Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 novembre 2013

"Irreplaceable" (Beyoncé)

Où j'ai mis mon blanc manteau

En vieillissant, il paraît que tout s'aggrave. Les casaniers aiment de plus en plus rester chez eux, les fainéants aiment de moins en moins aller travailler, on a plus de rides, plus de soucis, plus d'impôts à payer, plus de stress, plus le goût à tout, plus le goût à rien. Moi, pour l'instant, j'ai plus de manteaux. C'est comme ça. A me demander même si je devrais pas vivre perpétuellement en intérieur avec mes manteaux sur le dos, tellement je les aime. Dans la cuisine en parka, le brossage des dents en doudoune, devant mon ordi dans l'open-space du bureau avec mon nouveau caban Bogart Sézaneaussi chéri chéri que Karen Cheryl aurait pu le chanter. Evidemment, pour des questions de thermonomie (bien-être thermique, je viens de l'inventer mais avouez, si je n'avais rien dit, vous auriez cru que ça existait tellement ça sonne Laroussement bien), il faudrait que je me balade nue en dessous. A étudier, mais ça me semble au poil, cette histoire. 

manteauouv.jpg

sezane2.jpg

manteau4.jpg

manteauleg.jpg

manteau5.jpg

Oui, vous l'avez vu sous toutes les coutures, et vous risquez de le voir souvent. Alors faites un effort, sympathisez, devenez amies-amies avec le chéri-chéri, rapport que je vais sûrement reprendre cette pose stéréotypée avec lui sur le dos tout bientôt. Promis, je changerai de chaussures. Promis, ma haie d'honneur derrière sera encore de la partie. Pas question de faire baisser ma coat d'amour. 

PS : Toujours des jolies choses sur le vide-dressing (et je vais à la Poste demain matin ...)

06 novembre 2013

"Still loving you" (Scorpions)

Où je continue mes sweat dreams

Sous ce sweat-là, la dernière fois, une petite furie tambourinait. Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts, des coups de marteau ont plu sur les portails écotaxe, et deux petites quenottes perlent délicatement dans la bouche de la gigoteuse. Et je continue à porter ce sweat "Dream believe achieve", ancienne it-pièce de la blogosphérie internationale moult revendue depuis au gré des vide-dressings. Neuf mois de gloire, avant la mise en pièces. Vie et mort du mustave, qu'on appellerait ce drame. Mais moi, ce sweat, avec ses inscriptions cucul à la Jules, je l'aime encore. Promis, ce n'est pas de la comédie. Sincerely. 

rockouv.jpg

rock2.jpg

rocklegende.jpg

rock4.jpg

Une pièce de plus dans ma collection de sweats, sagement empilés dans ma penderie. Notez, je préfèrerais largement entamer une collection de perfectos Isabel Marant. Même que le framboise tiendrait gentiment la manche du noir, qui enlacerait le navy par le col, dans une belle farandole. Voilà ce que c'est d'écrire des posts à 22h15, après une journée commencée à 7h30 au boulot, et poursuivie avec une petite furie qui tambourine. La fatigue nous fait perdre le sens des réalités (bancaires). Il est plus que temps que j'aille me coucher. Que je retourne à mes moutons. Sweat dreams

14 octobre 2013

"Blue jeans" (Lana del Rey)

Où vous allez prendre froid

C'était le temps, le temps béni, il n'y a pas si longtemps de cela, le temps où on sortait avec une chemise sous un perfecto. C'était le bon temps, le beau temps. A regarder le thermomètre sur ma terrasse, et même celui de mon salon (p****** de chauffage collectif, on se pèle en attendant la date de mise en service), tout porte à croire que l'automne a décidé de se donner de faux-airs d'hiver. Déjà que l'été avait voulu se donner de faux-airs de printemps, on va vivre tout le temps hors saison. Est-ce que je me donne des faux-airs de Scarlett Johansson, moi ? Comme disait Pépé le Moko, "chaque pot a son couvercle, et les vaches seront bien gardées". Alors l'automne, tu reprends tes esprits, on dirait qu'ils se sont fait la malle juste avant Halloween.  navyouv.jpg

navy2.jpg

navylegende.jpg

Tant que j'y suis, je vous recommande ce slim Cimarron, le grand classique modèle "cassis", choisi ici en navy. (Et en une taille de moins qu'avant, le genre de petite joie narcissique qui te fait dire "gnagnagna" devant ta glace qui, elle, ne compte pas te faire disparaître tes visions de cellulite). Et qui cohabite parfaitement avec ma marotte grenat, revenue encore cette saison. Qui a dit que le bleu ne se marie pas avec le bordeaux ? Joël Robuchon ? On ne va pas en faire tout un fromage, allez.  

PS : Réassort vide-dressing avec Ba&sh, Isabel Marant, Maje ... 

PS : La gagnante du concours Simple Chic est le commentaire n°49 soit Cynthia ! Ton adresse postale dans ma boîte aux lettres, miss !