Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 novembre 2012

"Babouchka" (Kate Bush)

Où je me mets au russe (pas de quoi en faire une montagne)

Appelez-moi Babouchka, chantez-moi du Kate Bush, offrez-moi du borsch et du caviar Belouga (pour une baleine, ce serait bienvenu), je suis en mode slave. Un imprimé auquel je ne pouvais résister, et tant pis si c'était au départ une robe transformée par la force des choses (et la radinerie du couturier aussi, allons-y gaiement) en tunique. De toute façon, il va falloir s'y faire, à cet empilage enrobant - slim / legging, car il risque d'être mon quotidien durant les quatre prochains mois. Alors, vous en pensez quoi de la matriochka, qui va bientôt jouer aux poupées russes ? 

tuniqueouv.jpg

tuniquetete.jpg

Lire la suite

21 novembre 2012

"Sleep warm" (Frank Sinatra)

Où il n'y a que la maille qui m'aille 

Dans la belle famille de "mes petites marottes", petites manies pour grande folle de sa penderie, il y a, chapitre 14, la maille épaisse. Ne pas comprendre ici la maille qui gratte, ou trop lourde, mais la maille cotonneuse à gros grain resserré. Presque nid d'abeille. Pas pull irlandais, mais plus pull scandinave, impeccable de régularité et au tombé plein d'aplomb. Genre le pull qui se pose là, "hey c'est moi le beau pull et je te promets, tu ne vas pas avoir envie de m'enlever au bout de cinq minutes". Il n'y a que cette maille qui m'aille, si on y réfléchit bien. Un point (mousse ou jersey), c'est tout. 

bellemailleouv.jpg

bellemaille2.jpg

bellemaille1.jpg

Lire la suite

19 novembre 2012

"When it's over" (Sugar Ray)

Où je n'ai pas vu le temps passer

A peine les présentations faites, et déjà je lui dis adieu. Et déjà je vous dis que vous ne le reverrez plus paraître ici avant une petite année. Pas le temps de m'attacher, ou même de me trouver belle dedans, je dois direct le mettre au placard. Voilà, c'est fini pour mon pantalon à pois Zara. Porté une seule fois grâce à la fameuse "technique de l'élastique", il n'a pas résisté aux poussées du bidon et à l'abus de raclette (pasteurisée, je rassure les médecins qui me lisent). Une taille 40. Pfff. Il faut me rendre à l'évidence : pour le pois, je fais désormais trop le poids. 

poisouverture.jpg

poisvide.jpg

Lire la suite