Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 mai 2011

"Battez-vous" (Brigitte)

Où le lundi, c'est massacre à la CiBi

Les compliments, c'est comme les récompenses, les statuettes, ça ne se périme pas. Ca s'accumule volontiers, ça se range dans un placard et ça se ressort à l'envi, ça s'époussette, ça s'entretient, ça fait du bien. Alors ma chère Laury, toi qui te cache derrière Suzie Winkle depuis quatre ans déjà, ouvre grand les portes de ton paradis, parce que ta collection printemps-été 2011 est franchement réussie. A chaque fois, j'ai envie de croire que la nouvelle surpasse la précédente, alors je le dis, je le crie, je l'écris. Mais où ça va nous mener, cette histoire, ma chère ? Peut-être aux Oscars, si la Cotillard s'entiche d'une de tes robes du soir. Sûrement dans ma penderie, et dans celle de pas mal de filles qui lisent ces lignes. Allez hop, les jolies choses, on file vite au placard.

suzbis.jpg

suz1.jpeg

Lire la suite

06 avril 2011

"How to handle a rope" (Queens of the stone age)

Où on va vite avancer le pied léger

Y'a comme un air de vacances dans les sélections tendance. Forcément, parce que LA chaussure qu'on va vouloir cet été, celle qui tient la corde pour battre le haut du pavé, n'est autre que ... l'espadrille. Ben oui. La même qu'on portait, le coeur léger, sous nos jupes longues imprimé provençal dans les mid-90's. N'allez pas vous retrancher illico museau derrière votre souris, là, je vous vois frémir à l'évocation de cette décennie. La période fashion qu'on voudrait toutes oublier, c'est un fait, l'âge noir de l'appareil orthodontique et du patte d'eph' en polyester Pimkie (bleu ciel, pour ma part, histoire de me fondre dans le décor). Mais moi, aujourd'hui, je suis là pour vous réconcilier avec l'espadrille.(j'espère tout de même avoir d'autres occupations dans ma journée). Ne me dites pas que vous pouvez rester insensibles à ça, même si vos traumatismes sont aussi profonds qu'un aphorisme de Karl Lagerfeld :

Emile_tabac.jpg

Elvira_sable.jpg

Escale_marine.jpg

 

Eloi_noir.sable.feu.jpg

Une collection capsule de la jeune et talentueuse créatrice Jancovek pour la marque Pare Gabia, disponible cette semaine sur Sarenza et aux Galeries Lafayette. Six modèles déclinés dans l'esprit ludique et coloré de la demoiselle (qui ouvrira très bientôt son e-shop!), non sans quelques références marines. Pour ma part, j'y vois un ersatz tout à fait chic à la traditionnelle ballerine, et je compte très vite me faire une toile. Et vous, vous êtes d'accord pour prendre la corde ?

PS : pour les amatrices d'espadrilles compensées, Tsumori Chisato a également reconduit cet été sa collaboration avec Pare Gabia dans un esprit très Vasarely (donc, pas Braque)

21 mars 2011

"The sweetest thing" (U2)

Où Heimstone, keep on rolling

C'est une marque d'affection que je suis de loin, timidement, moi, la grande dadaise. Timidement parce que c'est de la Grande couture pour moi, c'est aussi du Grand Prix, mais il est possible parfois, par quelques chemins détournés, de trouver un terrain d'entente. Sur le vide-dressing de Walinette, par exemple. J'y aperçois un beau matin cette veste, identifiable entre 1 000, je vois 36 chandelles,  je vois aussi les 7 nains, 22 me voilà faite ! Sans tourner 7 fois ma langue dans ma bouche, j'aligne les zéros sur le chèque. Ah, j'oubliais : la veste est signée Heimstone. Mais à un contre cent, vous aviez deviné.

110320111198.jpg

Blouson Heimstone, pull Maje, sac Jérôme Dreyfuss

110320111199.jpg

Le souci avec cette veste, c'est qu'elle se suffit à elle-même. Sûre de sa beauté, sûre de sa superbe, elle monopolise l'attention, et met le reste de la tenue au diapason.

Lire la suite