Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 avril 2008

"Le madras" (Michel Sardou)

Où je réhabilite peut-être Michel Sardou, avec ce post "en chantant" (enchantant)

Haut les mains, haut les mains, haut les mains, bas les masques, confession intime : si je Bat for Lashes ou Goldfrappe aujourd'hui à tout va, c'est parce que j'ai su, assez rapidement, dépasser l'habitus musical bâti par mon paternel. Autant lâcher les chevaux, avant que vous ne lâchiez les chiens, et le dire une fois pour toutes : j'ai été élevée avec Michel Sardou. Silence attristé. Tasses de café qui se renversent sur le clavier. Quand vous appreniez votre première table de multiplication, je récitais à tout va que si les Ricains n'étaient pas là, nous serions tous en Germanie. Vous dansiez la farandole ? Moi, j'faisais la java, le samedi à Broadway, et ça swinguait un peu comme à Meudon. J'en passe, et pas forcément des meilleures, pour rassurer l'auditoire ébaubi : j'en suis sortie, du père Michel. Mais, de temps en temps, une réminiscence, un moment inopportun, jugez-en plutôt, pourquoi en appeler à ce cher SentbonlaFrance pour évoquer la collection Madras made by Jean Touitou & Jessica Ogden for APC ? Parce que dans sa ritournelle de tout jeune premier, Michel nous enjoignait ainsi :

"Portez du madras et les cheveux longs
Aimez les Beatles et même Ursula
Ayez l'air de filles en étant des garçons
Et vous serez dans le vent "

Sans nul doute ne savons-nous pas qui est cette fichue Ursula, peu importe, Michel avait raison, Michel une fois dans sa vie. On l'a dit, on zappe et on mate donc la collection Madras qui est disponible en boutique et sur Internet à prix vraiment raisonnables :

462753498.2.jpg
Chemisette, 60 euros
1547006986.jpg
Maillot de bain, 40 euros
1632984506.jpg
Une robette fleurie, cherchez l'intrus, sûrement pas son prix : 70 euros

En cette triste fin de mois, fi de mes qualités d'Ecureuil vantées par toute ma famille, je suis complètement sur le carreau. Alors, je dispose, je compose, avec mes acquis, et les trouvailles pas chères envoyées par la dive et toujours aussi fashion Bérangère :

887836638.JPG
1049892578.JPG
Top Vanessa Bruno, blazer vintage, jupe Gat Rimon, bottes Isabel Marant merci Béran'.
1300284048.JPG
Chemisier D.Dikate, existe aussi en vert
La bonne nouvelle : un site de vente en ligne à partir de juin.

Haut les mains, haut les mains, haut les mains (Ottawan, éponyme), notez l'effet d'attaque, en miroir l'effet de chute. You can ring my belt : la boucle est définitivement bouclée.

18 avril 2008

"Forbidden love" (Madonna)

Où je me demande si j'ai encore mes tee-shirts Pimkie grunge Tie & Dye. Y'a moyen d'en faire une étole, croyez-vous?

Au fronton de mes dix fashion commandements, merci maman, merci papa, deux interdits que je respecte à la lettre depuis quelques années : No logo (Naomi Klein en force, Louis V. dans ta face) & No tie and dye. Ces préalables posés, on peut discuter, on n'est pas au service d'ordre des JO de Pékin : ah bon de l'imprimé zèbre, vous êtes sûres pour les Dunk reggae, si je porte du colling ? Mais le printemps-été 2008 se profile, les bourgeons s'ouvrent, les trenchs se déboutonnent, les sourires se délient et les orteils se libèrent. Autrement dit, open up open up your mind, uptown Gal', un peu d'ouverture d'esprit que diantre, sors de ta caverne platonicienne, la vérité absolue n'existe pas, vive le relativisme à la Protagoras. "L'homme est la mesure de toute chose", disait ce dernier, et la femme encore plus. Tie and Dye? Si Christian Lacroix ose, hmmmpf, faut voir :

333923531.jpg
Photo Madame Figaro
Ah bon, Matthew Williamson en a fait aussi, et c'est joli?
374859270.jpg
Photo Matthew Williamson
La robe Diane von Fürstenberg était ici la semaine passée, elle est sur le dos de Camille dans le dernier Elle. Veinarde? Dans le dernier Glamour, aussi. Obsession?
185231218.jpg
Photo Patrick Swirc
458864759.jpg
Photo Ba&sh
Mais on ne piétine pas toutes ses certitudes d'un simple coup d'oeil printanier. Live and let dye, j'aurais pu continuer encore des années. Sauf en passant devant chez l'ami Marc J., près d'Opéra. Toujours très convaincant quand je lui fais mon sourire "j'ai pas d'argent, t'as quoi pour 15 euros ?" J'aurais presque pu repartir avec de l'imprimé zèbre, mais me voilà avec du logo ET du délavé. Trop fort, Marky Marc, le roi du special item :
2023658640.JPG
Sac cabas Marc Jacobs, 12 euros
66338642.JPG
908356038.JPG
Gilet Surface to Air, marinière Gap, foulard H&M, jean Zara
On ne se refait pas complètement, Marc Jacobs ou Jacadi. Le Tie and Dye pour moi, vous l'aurez compris, ne sera jamais essentiel. Il restera accessoire.

11 avril 2008

"Astounded" (Bran Van 3000)

Où si vous aviez prévu de partir en Ardèche ce week-end, faudrait voir à reporter

De mes dix doigts, je ne sais rien faire, ou presque. J'aurais voulu peindre ou faire l'amour (sans les frères Larieu), cuisiner, dessiner, jouer au golf, sculpter, boxer, j'aurais voulu. Mais personne pour me donner ce coup de main qui me fait tant défaut. De mes dix doigts, je sors souvent la Carte Bleue avec le plus éclatant sourire du monde, je claque les portes comme une diva quitte sa loge "du thé au crocus blanc lapon sinon je ne chante pas", je pianote quelques âneries que vous lisez consciencieusement en ce moment même. La vie de Passe-Partout sans Fort Boyard, par exemple, ou les modes de coït du lapin nain, vous liriez peut-être aussi, ça nous changerait de la sneaker YSL ne croyez-vous pas, ne niez pas, si. Avec des si, et juste deux doigts de talent, je reprendrais le Monde en mains, du bout de mon crayon. Comme la styleuse Lovisa Burfitt, comme Garance, et comme Anna Fredriksson par exemple :

382553937.JPG

Anna Fredriksson et moi, on ne serait jamais rencontrées si je n'étais pas entrée chez le Suédois ce jour-là, au lieu d'aller acheter de l'huile d'olive et des pâtes, ce pour quoi on m'avait mandatée. L'eusses-tu crû, je suis revenue sans montrer pâtes blanches, mais avec mon légendaire sourire le plus éclatant du monde, un sac H&M "Fashion against Aids" au bras. Dans ce sac, deux tee-shirts qui n'avaient rien d'un repas du soir pour deux personnes, l'un signé Fredriksson, l'autre Jo Ratcliffe. Coupe-faim et coup de coeur immédiat pour cette dessinatrice américaine qui illustre aussi des albums, griffe des logos, graffe des pubs, des couv's de magazines, j'en passe, c'est la meilleure.

1443050062.jpg
1862913233.JPG

Dessinatrice ou magicienne, j'ose. Parce qu'enfiler ce tee-shirt blanc si fin si mou, c'était devenir cette fille, porter le chapeau, la veste à carreaux, le rouge à lèvres poudreux, la mèche façon Allison Mosshart. C'était ne pas manger, ni pâtes ni d'huile d'olive, mais c'était faire ma star pour 20 dollars. Un sentiment qui n'avait pas de prix.

1281603212.JPG
Tee-shirts H&M, 14,90 euros. Sont également vendus les posters des illustrations.

Alors peindre ou faire l'amour, se nourrir ou séduire, ce jour-là, j'avais clairement fait mon choix. Comme il reste très peu de tailles 38 dans ces tee-shirts magiques, il va falloir aussi faire le vôtre. Le week-end en Ardèche chez Belle-Maman et son gigot ou la virée à H&M. De mes dix doigts, mes demoiselles, je brise aussi des ménages, le sourire le plus éclatant du monde au visage.

PS - Deux bons plans pour les Parisiennes :

La vente privée D.Dikate, samedi et dimanche, de 11h à 18h, 4 rue Pasquier 75008 Paris, interphone Deschamps, 2e étage. Moi j'y serai !

La vente privée Virginie Castaway, vendredi 11 avril, 257 rue Saint Martin, 75003, mot de passe : Lovely. Je risque d'y être aussi.

Et pour les autres, il y a toujours mes ventes sur Ebay.