Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2011-01 | Page d'accueil | 2011-03 »

"Débranche" (France Gall) (Concours inside)

18 février 2011

Où cet Albert et ce Marc là sont de vraies stars de gala

A toutes les branchées qui s'ignorent, et à toutes celles qui s'adorent, à toutes les vieilles branches encore étanches, à toutes les embranchées qui cherchent encore leur route, halte-là : Don't switch* me off vous tend les bras. Don't switch me off vous ouvre surtout la voie de la hypitude simple et cool, la hypitude du dimanche, si ça vous branche. Moi, c'est mon cas. J'avais déjà repéré leur fameux tee-shirt hommage à Alber Elbaz, Monsieur Lanvin, sur Punky ou encore Kenza. Alors, quand les créatrices m'ont proposé de rouler des mécaniques en portant leur dernière créa' mirifique, j'ai aussitôt répondu "Chic!". (Oui, à certains moments, je me la joue bourgeoise de Saint-Cloud). Et me voilà à vous présenter aujourd'hui le petit dernier de la griffe, petit dernier, si j'ose m'exprimer ainsi : Marc Jacobs. 

don't switch me off

Lire la suite

"Sophia" (Nerina Pallot)

16 février 2011

Où je rêve de château en Espagne avec la reine Sofia

Dites, où avais-je la tête cet hiver ? La tête ailleurs, la tête en l'air, à l'envers, je m'y perds. La parka Isabel Marant m'a bien occupée quelques semaines, le nouveau livre de Patrick Sébastien aussi, et je ne vous parle pas de l'affaire Bettencourt, un vrai roman d'amour. Bref, à croire qu'un grand complot arabo-judéo-christiano-ronaldo-franc-maçonnique a oeuvré dans mon dos pour détourner ma tête et surtout mes yeux de ça :

050220111060.jpg

Qui vous parle de Kate Moss ? Qui vous parle de la paillade capillaire de Kate Moss, ou de sa frange qu'elle maintient obstinément contre vents et ciseaux affûtés ? Je vous parle de ce qu'elle tient à son bras gauche. La merveille à son bras gauche. Le modèle hiver 2010 de la collection Sofia Coppola chez Louis Vuitton. Noir, EN DAIM. Magnifique. Oui, "gorgeous"  pour toi Kate (et ta frange), "amazing", même. Et "expensive", aussi, tiens, prends ça dans ton Am'Ex'. 2 450 euros. Un salaire et on en parle plus, allez. Etant donné que jamais, hormis si je tombe sur la tête (à l'envers), je ne mettrai un tel montant dans un sac, je vais, permettez, continuer d'en parler et de le regarder, à défaut de le porter. Vous voulez un modèle plus printemps-été ? Et ben tiens, allez-y, de l"amazing" printanier.

sofiabis.jpg

Alors, parce que Sofia ne rejoindra jamais* Gaston et Tom dans ma penderie empreinte de mysoginie, j'ai cherché de l'ersatz sensas', et je suis tombée sur ça :

nola1.JPG

nolanoir.JPG

Le Nola de la marque Les Composantes, plus connues pour leur sélection vintage que pour leurs créations régulières de sacs. Noir, taupe, marine, camel, les pinceaux je m'emmêle. 165 euros tout rond, un bon resto économisé et hop, l'affaire est dans l'sac. Bon, il est sold-out à l'heure actuelle, mais le site promet du réassort bientôt. Sofia, ma douce, tu devrais rester pour de bon au stade de  l'inassouvie envie. Il est plus que temps, qu'à mes chimères financières, je mette le Nola.

PS : Un gros coup de balai sur l'eshop d'American Vintage, la collection automne-hiver à -60% !

PPStt : Vendredi, un super concours ici !

*Soyons réalistes, il y a très peu de chances que je puisse me payer ce sac un jour, hormis si un émir  koweïtien passe sur ce blog et craque pour le délié plein de grâce de mes silhouettes sans tête.

"Blue steel" (Bot'Ox)

14 février 2011

Où après le Parc des Princes, la princesse trouve sa parka

A un moment donné, il fallait bien que le mot "FIN" s'inscrive, en lettres désargentées, sur le film de ma quête de la parka Isabel Marant. Il fallait bien que je reprenne le fil de ma vie vestimentaire, sans plus jamais regarder en arrière. Savoir désaimer, sans rien attendre en retour, pour plagier du Florent Pagny millésime 1998 (la France qui gagne). La Galliane qui perd, elle se tient devant vous, avec sa dernière acquisition. Une parka. Griffée Isabel Marant. Elle est presque ... noire, elle est presque ... doublée de fourrure, elle est surtout sur mes épaules et plus dans mes rêves.

070220111073.jpg

Parka Isabel Marant (hiver 2011), escarpins Repetto, bonnet Sandro, sac Balenciaga

070220111074.jpg

Appelez-moi la Schtroumpfette en chef avec mon bleu de travail, j'assume tout. Sachez en plus que la beauté se dépare de sa doublure et de sa capuche moumoutées pour devenir une parka mi-saison super bien coupée. Si ce n'est pas un achat malin, je n'y comprends plus rien. C'est à se demander si entre ma vieille Comptoir des Cotonniers et ma Sessun adorée, je ne développe pas une sérieuse addiction. Emparquetée, et je vous laisse juge d'effets.  Vous-ai je causé de ma "parkaki" ? Bientôt, bientôt. Laissez-moi le temps, au sens météorologique du terme, de la porter. Fonctionnons au cas par cas, mesdames.

PS : le tirage au sort de l'HDMV a parlé. Les commentaires 12 et 28, soit Lilou64 et La cavalerie, j'attends un email avec vos adresses postales, les filles.

01:40 Publié dans My Clothes | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : isabel marant