Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 juin 2015

"Close to me" (The Cure)

Où Instagram, c'est du lourd 

Il n'y a pas que des pivoines et des intérieurs parfaits en noir et blanc sur Instagram. Il y a aussi du vrai génie créatif, des filles aux doigts d'or, et pas uniquement pour sélectionner le bon filtre de photos. Des talentueuses plus que des exposeuses (ou des ex-poseuses, dans mon cas), des entrepreneuses, des bosseuses. Bref, Instagram offre de jolies découvertes qui me détournent de plus en plus des sentiers balisés de nos grands magasins, direction le fait main ou le pensé malin. Ma tenue du jour ? Pas moins que trois découvertes sur le réseau : la blouse signée Mademoiselle D, le sac de l'Atelier 13 et le sautoir de Natalia Henrik. Plus que de simples coups de coeur, des prises d'affection pour ces anonymes de la confection. 

dianeto1.jpg

dianetogrosplan.jpg

dianetoencore.jpg

dianetogrosplanbis.jpg

l'atelier 13,mademoiselle d,natalia henrik

On commence par la blouse ? Ma cinquième acquisition chez Diane (deux robes, deux blouses jusque-là) que j'ai détournée avec bonheur en gilet. Le sac ? Call me dandy. Une tuerie bien pratique (grand et zippé !) qui va s'assouplir tout du long pour devenir aussi chamallow que celui de la belle Anne-Sophie, sa créatrice. Quant au sautoir, mon précieux, mon indispensable que je mets autant que je peux, et dont je désespère que la créatrice, Nathalie, se soit mise en repos pouponnage. Mais au détour d'une traque sur des eshops, j'ai mis la main sur un de ses derniers modèles sur le marché, que j'ai très très hâte de vous montrer. On se donne rendez-vous sur Instagram pour les présentations ? Promis, vous le dégusterez ... Sans filtre. 

26 mai 2015

"Yellow" (Coldplay)

Où je change un peu de couleur 

J'voulais du soleil, voyez. J'voulais que ça flashe, que ça pète, que ça change, que ça brille. J'voulais des boutons d'or et des pissenlits, j'voulais du poussin et du canari, j'voulais rire jaune. Parce que le jaune, c'est le printemps, c'est gai et c'est chantant. Et dans ma penderie, colorblockée en noir et gris, c'est inédit. Pour atténuer le contraste, j'ai tout de même joué la carte de la familiarité avec les pois. Dans mon histoire, les petits pois ne sont pas verts, ils se marient même très bien avec le jaune d'oeuf. Ma recette pour un peu de bonne humeur en couleur ? Cette petite merveille signée Trench & Coat, une jeune marque de vestes et manteaux bien sous tous portants.  

trenchandcoat1.jpg

trenchdetail.jpg

trenchouv.jpg

trenchcoté.jpg

trench1.jpg

Lire la suite

12 mai 2015

"Dress" (PJ Harvey)

Du blanc, du long, mais non, je ne joue pas les mariées. Je joue les mères, aujourd'hui, à l'appel du collectif "On n'est pas que des mamans". Thème du mois : la robe fétiche. La robe qu'on sort quand on veut être jolie, la robe qui vous facilite la vie, la robe qu'on repasse avec minutie. A vrai dire, cette robe-là, elle est dans ma valise de vêtements d'été, au fin fond de la cave. Toujours pas remontée. Au fond du trou, la robe chouchou. Alors j'ai choisi de vous présenter ma future robe fétiche, allez. Celle qui, dans mon coeur, remplace la robe de mariée que je ne porterai jamais. 

robeouv.jpg

robefaceok.jpg

robelegende.jpg

robeprofil.jpg

robenecore.jpg

A croire qu'il y a beaucoup de frustrées du mariage en France, cette robe est épuisée un peu partout. Quand l'HDMV l'a vue, il a bloqué. "Elle est bizarre, ta robe". Bizarre, il a dit bizarre, l'anti-mariage, comme c'est bizarre. Je l'ai vite rassuré, tu sais le collectif c'est "on n'est pas que des mamans", pas "on est forcément des mariées". Ce dimanche-là, sous un joli soleil de mai et sous les yeux enamourés de son enfant, la maman était donc en blanc.