Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 octobre 2010

"She's expensive" (The Virgins)

Où l'argent ne fait pas (forcément) le shopper

D'abord, le loyer, et tiens, le ravalement de façade, mais je t'en ficherais, moi, du crépi noisette sur les balcons. Ensuite, l'essence, j'ai beau être super, avoir des idées mais pas de pétrole, c'est quand même mon tour le plein cette semaine. Et l'assurance, et la mutuelle, et la facture de téléphone, et l'Internet. Canal +, 30 euros pour m'aliéner à Jour de Foot tous les samedis soirs et l'Equipe du dimanche quand je suis vraiment méchante. Je t'en footerais, moi, du ballon en Germanie avec les cicatrices de Ribéry, le dimanche soir, comme si c'était déjà pas assez le cafard. Puis, le téléphone mobile, et les textos hors forfait (c'est ça d'essayer chaque semaine de gagner l'it-bag de Grazia avec le charity SMS). Et après ça, enfin, vous vous souvenez que vous êtes une fille et que vous aimez la mode. Mais après ça, votre compte en banque, il se contente de deux décimales. Alors, pour continuer de shopper, bref, pour continuer d'être une fille normale (la même qui veut l'it-bag de Grazia), je vous conseille de jeter un oeil sur The Outnet.

outnet1.jpg

Sandales et ballerines Vanessa Bruno,
bottes et escarpins et spartiates Sigerson Morrison,
bottes frangées Iro,
sandales Lanvin

Lire la suite

15 septembre 2010

'"Just like heaven" (The Cure)

Où il est bon, parfois, de faire la fine bouche

Nos je d'enfants ont tous rêvé, une nuit, d'être enfermés dans une pâtisserie. D'être pris en macaron dans une bonbonnière, entre deux religieuses bien poudrées qui en laisseraient plus d'un baba. Un éclair de gourmandise, innocent, que l'on confie bien volontiers. Moi, depuis que ma mère ne me choisit plus mes vêtements le soir, c'est dans une gigantesque boutique de fringues que je rêve de faire la bringue. Lâchée, seule, en furie, dans une fashion féérie. Et si possible, une boutique où tout me plairait, de la devanture aux sacs, de la vendeuse aux atours sur les portants. J'ai trouvé sur le web cette petite merveille : que les gourmandes comme moi se ruent chez Yume. C'est tout simplement yammee.

14092010452.jpg

Boucles d'oreilles Titlee

Lire la suite

06 juillet 2010

"Belle" (Notre Dame de Paris)

Où je vais vous raconter un vrai conte de pieds

Il était une fois une Américaine, Kari Sigerson, et une Anglaise, Miranda Morrisson, qui se rencontrent sur les bancs du Fashion Institute of Technology. On est à New-York à la fin des années 80, elles sont belles, elles sont pleines de bonnes résolutions, elles boivent sûrement des macchiato latte Starbucks  et portent des Converse blanches sous leurs jeans bleach. "Oh, t'aimes les couleurs pop, toi?" (Kari). "Oh oui, le gold aussi, les lanières, les spartiates, comme toi quoi" (Miranda). "Tiens, si on créait notre marque de chaussures trop bien ?" (Miranda) "Ouiiiiiiiiii !" (Kari, Américaine, donc un peu hystérique). Voilà à peu près ce que l'on sait de la création de la sublissime marque de shoes Sigerson Morrisson. Même si on suppute que Kari, l'Américaine "Hiiiiiiii", a sans doute fait jouer sa ruse stars & stripe pour imposer son nom en premier sur l'enseigne en néon de leur première boutique. Kari, le prénom ultime de la fashionista, l'histoire des séries américaines nous l'apprendra peu après.

belle1.jpg

Sigerson Morrisson, collection été 2010

Lire la suite