Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 mars 2010

"La petite amazone" (Lio)

valentineintro.jpg
Cette semaine, il fallait que je vous parle des seins de Laeticia Hallyday. Sérieusement. Si vous habitez bien la même planète que moi, vous n'avez pas pu y échapper dans la presse germanopratine : Laeticia Hallyday, l'ex Sainte-Nitouche aux petites anglaises, ne sachant plus à quel sein se vouer, fait la fête à Saint-Barth'. Seins nus, juste ciel, dans le bleu azur, telle Vénus sortant des eaux, affranchie des têtes de mort, des hernies discales, Laeticia maîtresse femme. Triomphante. Une amazone moderne.

Lire la suite

23 février 2010

"Apple Blossom" (The White Stripes)

eple6.jpg

Chaque mois de février, c'est la même rengaine, le même plaisir, la même fierté. Ce post, j'adore l'écrire, et surtout l'illustrer. Je n'y suis pour rien dedans, notez-bien, juste y poser mes "ahhhhhhh", mes "ohhhhhhhh" de demoiselle éblouie devant tant de talent. Mais je ne sais pas pourquoi, quand je vous parle des créations d'Eple & Melk, j'ai l'impression de vous parler de moi, de mes envies, de ma famille, "sous vos applaudissements", aurait dit Jacques Martin. Mégalo, moi ? Monomaniaque, plutôt, modomaniaque allons-y gaiement. Mmmmmmmh, j'aime, tout simplement.

Lire la suite

16 février 2010

"Sandy" (John Travolta, Grease)

Où un p'tit coin d'Slovaquie, c'est comme un coin d'paradis

Il y a fort longtemps, trop longtemps, que je n'ai pas déclaré ma flamme à un jeune créateur forcément formidable, beau et original, qui adorerait mon blog et y passerait souvent. Les bonnes choses se perdent, que voulez-vous, Lindsay Lohan s'est remise aux hommes, Brad Pitt ne quitte plus Angelina Jolie, et Galliane néglige ses chroniques foudroyantes sur la jeune création autrichienne. Reprenons donc là où je vous ai laissées, pantoises et pendantes de la langue, c'est à dire à l'Est, puisque la talentée du talon dont je vais causer aujourd'hui est originaire de Slovaquie. Sandie Jancovek, un nom qui sonne juste, qui ne résonne pas encore mais sera bientôt placardé sur toutes les vitrines André de France (et de Slovaquie?). Car l'enseigne française, non contente de filer les clés de sa cellule créative à quelques blogueuses au pied long, continue ses partenariats souvent réussis avec des marques "tendance". Pour ne pas dire pointues (Jeu de mots, olé). Cet été, ce sera donc Jancovek qui aura l'honneur de vous émoustiller l'orteil avec ses tissus grand vichy, ses détails fluo, ses lanières joliment tressées. "Une collection coquette pour une fille qui ne se prend pas au sérieux", m'a confié la créatrice.

DANA bleu 129 €.jpg
Modèle Dana
Didi bleu 129 €.jpg
Modèle Didi
Dolly gris 119 €.jpg
Modèle Dolly
Mais la jolie Sandie, elle n'a pas attendu qu'André la drague pour avoir du talent. Formée au Cours Berçot, passée trois ans chez Chanel et six chez Rykiel, la demoiselle un peu rebelle souhaitait voler de ses propres ailes. Elle lance alors sa marque de chaussures fin 2007, notamment distribuée chez Flore d'Eple & Melk, pas la dernière pour repérer le talent à moins de 150 m sur un salon fashion. L'esprit ? "Un côté rétro, une touche de modernité, avec parfois une allure mécanique et ludique pour un résultat toujours féminin." Cet été, c'est le Déjeuner sur l'Herbe d'Auguste Renoir qui a guidé son inspiration, pour une collection gaie et rétro à la fois, avec "la" Jancovek's touch : une tresse boulons et rubans.
1.Titine.jpg
Modèle Titine
jancovek - leon.jpg
Modèle Léon
jancovek - jackie.jpg
Modèle Jacky
jancovek-Daisy.jpg
Modèle Daisy
jancovek -tino.jpg

Modèle Tino
Dans mon esprit en technicolor, la demoiselle n'est pas sans faire rappel (de pied) à la foldingue espagnole Maloles, dont je suradore les mignardises de pied depuis plusieurs saisons déjà. Si comme moi, vous avez craqué sur les créations de Sandie Jancovek, sachez que sa collection personnelle sera disponible d'ici dix jours au labo créateurs des Galeries Lafayette, sur Sarenza mais aussi chez Eple & Melk. Un sacré gage de qualité, non ? Croyez-moi, après le plombier roumain, vous ne jurerez bientôt plus que par la chaussure slovaque.