Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2010-12 | Page d'accueil | 2011-02 »

"Get shorty" #16

21 janvier 2011

Où le vendredi, hey sexy lady

C'EST LE MOMENT

Des semaines que je devais vous en parler, mais bon, les impôts, les fêtes, la route du Rhum, les soldes, l'affaire PPDA, vous voyez, quoi. Il est donc temps de me rattraper et de vous narrer un joli conte de fées. Fé-e-s, avec Les Fées de Bengale, une marque que je vous avais fait découvrir il y a très, très, très longtemps, je dirais en 200 avant Proenza Schouler. Quand vous étiez une bonne trentaine à venir me laisser des billets doux chaque matin, tiens (et hop, voilà que je vous pique avec la baguette des fées). La marque continue son grand bonhomme de chemin, avec ses créations qui respectent l'environnement et le droit du travail. Bref, des jeunes femmes qui font du beau avec du bien. Et ce beau et bien a bel et bien un prix, pas donné forcément, alors raison de plus de craquer en période de soldes. Toutes ces jolies tenues sont à -50%.

fee6.jpg

fee7.jpg

fee5.jpg

Les Fées de Bengale, collection automne-hiver 2010-2011

Lire la suite

"I went to the market" (Gilles Vigneault)

19 janvier 2011

Où je me suis bougée les fesses pour passer à la caisse

P1010028.JPG

Polo recto

14012011976.jpg

Polo verso

Le Bon Marché n'a, je crois, jamais aussi bien porté son nom.

Et tant que j'y suis ... 

Lire la suite

02:03 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : jérôme dreyfuss

"Over my shoulder" (Mike and the Mechanics)

17 janvier 2011

Où j'ai les rétro-lasers en action

Quand la marinière à épaulettes sequinées Sandro est morte de sa belle mort, tuée à grands coups de contrefaçons cheap et de mises en scène blogosphériques, personne ne l'a pleurée. Personne, sauf moi. Pas tant pour sa marinade, ni sa disco-fever en macaron, mais pour son épaulette. Et je me suis dit que vu le lassage général, on ne les verrait plus, les Paulette. Qu'on allait redevenir plates de la clavicule, l'ennui total, que c'était mieux avant, que Goldorak était définitivement enterré et  les Musclées avec. Dans cette avalanche de subordonnées, j'ai néanmoins réussi à rester maîtresse de moi-même. Il y a encore moyen de structurer nos épaules. Il n'y a plus de sequins, il n'y a plus de marin, il n'y a plus Sandro, il y a Vanessa Bruno.

hiver 019.jpg

hiver 022.jpg

hiver 021.jpg

Gilet angora Vanessa Bruno, marinière cheap, jean Zara, boots Sessun, sac J. Dreyfuss

Vanessa ne m'a pas laissée tomber, sur ce coup-là. Comme Valentine Gauthier, jugez-en plutôt sur ces photos.

Lire la suite