Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 janvier 2008

"New Soul" (Yaël Naïm)

Ou comment, alors que certains partent bling blinger sur les pistes de Val Thorens, je proclame l'été ici hic et nunc

Le genre de fille qu'on adorerait détester s'appelle Flore et je l'ai rencontrée. Elle a de longs cheveux soyeux. Elle a des yeux clairs en amande, une tenue qu'elle semble née avec sur le dos tellement tout va sans avoir l'air d'avoir été réfléchi. Avec elle, l'habit fait la fée. Ca fait déjà beaucoup, mais avec Flore ce n'est pas assez. Elle a décidé d'avoir du talent et elle le gère plutôt bien, puisqu'elle a sorti une ligne de vêtements que personnellement, j'arrêterais de manger pour me la payer in extenso. Même les tailles XS. Et Flore a du goût, tellement de goût qu'elle n'a pas baptisé sa griffe "Petite Machin Chose" ou "Fashion Trendy Fabrique", elle l'a nommée EPLE & MELK. Evanescent, scandinave, aérien, tout ce que vous voulez, et vous aurez raison, car cela colle parfaitement à ce que Flore a pour vous rêvé.

Collection EPLE & MELK printemps - été 2008

EPLE___MELK_ETE_2008_1eplemelksuite

1) Comment définirais-tu tes envies et tes inspirations pour ta collection été?
La collection s'intitule "Fragment". J'avais à la base envie de réfléchir sur le travail de deux artistes contemporains, Anne et Patrick Poirier, qui s'intéressent justement au fragment et à l'antiquité. D'ou une palette ivoire, grège, sable, bronze, des teintes éclaircies et des imprimés surannés, et des coupes qui détournent des fragments de cols, poches, etc ... Pour résumer, l'envie générale, c'était mêler un esprit frais, délicat (comme un joli été norvégien !) et détournements, déconstructions du vêtement.

 

EPLE___MELK_ETE_2008_7EPLE___MELK_ETE_2008_10

2) L'accessoire que tu conseillerais pour faire vivre tes tenues?
Alors je crois que ca s'impose : Un joli sautoir Malababa ;) * d'une couleur vive (bleu par exemple ...), pour égayer les pastels et les couleurs sobres de la collection ou alors un sautoir de Sabrina Dehoff un peu rock (un petit masque en forme de tête de chat ou de lapin en cuir doré ou noir) toujours pour casser le côté "pur et frais" de la collection. Et une pochette assortie. Un petit détail pour finir le look et de la cohérence, c'est parfait.

 

epled_tailsepledeux

Regardez ces effets de poches et ce jeu de matières...

3) Question mégalo : on te nomme à la tête d'une maison de couture célèbre, laquelle, pourquoi, et quelle sera ta première création (aïe, elle est dure celle-là)?
Allez, je crois que je choisis CHLOE. J'ai toujours aimé l'univers de la marque, féminine, rétro... Je suis assez fan de leurs chaussures donc je pense que ca serait ma première création ... Je n'ai pas le temps ni l'énergie pour me lancer dans la chaussure et j'aime le challenges, alors ca serait l'occasion parfaite ! Mais bon, EPLE & MELK pour l'instant me comble parfaitement, on va donc continuer !

EPLE___MELK_ETE_2008_6

Elle aurait pu nous faire une fleur, Flore, se la péter un minimum histoire qu'on ragote ces créatrices pff toutes les mêmes. Mais même pas, elle est gentille comme pas deux. Le genre de fille qui vous file sans qu'on lui demande le plan de la mort pour avoir vos bottes Isabel Marant à -50%,  ou qui vous commande le sautoir de vos rêves* car elle a eu la délicatesse de copiner avec la créatrice qui l'a sorti. Elle est marseillaise aussi, Flore, c'est peut-être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup. Flore, elle est trop, alors forcément, un jour, elle sera trop connue et ça marchera trop pour elle. Je sais pas vous, encore, mais moi, je dois l'avouer : J'Adore Flore.

Points de vente :
Matières à Réflexion, 19 rue de Poitou, 75008 Paris
My Family, 11 rue Mayet, 75006 Paris
Colline, 20-22 rue des Abbesses, 75018 Paris
Intérieur Jour, 178 rue Paradis,  13006 Marseille
etc etc
 

A voir sur le blog de MàR, une vidéo consacrée aux créas EPLE&MELK.

PS : si vous êtes sages, une preview exclusive de la collection automne-hiver 2008 ?

18 janvier 2008

"Villages, villages" (Désire Lasse)

Ou comment je décentralise mon propos pour fidéliser mon lectorat qui a forcément pleuré devant Bambi

On pourrait croire que, mais non. Que je ne parle que Parisienne, adresse parisienne, Parisienne qui va au concert à Paris et Parisienne qui s'achète un collier Bambi. Plus jeune, j'ai appris avec le sage poète Maxime L. F qu'on ne choisit pas ses parents, sa famille, qu'on ne choisit pas non plus les trottoirs de Manille, de Paris ou d'Alger pour apprendre à marcher. Toi lectrice, tu as appris à marcher où, d'abord? Gueugnon, Nantes, Nantua, sur un coin de paradis, tu marches pas tu voles ? A vrai dire, qu'importe. Ah, Paris, Paris que je te quitte, pour livrer un bon plan que même à Pontaut-Combault, il est valable.

Parce que dans le Massif Central, l'Ardèche, l'Albigeois, les Hauts-de-Seine et le Cotentin, on veut aussi du sautoir Bambi, on aime la pampille, et on n'a pas forcément envie de venir à Paris. On a ses raisons et on n'a pas tort. J'annonce donc ici céans que si tu ne vas pas à Bambi (le sautoir en forme de faon, je précise, je ne cautionne pas les agissements undereighteen de Mickael J.) , Bambi viendra à toi :

bamb1bamb2

35 euros, disponibles ici, dans la boutique online de la créatrice Chrystel Ortiz, alias Roulotte

pampille1pampille2

nacre1

Et ce dont vous ne vous doutez pas, c'est que cette créatrice désormais installée à Biarritz, achète ses fournitures auprès d'artisans locaux de Turquie, Thaïlande, etc, soit une démarche équitable. Bon, du we are the world we are the children point trop n'en faut non plus, manquerait plus que je devienne gnangnan et que je mette des robes Liberty. Lundi, je redeviens rock, je parle qu'aux Parisiennes et je vous donne une leçon de hypitude qui pourrait changer vos vies, ou non, faut voir. Toute une histoire, comme dirait l'autre sage poète Delarue.

30 octobre 2007

"One" (U2)

Ou comment je confesse ma faiblesse et j'espère obtenir une carte de fidélité parce que je la mérite, m****

S'il n'en restait qu'un, ce serait celui-là. Grand, beau, tout cuir, inventif, unique, bref, siglé Matière à Réflexion *, forcément. Vous le savez, nous le savons, Thierry Mariani s'en doute sûrement dans son petit bureau de député turlupiné par l'ADN : les sacs, voilà ma grosse faiblesse de modeuse. Sardine a ses shoes, Punky a ses jeans larges, Marie a ses Kitty, il fallait bien que j'existe dans cette blogosphère.

Je vais donc vider mon sac sans plus tarder : oui, mesdames les jurées, j'ai pêché. Un vendredi soir de grève, une vente Les Filles en Aiguille qui tient toutes ses promesses, un verre de Martini, un stand, un sac noir en cuir à prix braderie, je dis spontanément oui. Evidemment, fallait que je me radine avec la seule nana que j'connais qui possède deux exemplaires de cette marque et qui, donc, manque cruellement d'objectivité. On récolte ce qu'on sème, me direz-vous, et j'opinerai du chef.  J'ai donc semé quelques euros pour me balader désormais cette merveille au bras. Look, the gourmette on the anse :

sacmati_re

mati_resnoi

Incorrigible, oui. Faute avouée à demi-pardonnée, que j'me dis. Sauf que question fringues, le même syndrome me prend quand je franchis le palier de ma meilleure amie, la dive Vanessa Bruno, si homefriendly qu'elle a invité la bucolique blondy Micky Green à son défilé.

Matière à réflexion, Vanessa Bruno, mes s'il-n'en-restait-qu'un .

Et pour vous, s'il n'en restait qu'un ?

* : quelques modèles disponibles sur www.frenchtouche.com