Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2012-12 | Page d'accueil | 2013-02 »

"All that you can't leave behind" (U2)

23 janvier 2013

 Où il y a des moments où tout est passé de mode

L'autre soir, ça sentait le gaz. Non, nous ne nous étions pas disputés une énième fois avec l'HDMV pour savoir qui aurait le privilège de gérer la télécommande. Ce soir-là, par la magie du petit écran, nous étions d'accord, il y avait comme des hirondelles blanches qui voletaient au-dessus du canapé, harmonie et fusion dans la télédiffusion. Ca sentait le gaz, au sens propre, dans le salon dans la chambre, dans la cage d'escalier sur le parking. Il était 1h30 du matin, et clairement, on n'était pas bien. On était surtout à se dire que la chaudière de l'immeuble était juste au-dessous de notre chambre, et qu'il fallait détaler avant de finir en nuggets ou pire. Et là, la question que je me suis toujours posée depuis que je suis petite, sans doute ce sens de la dramaturgie hérité de mes longues après-midis à regarder des téléfilms catastrophe aggripée à un coussin : si tu quittes ta maison, tu pars avec quoi ? Plus jeune, il n'y avait même pas à mégoter : mon nounours préféré Gaston, et c'était tout. Là, en 10 minutes, tu regardes amoureusement ton chéri, tu regardes vainement ton Imac chéri, tu regardes ton fauteuil à bascule, tu attrapes vite ton Ipad mini même pas encore déballé (non, là, ce serait bête, tu peux rester une geek même en petit format), et tu t'habilles. 

penderie.jpg

Avec un peu de réflexion, j'aurais enfilé ma belle veste Isabel Marant sous ma parka favorite, mes Dickers à 350 boules, pris mon sac et mon bonnet fétiches, empilé deux ou trois épaisseurs de sweats. L'évidence, les plus belles pièces. Sauf qu'il n'y a pas à réfléchir, dans ces moments-là. Le prix des boots que tu sauves, tu t'en fiches. J'ai enfilé la tenue que je portais ce jour-même, un pull élimé Comptoir, un jean de grossesse, des baskets, et c'était fini, on claquait la porte. Sûre de moi. Comme dans cette belle chanson de U2, Walk on : "The only baggage you can bring is all that you can't leave behind". Tout ce que je ne pouvais pas laisser derrière, je l'avais simplement devant moi. Un bout de ventre si précieux, qui pointait sous un pull élimé. 

PS : Je vous rassure, ma chaudière va bien, c'était juste le fameux nuage venu de Rouen qui avait envahi notre quartier car on vit près de la Seine.
PS 2 : Et vous, dites-moi, qu'emporteriez-vous, dans l'urgence ? 

01:14 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (24)

"Dangerously in love" (Beyoncé)

21 janvier 2013

Où dans l'histoire, vous n'êtes pas blanches comme neige

Il est bon, là, votre café ? Et votre thé fumant, alors, pas trop sucré ? Non ? Tant mieux. Je vous imagine bien, en ce moment-même, en train d'enlever vos Ugg / Mou / baskets encore pailletées de neige, et de venir faire le tour de vos blogs préférés, comme un lundi. Comme un lundi. Et pour que ce lundi soit effectivement comme un lundi, avec un post sur les Grandes Filles Modèles, votre blog préféré cela va sans dire (même si elle a grossi, ces derniers temps, Galliane, mince, faut qu'elle arrête la raclette Riches Monts), moi, j'ai risqué mon dimanche. Pour vous. Culpabilisant de ne pas partager ici une grosse partie de mon butin soldes, j'ai donc bravé la neige, le blizzard, les grognements du grizzli-HDMV, mon envie de faire pipi, pour vous proposer cette tenue en rentrant du boulot. Vous aviez déjà vu une blogueuse qui pose sur un carton ton sur ton pour ne pas abîmer ses chaussures ? Vous voyez, maintenant. On admire. On glousse. On moque. Et on se dit, en ravalant une gorgée de son moka latte, qu'on a décidément bien fait de venir par ici ce matin. 

neigetitre.jpg

neige1.jpg

neigelegende.jpg

Lire la suite

"Vendredi, get shorty" #94

18 janvier 2013

LA MINUTE DECO 

Des pois, des pois, des pois, chez moi, chez moi, chez moi... Circonscrits aux chambres, penderies comprises, le salon étant le domaine de la géométrie scandinave. Vous en avez vu par ci, par là, sur des mugs, des rideaux, des coussins, dans mon assiette ... Cherchez pas, vous ne faites pas le poids. 

monsieur paris,oelwein,ifilhome,garance dorté,amlul,sneakers comptoir des cotonniers

Housse de couette Ifilhome

monsieur paris,oelwein,ifilhome,garance dorté,amlul,sneakers comptoir des cotonniers

Pour celles qui se demandaient, oui, les gravures de Garance Doré sont bien arrivées (trop tard pour qu'elles soient cadeaux de Noël, donc, elles sont pour l'instant cadeaux de radiateur). Quant à la chambre de la gigoteuse en poum-poum short (cf instagram), j'ai repéré ces mignonneries signées Oelwein ... 

monsieur paris,oelwein,ifilhome,garance dorté,amlul,sneakers comptoir des cotonniers

(A mon avis, le mot que je vais le plus prononcer
quand je vais me pencher sur son berceau...)

monsieur paris,oelwein,ifilhome,garance dorté,amlul,sneakers comptoir des cotonniers

(Il n'est jamais trop tôt pour lui apprendre les fondamentaux
: "Répète, Harper Seven, ceci est un talon banane")

Lire la suite