Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 mai 2014

"Mother's daughter" (Santana) (concours inside)

Où je tiens ma fille à la patte

Elle est bavarde comme sa mère. Elle fait le clown comme sa mère (et comme Florence Foresti, la meilleure amie "virtuelle" de sa mère). Elle aime lire comme sa mère. Elle se recoiffe tout le temps comme sa mère. Elle est belle comme sa mère (quoi ?). Elle est brune comme sa mère (QUOI ?). Elle ne le sait pas encore, mais elle va aimer les fringues comme sa mère. Et histoire d'alimenter encore plus la fusion et l'effusion, la mère a choisi de s'habiller comme sa fille. Une petite mise en scène du duo d'amour, pour de sweat memoriestoutes de Blune vêtues, ma marque chouchou chez les babies. 

duoblunegrosplan.jpg

duobluneouv1.jpg

duobluneouv.jpg

duoblunependu.jpg

Lire la suite

01:25 Publié dans My Clothes | Lien permanent | Commentaires (77) | Tags : blune, sweat smart

06 mai 2014

"Nude" (Radiohead)

Où le rose dragée me met à l'amende

C'est bête comme chou, je suis née dans le rose. Le rose layette, le rose poudré, le rose flam(b)ant, allez savoir pourquoi, le rose pâle m'emballe. Petite déjà, je donnais le ton. Grande encore, j'annonce la couleur dans ma penderie et dans ma vie. Maintenant, comme j'ai 32 ans et que je ne regarde plus Jem et les hologrammes à la télévision, le mercredi matin, en mangeant mes chocapic, il a fallu que je mette de l'eau (de rose) dans mon vin. Surtout que mon conjoint, ascendant Steve Mc Queen dans Bullit (loin, loin très loin de Jem), ne tolèrerait guère d'habiter dans une succursale du château féérique des Barbapapa. Ni que sa fille ne soit grimée en mini Barbie. Il accepte déjà les pois et les triangles, voyez, il faut que je continue à mettre un peu les formes. Voir la vie en rose ne lui convient qu'au sens figuré, dirons-nous. Alors au sens propre, je me contente de saupoudrer mes envies de so poudré. 

nude1.jpg

nudevestegros.jpg

nude2.jpg

Lire la suite

29 avril 2014

"I'm not the one" (The Black Keys)

Où j'ai mis les bras dans l'plat

Il arrive toujours un moment, à la caisse d'un magasin, où la vendeuse va vous demander si vous avez la carte de fidélité de l'enseigne. Pire, si vous la voulez. Et là, par on ne sait quel réflexe de faiblesse à son encontre, alors que vous savez qu'il vaudrait mieux agripper votre portefeuille et filer fissa, vous marmonnez un petit "oui". Vous savez, pourtant, que vous ne remettrez jamais les pieds dans ce magasin, que ça va prendre cinq minutes, voire 10 si vous voulez aussi recevoir la newsletter, que votre enfant attend dans la cour de l'école sa mère indigne, que cette carte va misérablement se corner des mois durant dans votre portefeuille. Vous savez. Mais vous flanchez. Ce top Ba&sh, là, c'est exactement ça. Depuis 13 mois désormais, je sais que tous mes vêtements écrus sont voués à se transformer en Kandinsky alimentaire. Que ma gigoteuse use de sa cuillère comme d'un pinceau, et que je fais souvent sa toile. Je savais, mais j'ai flanché. 

bashouv.jpg

bash2.jpg

bashlegende.jpg

bash1.jpg

Le noir aurait pu, aurait dû suffire. Mais prise par ce syndrome du récurrent de "Tu aimes, tu doubles", j'ai donc fait fi de cette considération pratique. Bien évidemment, les jours où je le porte, ma fille n'a droit qu'au biberon (et pas à la régurgitation). Et le malheur dans tout ça, c'est que Ba&sh n'a toujours pas mis en place de système de carte de fidélité. 

PS : après tirage au sort du Random, c'est le commentaire n°7 soit lili qui remporte l'eau de toilette Durance. Ton adresse dans ma boîte postale, miss ! 

01:27 Publié dans My Clothes | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : ba&sh, tedna top