Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 février 2011

"Débranche" (France Gall) (Concours inside)

Où cet Albert et ce Marc là sont de vraies stars de gala

A toutes les branchées qui s'ignorent, et à toutes celles qui s'adorent, à toutes les vieilles branches encore étanches, à toutes les embranchées qui cherchent encore leur route, halte-là : Don't switch* me off vous tend les bras. Don't switch me off vous ouvre surtout la voie de la hypitude simple et cool, la hypitude du dimanche, si ça vous branche. Moi, c'est mon cas. J'avais déjà repéré leur fameux tee-shirt hommage à Alber Elbaz, Monsieur Lanvin, sur Punky ou encore Kenza. Alors, quand les créatrices m'ont proposé de rouler des mécaniques en portant leur dernière créa' mirifique, j'ai aussitôt répondu "Chic!". (Oui, à certains moments, je me la joue bourgeoise de Saint-Cloud). Et me voilà à vous présenter aujourd'hui le petit dernier de la griffe, petit dernier, si j'ose m'exprimer ainsi : Marc Jacobs. 

don't switch me off

Lire la suite

26 janvier 2011

"This song has no title" (Elton John)

Où même sans nom, on lui dit oui (oui)

Méfiez-vous de la stagiaire qui est assise, là-bas, de l'autre côté de l'open-space. Bon,  ce mercredi matin, clairement, elle n'a pas l'air de grand chose avec ses grandes lunettes, son keffieh, et son air absorbé dans la lecture de l'horoscope du Parisien. Mais demain, ah demain ... Demain, elle aura peut-être compris que le keffieh c'est fini, que l'horoscope lunaire de Elle vaut dix fois mieux que celui du Parisien, demain elle créera peut-être le sac que vous rêverez de porter. Demain, comme l'ancienne stagiaire d'Eple & Melk, qui a lancé une ravissante collection de bijoux baptisée Untitled Jewels. Permettez qu'aujourd'hui, moi, je lui donne un titre de noblesse, à cette revendiquée roturière.

untitled2.jpg

Untitled Jewels, collection automne-hiver 2010-2011

Lire la suite

04 novembre 2010

"Special" (Garbage)

Où le talent n'attend pas le nombre des années

C'est le genre de nana qu'on arrête dans la rue, plusieurs fois par semaine, avec la bouche en coeur et la main baladeuse sur sa robe trop bien coupée, mince ce qu'elle tombe bien, et on lâche, ultime aveu de faiblesse: "Excusez-moi, vous l'avez achetée où, votre robe ?" Eléonore, alors, de glisser dans un petit sourire, presque une excuse : "C'est moi qui l'ai faite." Logiquement, la nénette éconduite maudit la Terre entière + Mars et Vénus de ne pas avoir entendu un tout con "Zara" ... Jusqu'à ce qu'Eléonore poursuive : "Mais je peux vous en confectionner une, si vous voulez." Eléonore, que voulez-vous, ça rime avec fille en or. Eleonoreska, ça rimera bientôt avec "nouvelle marque qu'on s'arrache déjà".

eleotenu2.jpg

eleotenue1.jpg

Eleonoreska, collection automne-hiver 2010

Lire la suite