Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 novembre 2010

"Baby, let's play house !" (Elvis Presley)

Où c'est à vous de jouer (*CONCOURS*)

Le retour de vacances n'a, en général, rien de facile. Aujourd'hui, par exemple : il vous a fallu faire la queue 18 minutes pour acheter votre carte Orange mensuelle, reprendre goût au boulot après une semaine de champignonnage intensif chez les beaux-parents ardennais, envoyer la quittance de loyer parce que ce n'est jamais chéri bibi qui le fait ... Bref, on est mardi, et ça va comme un lundi, donc moi, j'ai décidé de la jouer easy. Relax, take it friendly, mes amies. Pas de grandes circonvolutions sur l'apport sociétal du port de la cape, encore moins de grand débat sur l'esthétisme de la semelle en crêpe, non, juste moi dans une nouvelle tenue très rock, vous dans un état de choc, et une question que je vous pose ad hoc : d'où viennent ce top et ce skinny noir, reçus dans ma boîte aux lettres il y a peu ?

 

27102010649.jpg

27102010648.jpg

Un jean noir, slim, incroyablement bien coupé, parce qu'il en faut un dans toutes les garde-robes. Et un sweat, le top de cet automne par excellence, avec le petit détail fantaisie en plus : un dessin façon jacquard - Les bronzés font du ski  avec quelques paillettes pour glamouriser le tout. Votre job de ce mardi : deviner en commentaire de quelle marque il s'agit pour remporter un joli petit bon d'achat de 30 euros chez ladite marque. Concours ouvert jusqu'à jeudi minuit. Entre nous, la gagnante, qui sera tirée au sort par mes soins, ne devrait y avoir que l'embarras du choix. Je révélerai son nom d'ici quelques jours. D'ici là, Mistress Mystère vous salue bien bas.

Une seule participation par personne ! Je serai vigilante là-dessus, donc réfléchissez-bien avant de proposer votre réponse.

Article sponsorisé

30 octobre 2010

"Happy Days" (Brian Wilson)

Où des petits prix pour des maxi-envies

Il y en a certaines parmi vous qui rentrent aujourd'hui de leurs vacances de la Toussaint, le moral dans les chaussettes parce que c'est l'automne et qu'il pleut, parce que rien de pire que le lundi qui arrive, parce que c'est Halloween dimanche et les enfants des voisins vont vous harceler toute la soirée. Bref, c'est vraiment pas la joie, il y aurait de quoi s'enfouir sous sa couette avec une grosse tasse de thé fumant, un cookie fondant (king size, chocolat blanc) et partir en quête de bonnes nouvelles sur ses blogs préférés. Donc moi, je pense à ces All Saints girls, avec le bon plan de début novembre : les Happy Hours de Pimkie. De quoi s'équiper pour les frimas sans entamer son budget cadeaux de Noël (ben oui, il faut commencer à y penser).

pimkie1.jpg

Pimkie, collection automne-hiver 2010

pimkie2.jpg

pimkie3.jpg

Voici ma petite sélection de ce qu'il se fait de mieux dans cette enseigne qui n'est plus réservée aux ados et aux fans des Plasticines : un jean flare, un gilet grosse maille, un sac cartable camel, des moufles façon peau retournée, des ballerines chanel-malolelisantes... Tout cela à prix vraiment riquiqui, et plus encore puisque toute la e-boutique Pimkie sera à -50% le mardi 2 novembre de 19h00 à minuit. Pour profiter de cette offre, il suffit de s'inscrire ici. Bon, c'est pas tout ça, mais j'ai bien mérité un morceau de cookie ?

27 octobre 2010

"The daily mail" (Thom Yorke) / "Non au quotidien quotidien"

Où un beau jour, c'est peut-être une nuit

Il y a des choses, dans ma petite vie de grande fille, des choses immuables, des jolies choses, des petits choses, que j'aimerais bien changer. Le train-train, que j'entends siffler au loin, ces habitudes moins agréables que confortables, sempiternelles plus que conventionnelles. Se lever le matin, par exemple. Existe t-il pire rituel du quotidien que celui-ci ? Hormis un certain Proust, connu pour ses madeleines et ses longues phrases à endormir un nouveau-né affamé, personne n'aime la sonnerie du réveil. Souvent, donc, je me lève l'après-midi, à deux, à deux heures, et j'em***** l'aube, la rosée, le téléphone qui scintille d'appels en absence, mais pas les croissants. Le croissant de 14h00 a autant de valeur que le croissant de 8h00. Mon rythme de travail particulier (parfois, je commence le bureau à 16h00 pour en partir à 00h30) n'est pas pour rien dans ce décalage horaire voulu et assumé. Vivre la nuit, c'est ma façon de changer mes jours. Dire Non au Quotidien Quotidien comme des centaines de personnes regroupées sur cette page Facebook. Le 2 novembre prochain, à 11h00, une e-flash mob permettra à chacun de crier son ras-le-bol du quotidien sur son compte FB. Sur le mien, Antoine Redier, l'inventeur bien inspiré du réveille-matin, va se faire hautement sonner les cloches (ou les matines, tant qu'on y est).

50514_125384574182057_457674_n.jpg

Vider le lave-vaisselle, me faire le brushing, passer l'aspirateur sur la moquette, changer le rouleau de papier-toilette quand il est fini ... Voilà d'autres gestes journaliers dont je me passerais bien. Mais vous raconter ici mon quotidien, ça non. Comme une bouffée d'air, entre deux prises de becs et quelques vapeurs d'échappement. Hmmmmmmmmmmmmmm, shhhhhhhhhhhhhh.

Article sponsorisé