Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 février 2013

"Shiny happy people" (REM)

Où tout ce qui brille 

Pas du genre à jeter de la poudre aux yeux, je préfère parsemer des paillettes aux pieds. Ma façon à moi de faire de l'esbroufe, en ce lundi poudreux un peu partout en France. Non, parce que ces boots Minelli sont censées être de la nouvelle collection printemps-été, évidemment. Qu'on a essayé de me les vendre "parfaites pour mettre avec une petite jupe sur des jambes bronzées, cet été, surtout vu les étés pourris ici à Paris", oui oui jolie vendeuse, mais moi, je les vois idéales pour mes slims d'hiver. Dans le gris de février, faut qu'ça brille. Et maintenant, ça reste encore plus fort que demain, si je dois te ré-écrire ton argument de vente. Pas conquise par le verbiage, je l'ai donc davantage été par le ramage. J'ai vite eu envie de prendre la poudre d'escampette avec et depuis, elles et moi, on se dore la pilule. 

doreouv.jpg

doreterre.jpg

dorelegende.jpg

Lire la suite

18 février 2013

"My same" (Adele)

Où ça va être bis repetita 

Le style, c'est la répétition de soi. Enfin, pour moi. Pas forcément couplé avec l'élégance, il relève plutôt de l'identité profonde, d'une quête parfois un peu longue et sinueuse (ah, feu mon obsession pour les chaussures Chie Mihara) et donc, de l'éternel recommencement. Quand on s'est trouvée, pourquoi se quitter ? J'ai bravement décidé, à trente ans, de me rester fidèle pour la vie. Fidèle à ce que j'aime, je mets, je mire et j'admire. Les mini-jupes. Les boots. Les jolis manteaux. Les slims. Les sweats. Les sneakers. Et dans cette short-list, qui compose 99% de ma penderie (il y a toujours un empêcheur de tourner en rond, évidemment), les deux derniers éléments ont été particulièrement sollicités ces dernières semaines, rapport à mon état. Un état désormais bien plus proche du Texas que de l'Ohio, question superficie, si vous voyez ce que je veux dire. Et en regardant les photos de looks dont je dispose pour faire vivre cette semaine sur le blog, je me suis rendu compte qu'il y aurait constamment du sweat et de la sneaker. Mince, et si le style, c'était l'ennui, aussi ? 

grisouv.jpg

grispied.jpg

Lire la suite

13 février 2013

"Il va y avoir du sport" (Silmarils)

Où on est bien dans ses baskets

Quelque chose me dit, et vous dit aussi, tant que vous êtes là, que les prochains mois, vous allez voir de la sneaker par ici. Un peu, beaucoup, à la folie, tant c'est la chaussure mummy-friendly par excellence. Une vraie chance pour moi d'ailleurs que les talons de 12 n'aient pas fait une OPA aggressive sur les rayons des multimarques, parce que là, j'aurais fermé les yeux, le porte-monnaie, ce blog, et toute l'industrie de la mode se serait effondrée d'un coup. (Je ne parle pas des dépressions en série parmi vous.) (Et mince, la Sécurité sociale, il ne manquait plus que ça. Et la dette extérieure, alors.) Là, pas de souci de longueur ou de hauteur : le sporty chic, définitivement, me parle, encore plus depuis que j'ai un ballon tout rond 24h/24 avec moi. Mais ne vous y trompez pas : ces photos datent de trois semaines. Depuis, le ballon de foot a plutôt pris des allures de ballon de basket, et il brigue le haut du panier. Prions pour qu'il n'atteigne pas le format montgolfière. 

skets1.jpg

skets2.jpg

Baskets Comptoir des Cotonniers (coll. printemps-été 2013, via Place des tendances), veste Kate Moss X Mango, pull Maje (sur le vide-dressing), jean H&M Mama, sac Margiela X H&M

skets3.jpg

sneakers comptoir des cotonniers

L'autre avantage: quoi de mieux pour monter avec allégresse les escaliers, ultime créneau sportif qu'il nous restera quand la 8e merveille du monde et la 1re du nôtre aura fait son apparition ? Quoi de mieux encore pour garder cette allure juvénile qui a fait craquer l'HDMV, alors que le gros sac à langer et la frise de rides aux coins de nos yeux plaident plutôt pour une retraite avancée et un séjour prolongé sur le canapé ? On dit volontiers dans nos bibles hebdomadaires que devenir mère, c'est du sport. Alors, autant attaquer cette compétition de haut vol du bon (et beau) pied. 

PS : Ce n'est pas parce que je ne fête pas la St-Valentin que VOUS n'allez pas être gâtées ! Je vous conseille de repasser ici demain, du beau beau cadeau précieux en perspective ...