Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 juillet 2007

"Be bop a lula" - prononcer "Biba'p a lula" svp (Elvis Presley)

Ou Indiana Jonette est contente de lire Biba, finalement

En empaquetant mes 17,5 kg de fringues pour mes 3 semaines dans le Sud (ne me demandez pas ce que je ferai de mes Maloles ou de mon sac Matière à Réflexion à Cagoland, je ne le sais pas très bien moi-même), j'ai exhumé quelques achats soldes de presse dont j'avais volontairement oublié l'existence. À commencer par un bloomer Maje, certes froncé de la poche (2nde manie chez moi après les manches ballon, vous suivez ou non?), mais hautement incompatible avec les températures arctiques qui règnent dans la capitale.

Evidemment, la chose fera parfaitement l'affaire dans le Sud, noyé entre trois shorts en crochet pimkiesques dans les ruelles varoises. MAIS, le drame à H-2 avant le Tigivi, que mettre en haut, mes bonnes dames, quand nos chers Petits Bateaux taille 18 ans iraient à peine à Passe-Partout, merci mon Brun et le sèche-linge?

Là intervient ma seconde exhumation de la matinée : le top Paul & Joe Sister pour Biba que je trouvais limite bon pour faire les vitres. D'où sa place hautement discutable dans mon fourre-tout à sous-vêtementeries. Certes, on ira pas au fashion ouikène d'Hyères habillée comme ça, mais pour exhiber sa tongette le long du rivage, ça passera tout à fait :

shortshortbis

L'est pas belle, l'histoire? Surtout que ce Bibatop a sauvé ce short d'une mort Ebayesque franchement certaine.

ATTATION cependant : cette histoire ne vaut pas pour toutes les merdailles que nos magazines féminins chéris nous refourguent tout l'été, à commencer par le débardeur So Sonia que j'ai été OBLIGÉE d'acquérir pour lire Isa dans le train (car NON, je ne lis plus ELLE l'été, je le répète, je le martèle, je le HURLE à la blogosphère entière).

Il n'est même pas digne de mes vitres.

Et vous les filles, des bonnes surprises dans les magazines de l'été? Ah, et aussi... Short ou pas short?

26 juillet 2007

"L'histoire d'une fée, c'est ..." (Mylène Farmer)

Il est une fille, sur cette Terre, qui m'a fait oublier Vanessa Bruno. Même que je croyais pas ça possible, même que la ligne Athé, ai-je longtemps cru, était dessinée pour moi, mes longs bras de méduse, mon cou de Sophie la girafe, ma passion pour le molleton - merci Jane Fonda-.

En un temps, trois coups de dé à coudre, une Fée a relégué Vanessa au 2e rang de mes icônes modesques. Depuis que cette généreuse Punky B me l'a fait découvrir, je piaffe. Je guette la moindre de ses nouvelles merveilles sur son site. Je vais même la voir, "en vré", quand elle expose ses jolies choses, et je soupire devant ces manches ballons et ces noeunoeuds totalement faits pour la Punky Brewster qui sommeille en moi. Et la Fée sourit, et la Fée rougit sous les compliments.

Mais que fait-on d'un trésor? On le partage, ou on le garde pour soi? J'ai longtemps hésité, j'avoue (bouh, la vilaine Punky Brewster). Pas folle, la guêpe-girafe : si vous lui commandez toutes des choses, elle aura plus de temps pour moi, hein ? J'vous vois toutes débarquer, le chèque agressif, et que je veux du So Sweat, et que je veux de la jupette boule, et qu'il me faut cette broche en trois exemplaires. Mais bon, la solidarité fashionesque me perdra, j'avoue tout. L'île au trésor, c'est .

sweatgrissweatbis

sweatnoirporsweat_noir

Ce soir, la Fée Violette fête ses 25 ans virtuels. C'est donc un peu la fête de toutes les Fées, non? Alors, bonne fête ma Fée.

.... C'est pas tout ça, mais elle sera prête quand, hein, ma blouse beige col Claudine?

24 juillet 2007

"The real slim shady" (Eminem)

Anna W., Valérie T., Carine R. et Marie L. ont récemment signé son arrêt de mort dans leurs derniers éditos. Sans état d'âme, aussitôt porté,  aussitôt brûlé, les Cruella de nos magazines ont encore frappé. Il n'aura donc vécu qu'une grosse année et demi sur les nano-culs et autre big bootys féminins et masculins (eurk) de la planète mode, ce pauvre Cheap Monday, ce pauvre April 77, ce pauvre SLIM.

Alors que la taille haute et l'évasement pelle à tarte sont désormais érigés en 11e commandement, un lundi de juillet, j'ai décidé d'aller, en bon Poissons que je suis, à contre-courant. Vous l'aviez compris ici, moi, les diktats, je m'assois dessus avec mon "medium-sized" booty. Il me fallait un pantalon gris, bien coupé, et c'est ce bon vieil ami Cotonnier de formation qui m'a aidé dans cette quête : le TAFY, slim mais pas trop trop, littéralement cigarette c'est à dire droit en bas et non resserré. Pour vous montrer ce crime de lèse-Wintour-Glamour-Topinambour, ma nouvelle blouse blush du plus Bel Air, déjà aperçue chez Balibulle :

tenuepos_e

lablousesilhouetteOK

Une vraie rebelle en blouse rose, tête de mort les Bijoux de Sophie assortie.
Tremble, Anna Deubleuyou, tremble.

Et vous, les filles ressortirez-vous votre slim cette rentrée?