Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 avril 2012

"A place called home" (PJ Harvey)

Où il est enfin mien, enchères et en os

Je l'aurai traqué jusqu'au bout du monde, et au bout du monde, je l'ai trouvé. Trouvé là où des Américaines,  elles, n'ont pas pris le temps de le chercher. Elles ne savent pas, peut-être pas encore, je le souhaite à la créatrice d'Heimstone. Et je le déplore pour le compte en banque de cette gentille styliste new-yorkaise, qui s'est séparée sur Ebay de son gilet Betty pour une bouchée de bagel (on adapte aux spécialités régionales). (Une bouchée de bun). Bref, bagel ou bun, ça reste du bon pain. 100 euros frais de port DHL compris, prix d'amie. L'amitié franco-américaine a de beaux jours devant elle. En tout cas, sur moi, elle a bon dos.

DSCN0270.JPG

Gilet Betty Heimstone, robe Zara (coll. actuelle), sac Zadig & Voltaire

DSCN0271.JPG

Lire la suite

28 mars 2012

"Say my name" (Destiny's Child)

Où je ne suis pas sans nom

Quand on vous rend hommage, la moindre des choses, c'est d'y faire honneur. Et honneur est d'autant plus facile à faire quand il s'agit de mettre en valeur un sac qui porte votre nom. Oui, vous avez bien lu. Quand un des créateurs de sac français parmi les plus pointus et talentueux donne votre deuxième prénom à l'état civil (vous voulez la photocop' de ma carte d'identité ou ça va aller?) à l'une de ses créations, d'abord, vous rougissez. Vous êtes humbles, vous avez parfois l'air de l'oublier. Ensuite, vous vous dites qu'il serait bon de faire un peu de publicité à votre double, et vous en parlez ici. Surtout que Matières à Réflexion (LE créateur aux superlatifs ci-dessus) a sorti un mini-Galliane. Et tout ce qui est petit est mignon, alors Mini-Galliane a rejoint dare-dare sa (ma) maison. Voilà, je vous laisse avec mon mini-moi.

DSCN0265.JPG

Sweat Sandro (merci Valentina, je le mets tout le temps !), jupe Ba&sh,
bottes Jonak, sac Matières à Réflexion

DSCN0263.JPG

Lire la suite

16 novembre 2011

"J'envoie valser" (Zazie)

Où je me joue des bijoux, c'est fou

Chez moi, le mot "bijou" ne s'accorde jamais au pluriel. Jamais. Parce qu'au pluriel, on l'associe inéluctablement à ses vils congénères de grammaire "pou", "genou", "hibou" et un bijou, ça reste bien au-dessus. A la rigueur, cela peut rimer avec "caillou", quand la pierre est précieuse, mais encore. Ensuite, chez moi, il reste toujours singulier parce que je suis une monomaniaque de la nuque, du doigt, du poignet. A mon oreille, joaillerie rime parfois trop avec quincaillerie, et je préfère 100 fois la simplicité. C'est pourquoi, dans ma vie, le bijou voyage toujours en solitaire. Mieux vaut être seul que mal accompagné, et souvent, la belle compagnie a un prix. Alors, je ne change jamais mes montures. Une bague à chaque main (présent de ma belle-mère et de mon HDMV) (mais je veux bien m'assouplir sur ce point-là, ce n'est pas mon dernier carat) (*diamant, diamant*) (*Mauboussin, Mauboussin*) (*Taille 49, taille 49*), une montre (Zadig & Voltaire en acier brossé), un duo de colliers (Ginette NY & Djula), une paire de boucles d'oreilles. Ne manquait plus que le bracelet qui allait habiller mon poignet. Bracelet trouvé ici, chez Twicy Store, la jolie boutique que je vous avais fait découvrir il y a peu. Quand j'ai vu ce lien Coralie de Seynes, j'ai décidé de ne pas couper le cordon.

IMG_0362.JPG

Lire la suite