -50% sur sa collection été et -20% sur sa collection hiver actuelle. Je crois qu'on a tout vu, qu'on s'est tout dit, et qu'on a écouté ce qui se fait mieux en ce moment. (Diving with Andy) (On suit SVP, sinon, Julien Doré a chanté en duo avec Cindy Sanders pour celles qui n'ont pas la chance d'aller chez le dentiste se faire fraiser la poire pour lire la presse funny). Et oui, quand j'aime une fois, comme dirait Francis, j'aime pour toujours. Donc on a parlé de Suzie hier, on en parle aujourd'hui, on en reparlera demain. Ne vous faites pas le moindre Suzie. Pardon, souci.

PS : Diving with Andy, vous connaissez forcément, parce que vous avez super bon goût (vous lisez ce blog. CQFD) Mais si vous avez oublié, c'est par que ça s'écoute.


INFOS VENTE PRIVEE : Samedi 17 et dimanche 18 octobre, de 12h à 19h, 15 rue du Louvre (75001), code 2689, bât 4, escalier A, interphone : ORELIS.

"Say yes" (Wax Taylor)

06 octobre 2009

Où un petit coup de vent, avant une jolie bourrasque en fin de semaine

Ah, l'attente ... Le clic rageur, et cette page de fichu blog qui ne s'actualise pas. Vous êtes deux catégories, cette semaine, à m'avoir maudite. La première, ce sont les participantes au concours Crazy Libellulle and the Poppies. "Mais quand est-ce-qu'elle annonce les gagnantes, la Galliane, là, elle n'a que ça à faire, elle vit en couple à Boulogne-Billancourt maintenant, fini le shopping, finis les apéros en terrasse, finie sa vie dissolue et welcome la desperate houseblogueuse". Ouais, bon, elles n'ont pas tort. Alors, on dit que Blandine, Sarah (babille) et Clémentine, on envoie un gentil petit email avec son adresse (lesgrandesfillesmodeles@gmail.com) et on va devenir fantastick du parfum. Les autres, on ne désespère pas, on est tout aussi fantastiques et il y aura un autre concours bientôt.

La deuxième catégorie, elles ont encore des paillettes plein les yeux à l'évocation de ma robe Shyde au col "sequins-coquin". Elles ont raison, qu'elles les gardent, ces étoiles : une fois déballée, essayée, portée une journée, cette pièce est pleinement validée et approuvée. Allez-y donc les yeux fermés (elle risquerait de vous éblouir).

essais.JPG

Robe Shyde, collection automne-hiver 2008-2009

Une fois ces mises au point établies, on repart du bon pied d'ici vendredi, avec de la mode à vous faire pâlir d'envie. Oui, parce qu'après vous avoir voulues brillantes, je vais vous conseiller d'attraper grise mine. On va se gris-mer, les filles, et pas qu'un peu. En attendant, on regarde "Un Dîner presque parfait" en comptant les jours où on a échappé à la grippe A, et ça va passer très vite, vous verrez. Foi de Stéphane Rotenberg.

PS : Stéphane Rotenberg, il cherche un code réduc sur Modetrotter, si vous avez ça ... ;-)

00:02 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : shyde, crazy libellule