Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 novembre 2007

"Red alert" (Basement Jaxx)

Ou comment je poursuis mon guide "La Vente Presse pour les Nul(le)s " bientôt édité chez J'suisFashionetjemesoigne Editions.

Chapitre 2 : être vigilante

Parce que les plus belles choses ne sont pas devant vous. Non. Les plus belles choses, elles sont déjà aux bras de Camille,  sur les grosses fesses de Michèle ou autour du cou de Chloé. En vente presse, un seul mot d'ordre : la récup'.

Lieu : Boulevard de la Bastille. Cible : Jérôme Dreyfuss.
Malgré la grève, le boulot, le froid, Jérôme me voilà. Et c. Jérôme, pardon chez Jérôme, fallait que je la fasse celle-là sinon mon mentor Florence F. en aurait lâché son avion de Barbie, ben c'est la fête et y'a tout le monde. Y'a Raoul, y'a René, y'a Billy, y'a Jules y'a Louis et tous ses amis.

jd1jd2jd3jd4

Mais y'a plus de noir. Alors qu'Angie, elle m'avait dit qu'initialement, il y en avait, mais qu'une vendeuse un peu patronne avait fait irruption et caché certains modèles noirs. La méchante. J'essaie donc un ravissant René encre quand je vois une vendeuse sortir de ses cartons un énorme Billy noir et le tendre à une jeune femme. Moi, eyes sparkling, bave emerging : "Moi aussi, je le veux madame". En face, nothing : "c'était le dernier et il est vendu". Je me retourne : la dame l'essaie, il a pas l'air vendu du tout, elle hésite avec son Robert et donne du tu à la cruelle vendeuse : "T'en penses quoi, XXX?" Si elle savait ce que j'en pense, elle partirait vite en retraite à Montfleury-les 3 Chaumières. Je rôde, je bude, je fais grise mine d'essayer quand même alors que je ne veux qu'il, oh oh.  Miracle, après 5 minutes, la chanceuse rend Billy à sa copine vendeuse qui va pour le remettre dans un carton. Moi tenter la naïve esquive : "Ben il est plus vendu, là, donc je le veux bien". La vendeuse, gênée, regarde une autre vendeuse, gênée, puis la 3e, encore gênée. Silence dans la salle. Puis elle me tend le Billy modèle large, que j'adopte aussitôt après avoir chèqué. La caissière, à voix basse : "dites donc, vous avez eu drôlement de la chance, ma collègue l'avait gardé pour sa meilleure amie. Ceux-là, en général, on les met de côté parce qu'ils sont noirs et ressortent chaque saison." Nous étions vendredi 16 novembre. Sur mon calendrier, un vrai Vendredi 13.

billy1billyOK

Demain, chapitre 5 de la vente presse pour les Nulles, savoir rompre.

20 novembre 2007

"No surprises" (Radiohead)

Ou encore et toujours la Vente Presse pour les Nulles

Chapitre 2 : savoir trier

Monique n'aime pas particulièrement la peau de bison. Monique n'a jamais vraiment perçu l'utilité de jambières dans sa garde-robe, Monique va au boulot en ballerines et en trench c'est bien comme ça. Mais quand Monique a vu que ces cuissardes en peau de bufle faisandé siglées Prada ne coûtaient plus que 150 euros au lieu de 350, Monique a tout de suite changé d'avis. Monique s'est dit qu'elle n'avait rien pour aller cueillir les bolets safranés, le week-end, dans sa petite maison de campagne "du côté de ... Nogent".

Monique, c'est vous. Monique, c'est moi (et pas nous, Monique Ranou). Monique est une femme donc un être faible, donc la parfaite cible des organisateurs de vente presse. Monique ne connaît pas encore le BA-ba de l'acheteuse futée mais pas bison : le tri. Trois petites lettres qui raviraient son banquier, et son chéri aussi, pas très fan du faisandé non plus.

Lieu : Place des Vosges. Cible : Maje

Rien de pire, sûrement, que les ventes presse Sandro et Maje. Parce que que ces deux marques créent des modèles spécialement pour ces ventes, et ainsi pour les soldes, donc il y a de la quantité et de la taille. Et cette année, il y avait de l'imprimé madras, donc Monique Galliane eut du mal à se tenir à carreaux (madras, carreaux, oh oh oh). En 15 minutes, Galliane avait 9 pièces sur le bras gauche, en mode d'atrophie avancé. Et Galliane n'avait pas inspecté les gilets ni les paletots, alors que Galliane a déjà 8 vestes dans sa penderie. Galliane était mal, très mal, et Galliane s'est souvenu avoir revendu 98% de ce qu'elle avait pris aux VP estivales. Un éclair de lucidité : aussitôt Galliane a une jeune et trendy  femme repéré, et lui demanda avec elle de trier. Sur 9 pièces, il est finalement resté ça :

robemajecarreauxrobed_tailplastron

Je ne l'ai pas volontairement pas accessoirisée pour que vous puissiez juger

robemajenuitrobenuitmanche

Vous ne voyez pas bien sur la photo, mais il y a un effet de volants surpiqués sur cette robe bleu nuit très réussi.

Et si tu vois, un jour, Monique essayer une robe Maje en polyester bleu des mers du sud, tu aides Monique, car un jour Monique t'aidera. Amen.

19 novembre 2007

"Lie to me" (Bon Jovi)

Ou comment j'inaugure une série "La Vente Presse pour les Nul(le)s"

Chapitre 1 : Savoir mentir

Une frite sans sel. Fonelle sans d'Ormesson, Gynécodoc sans son chichon, une journaliste sans invit' pour les ventes presse. Cherchez l'erreur et trouvez-moi. Pile dans le mille, Galliane, une jeune femme qui cultive son indépendance loin des tentations bassement matérielles et hautement mode'lles.

Ca, c'était pour la frime et le prix Albert Londres. ("Le keffieh tombe") Bien sûr que je veux du carton à mon nom, je veux griller tout le monde dans la file d'attente, et partout dans la rue que l'on parle de moi, que les filles soient n ohla, stop. Grâce à Marie, Saint-Bernard Menez malgré sa mine de Sainte-Nitouche, je vente presse. Et donc, je peux vous dispenser quelques leçons, le jour où vous monterez à Paris pour vous y adonner. Le thème du jour : le Mensonge.

Lieu : quai de Jemmapes, vers 13h00. Cible : Brontibay.
Je ne vais pas tourner 36 heures autour du Barbara, sans carton, on n'entre pas. A la fille de l'entrée, diantrement peu amène, j'oppose ma plus belle mine effarée. Entre Joëlle Goron dans "Frou Frou" et Isabelle Adjani dans "La Gifle". Moins les yeux bleus. On lit et on fait pas pfff derrière son écran c'est pas bien de lire les blogs au boulot on vous l'a déjà dit.
Ma réplique : "Ecoutez, je ne comprends pas, je suis journaliste et cette année, je n'ai pas reçu mon carton... Mais que s'est-il donc passé, c'est un comble? " Grands yeux interrogateurs, moue Bernard Thibault moins le casque Playmobil. Extrêmement travaillée, répétée 5 minutes dans les toilettes du bureau. La dame, entre Mallaury- 3 ans et Marie-Pierre Casey dans Marc et Sophie : "Entrez donc ! Vous n'êtes pas la 1re vous savez, on a eu pas mal de problèmes... Notez-le là, que ça ne se produise plus".

Voilà. Tout ça pour ça.

brontibay

Barbara en daim marron, 60 euros (un cadeau de Noël pour ma Mom'), en cuir doré, 85 euros, un cadeau de 18 novembre pour moi. Prix normal : 245 euros l'unité.

En conclusion, vous direz que je bling-bling et je réponds oui. Vous direz que je mériterais une nomination aux César, je réponds oui aussi. Même qu'à la soirée, Christine Albanel elle va me placer à côté de Gaspard Ulliel, trop une copine.

Demain, chapitre 2 : savoir trier. A propos, mes oreilles ont traîné, j'ai ouï dire que les ventes privées dans les boutiques Brontibay auraient lieu les 21 novembre et 21 décembre. Ca vous fera au moins un truc à raconter à la fontaine Culligan ce matin.

PS : une jolie opération caritative sur www.monshowroom.com : l'argent des ventes de cette pochette Petite Mendigote, ainsi que d'un bracelet Fuchsia et Un jour mon Prince, ira à l'association Maryse pour la vie, qui oeuvre pour le don d'organes.