Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2009-10 | Page d'accueil | 2009-12 »

"The unforgettable fire" (U2)

09 novembre 2009

Où les plus beaux trésors sont aussi les mieux cachés

Elles font leur chemin depuis l'an 2000, sans bruit, mais pourtant, impossible de les louper. Le talent, brut, ne se passe pas sous silence. Madelon Lanteri-Laura et Natalie Vodegel, ces deux patronymes anonymes ne vous disent forcément rien, le nom de leur marque, Polder, à peine plus. Mais dès que je vais vous montrer quelques-unes de leurs créations, simples, évidentes, polaires, l'ensemble va forcément vous parler.

polder3.jpg
polderbabies.jpg
polder5.jpg
polder1.jpg

Vous avez vu, le cuir, elles maîtrisent. Comme moi, je maîtrise l'engloutissement de pancakes réchauffés Picard en moins d'une minute trente pieds croisés sur canapé. Du grand art, et des couleurs que j'aime, basiques, classiquement discrètes mais remarquables à la fois. Notez aussi qu'elles se sont lancées dans les collections pour enfants, joliment baptisées April Showers.

polder4.jpg
Des années que je les suis, sans encore céder à l'appel de leurs sacs, de leurs ballerines, dure à cuir la Galliane. Mais les premières basses températures arrivées, ma résistance a fondu comme neige au soleil. Toute douce, la grande fille modèle, quand elle a tilté sur les créations d'accessoires en laine.
polder2.jpg
Résister au froid polaire en Polder ? Voilà un programme qui m'enchantait bien, ne restait plus qu'à trouver le Polder Shop qui me ferait craquer. Il y a bien Monshowroom, Les Vitrines Parisiennes, mais c'est sur le très select Anna Ka Bazaar que mon dévolu s'est jeté (tiens, jette-toi, dévolu !) Une petite pépite d'e-shop, aussi discret que les jeunes marques qu'il distribue.
023.JPG
Confortable comme tout, ce tour de cou. Soldé, il m'a fait tourner la tête, comme il ne vous fera sans dote pas détourner le regard. Anna Ka Bazaar, spécialiste de confection pour enfants et de petits plaisirs pour leurs mamans, propose 10% de réduction aux lectrices les plus chouettes de la blogosphère (of the international blogosphéria) avec le code "FILLESMODELES" jusqu'au 15 novembre.  Polderien, les filles.

"I believe I can fly" (R. Kelly)

04 novembre 2009

Où quand on me fait un cadeau, je l'accepte toujours, par principe

Vendredi, c'est le coup d'envoi de la vente presse Isabel Marant. Je vous l'annonce parce que j'ai reçu le carton, heureusement que le service de ré-expédition du courrier marche correctement parce que sinon, j'aurais aussitôt privatisé Besancenot et Marius (mon facteur). Mais vendredi, si vous avez envie, si vous n'avez pas de carton Isabel Marant et que vous avez envisagé de vous retenir de respirer pendant dix minutes pour la peine, il y a Valentine Gauthier qui vous accueillera volontiers dans sa boutique. L'évanescente Valentine, qui va vous proposer -20% sur sa nouvelle collection. Les 5, 6, 7 novembre, rendez-vous au 58, rue Charlot (75003 Paris) et, à votre passage en caisse, vous glissez "Galliane" comme mot de passe. Normalement, votre ticket de caisse devrait s'en ressentir et, subitement, vous vous sentirez plus légère. Une plume, l'addition. Je vous l'avais dit, Valentine Gauthier, elle donne des ailes.

val1.jpg
Et puis trois pâtés de boutiques plus loin, il y a ma grande complice, Flore, d'Eple & Melk, qui organise elle aussi sa vente privée, avec notamment -10% sur une sélection de jolis bijoux dont les siens (elle s'est lancée, avec succès). Je n'en dis pas plus. Des bijoux Eple & Melk, il y en a qui risquent de tomber dans les pommes.
INVITATION_VENTE_PRIVEE.jpg
www.epleandmelk.com
www.valentinegauthier.com

"Poppy" (TV on the radio)

02 novembre 2009

Où je trouve une petite copine de jeu à Chie Mihara

La couleur de l'hiver, c'est le noir. Merci les créateurs, qui nous ont quand même ajouté une touche de marine (pour la peine) et de vert menthe (pour l'haleine). Ici, aujourd'hui, c'est rouge, camarades. La fleur de l'hiver, c'est l'edelweiss, ses petites pétales neigeuses, ses tyroliens qui iodlent. Ici, aujourd'hui, c'est le coquelicot, sa fragilité, sa légèreté, mais je devrais plutôt dire Coclico, mesdames. Coclico, la marque de chaussures qui cartonne outre-Manche, et cocorico, lancée par une jeune femme d'origine française, Sandra Canselier. Pour faire simple : du Chie Mihara en nettement moins cher mais aussi en plus vert. Ecolo, Coclico fabrique ses godillots en Espagne, avec des cuirs européens. Les peausseries sont tannées à partir d'extraits végétaux, certains cuirs employés sont garantis sans chrome, les boucles des chaussures fabriquées sans plomb, et le bois et le liège sont certifiés par le Forest Stewardship Council. Voilà pour les infos qui donnent bonne conscience, maintenant on se tait et on regarde :

 

coclico1.jpg
coclico2.jpg
coclibis.jpg

Des modèles qu'on trouve en vente ici, sur le e-shop de la marque, qui propose également des modèles Chie Mihara ou Maloles soldés (tiens, mes deux références en shoes, comment on se retrouve ... A des prix vraiment riquiqui, type 110 dollars frais de ports compris.) Mais en France, on commence aussi à ouvrir ses pétales à la vue de ces petites merveilles, comme Les vitrines parisiennes, qui proposent ces jolis modèles :

 

coclico3.jpg
coclico4.jpg
Je ne sais pas vous, mais moi, à la vue de ces embellissements de pieds signés Coclico, sur leur site officiel j'ai fortement envie de cliquer. En attendant d'aller examiner de plus près ces créations aux Galeries Lafayette, qui distribuent depuis peu cette marque qui ne manque pas de talent... et de talons.