Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2010-01 | Page d'accueil | 2010-03 »

"Teenage dirtbag" (Wheatus)

04 février 2010

Où je me suis fait descendre dans les règles de l'art

Je m'habille comme un sac, et je ne l'avais même pas remarqué. L'oeil fashion de l'HDMV, pas bridé pour deux sous, m'a remis en place d'une phrase. Clac, sans appel le verdict, alors que frigorifiée par les derniers frimas, j'étrennais ma dodue doudoune sous le ciel cotonneux. Lui, coton, juste ciel, m'a cueillie : "C'est bien, mais on dirait que tu portes un sac poubelle".

006.JPG
Doudoune cheap, jupe Sandro, marinière cheap

Hum hum, comme un froid dans la pièce, d'un coup. Trois possibilités : je claque la porte, je claque mon mec, j'éclate de rire. J'ai choisi la 3e proposition. Ce jour-là, j'étais la p(i)oubelle pour aller promener.

"Somewhere I belong" (Linkin Park)

01 février 2010

Où je vais bien vous amener quelque part

Il y a parfois de jolies surprises dans une boîte à lettres. Je ne parle pas de la fameuse enveloppe Le Grand Tirage "Vous avez gagné un million, ouvrez-vite !" (et une nuit étoilée avec George Clooney, un peu fort de café c't'histoire). On oublie aussi la taxe d'habitation qu'on croyait avoir payée tiens donc, le prospectus Domino's Pizza de la semaine et l'avis de passage du facteur qui, comme d'hab, n'a pas sonné alors qu'on était à la maison. Sometimes, donc, une bonne surprise, sometimes, un catalogue ... Somewhere.

somewhere5.jpg
Je veux ce look de paysanne sexy
somewhere1.png

Je veux ces cheveux cendrés et hirsutes (mais je ne les trouve pas en taille 38)

somewhere7.jpg

Je me vois en noir et en camel sur la pointe des pieds

somewhere3.jpg

Je veux ce tablier de Maïté sexy

somewhere4.jpg

Je veux la table et l'androgyne derrière

somewhere10.jpg

Bleu, vinyle, je m'éparpille

Donc cet été, c'est clair, je me vois en paysanne sexy, la longue tresse effilochée, la jupe ceinturée, les couleurs mastic kakisantes, la bouche généreuse (Emmanuelle Béart attitude, en mode "Manon de Boulogne-Billancourt"). Retour aux sources. Moi, la forestière. Etre née quelque part, c'est partir quand on veut, revenir quand on part. Permettez, alors, que je me crée de nouveaux repères. Manon de Boulogne-Billancourt, elle est née Somewhere.