Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 décembre 2006

"Underneath it all" (No Doubt)

Demain, je vais shopper avec Vanessa Bruno. Ouais. Ecarquillez pas les yeux, là, vous allez mettre plein de votre nouveau mascara Clinique gratuit sur vos pommettes et ce sera vilain.
Enfin, je vais shopper avec la Fée qui, pour moi, signe de petites merveilles parfaitement dignes de la ligne Athé donc, selon un syllogisme évident, je shoppe avec une styliste trop dans le vent.
Donc, je vais claquer. Aïe. Beaucoup. Re Aïe. Ce qui explique pourquoi depuis 11 jours, je me tiens à gros carreaux quand je passe devant un magasin. Sage, la grande fille modèle, tu mets tes envies derrière ta frange.

J'ai seulement effectué un achat à côté duquel vous ne passerez pas cette saison, ou alors vous habitez Malibu ("Mary Kate, Gwyneth, you're not concerned by this, sweeties"), ou alors vous carburez déjà au jodhpur comme une bonne Marie-Estelle que vous êtes, ou alors votre fourrure  de jambes vous suffit pour affronter la baisse des températures. Mais pour toutes les adeptes de la robe (qui avec ma taille, échoue pas plus loin qu'à mi-cuisse) ou de la jupe bouboule, ce sera collants opaques ou rien.

collants


A droite, collants opaques gris H&M, 6,90 euros, à gauche, pour l'hiver tout froid bouhou, collants gris en laine, 12,90 euros,  parce que je suis frileuse.
Chez Bershka aussi,  vous trouverez du pas cher.

"Il est vraiment temps qu'elle se remette à acheter parce qu'elle perd en glamour, là"
Et là, vous ne croyez pas si bien dire car je continue sur le sujet vive-le-vent avec une autre pièce anti-couture au possible : le sous-pull. Quand les petits flocons commenceront à tomber, quand la bise s'engouffrera dans vos paletots, vous serz drôlement contentes de porter un sous-pull sous votre si jolie robette.

souspullasos1grissouspullasosbleu


souspullcomptoirbleusouspullcomptoirnoir

souspullnocollec244souspullnocollection27

En haut : sous pulls Asos (photo Asos)
Milieu : sous pulls Comptoir des Cotonniers
Bas : Sous pulls No Collection en vente privée sur www.brandalley.fr (si besoin de parrainage, c'est comme hier)


Je crois que vous avez désormais bien compris qu'il vous faudra un sous-pull dans votre armoire cet hiver. 
"Et mon Damart qui pique alors, je le ressors?"
Bah j'ai envie de dire que c'est pas moi qui l'porte hein?

PS : J'ebaye pas mal de choses, dont un Charlotte Darel, des ballerines Mellow Yellow, des bottes plates noires Ash... Clic dans la colonne de gauche à partir de 13h00.

05 décembre 2006

"A mistake" (Fiona Apple)

L'erreur est humaine, et chez moi, elle est même fréquente. Combien de fois une pièce neuve, ramenée  au magasin dans le meilleur des cas, donnée revendue sur Ebay pour désengorger la penderie? La grande fille modèle, "que d'la gueule", ouais.
Mais en ce mercredi, jour des gentils nenfants, j'ai eu envie de sensations fortes. Alors non, pas d'essayage de jodhpur en gros velours, pas de débat "pour ou contre le body s'il est siglé Vanessa Bruno?" , j'ai mieux en rayon : la faute de goût. Vous savez, la pièce que vous mettez en photo sur vot' blog et pis on sait pas pourquoi, y'a pas de commentaire dessus. Vous la mettez sur Ebay, personne n'enchérit à 0,99 euros. Vous la mettez sur vous, et même le gentil Papy Brossard change de trottoir.  Ah, je vois des mines compréhensives, et je citerai pas d'nom, j'suis pas comme ça. Ici, on s'assume, on s'oute, on revendique haut et fort sa faute de goût.
Méditons ensemble cette considération de Diana Vreeland, ex rédac chef de Vogue, aperçue chez Géraldine : "Un peu de mauvais goût, c'est comme une pincée de paprika. On a tous besoin d'une pincée de mauvais goût. C'est vigoureux, c'est sain, c'est physique", extrait de "La Mode pour les Nulles", la Fashion Philo selon Moi, bientôt dans tous vos WC / cabas Jérôme Dreyfuss, selon l'estime que vous lui portez.
Bon vous êtes prêtes? Je précise que la photo ne rend pas justice à l'atrocité de la chose, boulochée, couleur au-delà du criard, 3,50m de longueur donc physiquement inmettable. Et pour finir, invendue sur Ebay à 3 euros en 3 tentatives à 2 euros. Qui dit mieux? 


echarpemoche

-Moi :Bonjour, je m'appelle G...
- Vous (en choeur) : Bonjour G. !
-Moi : Je m'appelle G. et... j'ai acheté et mis cette horrible écharpe "bleu des Mers du Sud".
- Vous : Clap Clap clap !

C'est à vous maintenant. Je vous préviens, si je suis la seule à m'afficher, ... Je "bude".

02 décembre 2006

"Carbon Copy" (Urban Dance Squad)

Une terrasse au soleil, un Monaco (petite joueuse, vraiment), vous ou moi dans cette petite blouse Sandro grise à fleurs bleues chèrement acquise aux soldes presse ("Pousse toi, traînée, j'avais posé l'index dessus avant que tu y aies mis ton majeur") et, à la table mitoyenne, un couple, deux paires de Wayfarer mais surtout... la même blouse Sandro, mieux portée si ça se trouve, à deux centimètres de la vôtre, votre Brun qui rigole, votre visage qui s'enflamme, payé fissa le Monaco, la gueule dans la Punto jusqu'à la maison.

LE drame existenciel de la modeuse, être "in" sans être "like". Ma solution: toujours chercher le petit créateur dans l'air du temps mais évidemment, avec sa patte et sa petite distribution (faut-il vraiment que je vous rappelle mon coup de foudre pour Matières à réflexion?)

Bref, c'est là que je vous donne une des clés pour exister dans ce dilemne de tous les instants ô rage ô désespoir, et même que vous me remercierez si ça se trouve : les ventes Fruit Rouge. Pourquoi? Parce que ce site propose, dans la veine du pointuesque Chic Dressing, des petits créateurs à des prix hyper convaincants. Mais pourquoi en parle-je aujourd'hui, hein, alors que vous allez le voir, le site est fermé jusqu'au 27 août et que donc, tout ce blabla ne sert à rien pour le moment? Parce que j'ai reçu sur mon lieu de vacances, merci fraise-framboise-bigarreau, ma dernière commande Emma Pearl. J'ai remué le web entier, un 1er août, par 30°,  pour dénicher quelques informations sur cette marque... J'avoue, j'ai échoué. Une précision, cependant, qui vaut avertissement : Michel Zbob (bon, j'ai oublié son nom, certes), créateur d'American Vintage, prends garde à toi, on marche sur tes plate-bandes. Et parfaitement, avec ça. La preuve :

pearl1pearl2

Emma Pearl, châtaigne à gauche, perle à droite, 18 euros l'un, Photos Helmut Niouton-John, toujours

Vous noterez la persistance estivale et sudiste de ma tête de mort signée Sophie, au grand dam de ma Mutter pas très branchée gothique du XIè parisien.

Ah, j'oubliais : Emma, c'est pas joli-joli de copier ton confrère Michel Zbob. T'aimerais, toi, que ta voisine de terrasse ensoleillée porte la même blouse Sandro que toi? Non mais ces créateurs, j'te jure.