Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2011-09 | Page d'accueil | 2011-11 »

"Cut my hair" (The Who)

03 octobre 2011

Où j'ai l'impression d'avoir clairement coupé le cheveu en quatre

Vous ne pourrez rien dire, rien faire, rien tenter, vous ne trouverez pas les mots, vous ne verrez même pas les maux. Les images sont trompeuses, mais les faits sont bien là, devrais-je dire mes faits ou méfait : j'ai les cheveux courts. Courts, vous avez bien lu, à défaut d'avoir bien vu. Et c'est à chaque fois la même histoire, deux fois par an, une envie subite de "faire plus soignée, plus moderne", et je ramène ma façade et mon toit chez le coiffeur pour le ravalement bimestriel. "Coupez-moi les pointes, mais je veux garder de la longueur... Et je veux changer aussi ... Si on faisait une frange ?" La frange, accrochez-vous au bastingage, comble de la modernité quand toutes les fashionistas cèdent au dégradé tie and dye. En ces temps où il faut choisir son camp, capillairement parlant, j'ai le coeur à droite : je suis résolument conservatrice.

IMG_0038-pola.jpg

Le jour du délit, le brushing masquait le drame

Comment expliquer ce sentiment totalement infondé que dès que les cheveux ne passent pas le cap de ma poitrine, j'ai le sentiment d'avoir une coupe courte ? Comment expliquer que, dès que la coiffeuse amène son ciseau et son sourire jean-louisdavidien, j'oppose mon plus beau regard noir inquisiteur en centimètres ? La séance chez le coiffeur tourne très vite au drame. Tout du moins quand, le premier brushing envolé, c'est à moi de redonner vie à sa création. Et là, moi qui partait dans l'idée de daphnéburkiser mon visage, je le fais redescendre vers une Chantal Goya des années 2000 perdue sans son pandi panda. Le monde est trop injuste, vraiment.

IMG_0058.JPG

Cheveux courts (Jean-Louis David), top It Hippie, sac Until July, sandales Jonak

IMG_0060.JPG

Les mêmes, plus un sourire forcé (Alacon)

Rassurez-moi : y en-a-t-il parmi vous soumises au même dérèglement psychique en ce qui concerne la longueur de leurs cheveux ? Non, parce qu'à presque trente ans, il serait temps que je me fasse aux coupes un peu plus "femme". Ma toison juvénile ne fera pas long feu quand mes belles années seront passées. Rassurez-moi donc, soyez indulgentes. Dites-moi que pour certaines, aussi extrémistes que moi, il s'en est longtemps fallu d'un cheveu.

02:42 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (17)