Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 novembre 2008

"The Mountain" (PJ Harvey)

Où Charlotte forever

Quand PJ Harvey a composé son White Chalk, dans un studio bien feutré, au chaud, qu'elle savait plus où elle en était avec le 8e titre, que les basses au fond étaient trop fortes et que la maison de disques faisait chier avec ces photos promo atroces, elle aurait pu se rassurer en se disant que tout cela allait mener à quelque chose. Un an et un océan plus loin, une autre artiste allait écouter cet album, une grande chaîne de talent transatlantique, effet papillon entre fées palpitantes. Une chanson, "The Mountain", et voilà qu'elle part dans une rêverie marine, inspirée par Mélusine. Une pieuvre, des vagues, des costumes de marins qui s'entremêlent à des manches ballon. Charlotte Sometime préfère l'hiver en mer (je sais, placer du Philippe Lavil ici est sacrilège, mais on ne se refait pas), et moi aussi.

servane_&_pieuvre.jpg
yseut_petronille1.jpg

Nonobstant le très bon goût d'accessoiriser son mannequin en Chie Mihara, Charlotte ne perd jamais son fil, mélange laine viscose, jersey cachemire, laine d'agneau, les idées défilent et la grande fille s'y perd. Elle constate quand même que oui, le tombé est à tomber :

Pony_pony.jpg
melusine.jpg
Des joliesses à admirer à la prochaine vente Des Filles en Aiguille, Paris, rue Beaurepaire. Des joliesses comme on en aurait aimé en voir encore, mais la donzelle confesse avoir été prise de court par des commandes de mitaines. Charlotte needs some time, desperatly.

accessoires.jpg
Toute croque-mitaine que je suis (j'en ai deux paires que je chéris), je suis donc en partie responsable de la petitesse de sa collection. Pour me faire pardonner, je vous conseille d'aller voir de plus près les pièces de la demoiselle, qui inaugure son stand le 6 novembre au Printemps Nation. Mais par pitié, ne lui prenez pas trop de temps. Charlotte needs some time, spring is coming.

www.charlottesometime.com

PS : et quelques pièces de sa collection hiver, dont sa tenue rock primée au Cours Printemps de la mode, à prix réduits ici !

22 octobre 2008

"My kinda girl" (Keziah Jones)

Où on revient aux fondamentaux, avec un soupçon de pipole pour faire bonne figure

Les perdants sont magnifiques, et ma perdante du jour encore plus. Lucky loser, Flore Mouren a raté d'un blond cheveu la consécration lors du concours de l'Atelier de la mode. Chez moi, elle est gagnante sur toute sa ligne. Elle gagne à ce que je vous reparle d'elle, de cette chouette collection automne-hiver 2009 d'Eple & Melk qu'il va falloir vous ruer dessus de toute urgence d'ailleurs.

027.JPG
Beautiful loser, Flore, qui maintenant a les cheveux aussi blonds que Scarlett Johansson, tellement que ça déboussole les serveurs qui en oublient de lui amener son noisette, qui en oublient le lait avec le noisette, et la pauvre fille célibataire à côté se dit "y'a pas de justice". Le serveur n'était pas aussi extra que ça, je vous assure, donc la fille à côté - moi, pour celles qui n'auraient pas compris - s'en est remise. Post-it sur mon frigo  : penser à demander du blond et non plus du cannelle pour ma prochaine couleur. Méchée mais pas méchante, la fille d'à côté s'est nettement moins remise de la joliesse de la collec' hiver de la jolie Blondie. Sélection non-exhaustive et revendiquée subjective :
eple2.jpg

eple1.jpg

eple3.jpg
eplepant.jpg
Evidemment, quand j'aurais épousé Stavros Niarchos et que j'habiterai dans le Lub', j'investirai en masse dans cette garde-robe idéale. En attendant, je fais par petite touche. Non, le foulard léopard ne passera pas par moi cet hiver, car je préfère avoir la tête dans les "nuages" (les motifs de ce céleste foulard) :
013.JPG

Foulard Kosuth Eple & Melk gris, existe en kaki, porté sur robe Isabel Marant
Disponible ici

Peut-être était ce foulard, qu'elle portait beau, et non sa platinité insolente, qui a ébloui le serveur. Si c'est le cas, à moi tous les maîtres (d'hôtel) du monde. Je ne lui ai pas demandé si ce tissu avait quelques vertus aphrodisiaques, parce qu'on n'a pas vraiment parlé phéromones, elle et moi. On a parlé pois, compromission, ateliers, cuirs et dépendance, on a ragoté et on en a oublié de saluer Carole Bouquet qui négligemment est devant nous passée. Deux créatures célestes, la tête définitivement dans les nuages. Pas dans les étoiles.

Une vente privée Eple & Melk, c'est rare et ça vaut donc le déplacement : vendredi et samedi, 11h - 20h, dimanche 14h-20h, à l'espace Hippy Chic, 11 rue Chapon 75003 Paris. Des pièces des anciennes collections, et quelques-unes de la nouvelle, pour les plus pressées.

15 octobre 2008

"Cold blue steel and sweet fire" (Joni Mitchell)

Où on va se serrer tout près, se tenir bien chaud, bref on va sortir couvert(e)s

Quand la bise serait venue, je m'étais promis d'en parler. J'avais noté ces quelques lettres sur un papier blanc, j'avais gardé en tête quelques formes, la douceur d'une maille, et puis ce sourire. Warmi. Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas tartiné deux pages de compliments dégoulinants sur un jeune créateur, au moins trois mois, on pensait porter encore de la spartiate et se friser les cheveux sous le soleil de Saint-Rémy de Provence en ce temps-là, on riait, il faisait chaud. C'était bien. Ca va être mieux, tout de suite, vous allez voir, malgré ce 15°C entre deux moche et ce téléphone qui ne sonne pas, ce boss qui hurle et cette casserole qui déborde. Grâce à elle.

warmi1.jpg
Collection automne-hiver 2008-2009, capeline Paulina, photos Cécilia Jauniau

Sylvia Sanchez, la dame qui vous réchauffe le coeur là tout de suite, a tout compris : elle dit dessiner des objets plus que des vêtements. Donc, un bonnet, un cache-coeur, une simple paire de mitaines sur nous deviennent oeuvres d'art. Numérotées. Limitées à 300 exemplaires. Je sais pas vous, ça me fait direct chaud au coeur. Je me sens importante, avec le n°288 sur le dos, c'est fou.

warmi2.jpg

warmi3.jpg

warmi5.jpg

warmi4.jpg

Et donc vous avez vu, je n'en tartinerais pas deux pages. Parce que vous avez compris sans 26 oxymores ni 30 rhododendrons (ne me demandez pas pourquoi, mais j'avais envie de caser ce mot-là) que Warmi propose du bandeau à la jupe en passant par le gilet, donc forcément, il y aura une pièce, que dis-je un objet, fait pour vous, en Colombie par ailleurs (voilà, grâce à moi on reparle de Colombie sans mentionner Sainte Ingrid, qu'elle a pas eu le Nobel de la Paix d'ailleurs, c'est-y-pas-malheureux mes bonnes dames?) .

Parce que si j'en parle plus, ça va énerver les non-Parisiennes, car il n'y a que deux points de vente en France, et évidemment dans la capitale : Gas by Marie (44 rue Etienne Marcel, 8 avenue George V) et la très jolie boutique dont je vous avais déjà causé, Esprit Vinyle (57 rue Saintonge).

Parce que la fille de la photo, ce sera moi dans 10 ans, je me le promets. Même grâce, même rouge qui se posera là, même "it's oh so quiet I'm so sweet" attitude. D'ailleurs, sans le faire exprès, j'écoutais Peter Bjorn & John en rédigeant ce billet, "Young Folks". Vous savez, vous savez forcément arrêtez de faire vos têtes de linote, l'ancien générique de la météo du Grand Journal. Ces sifflets d'oiseau, là. Je m'en vais là-dessus, l'ambiance me plaît, des oiseaux posés sur de la maille qui m'aille. Mais promis, je ne reviens pas dans 10 ans.

PS : un sac Erotokritos culte sur La Solderie.