Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 décembre 2006

"The end has no end" (The Strokes)

Ou comment les histoires glamour finissent mal

Lui et moi, on ne s'aime plus. On ne se regarde plus. Erreur, en fait, je peux plus le voir, bêtement enfoui qu'il est dans un tiroir.
L'amour dure trois ans, professait mon Beigbeder abhorré, et ça m'électrise le clavier de le dire, le grand dadais avait raison. Gérard et moi, 36 mois, c'est fini. Mon premier gros investissement amoureux de stagiaire toute contente d'entrer dans la vie active. Je me suis trompée, le grand bluff des magazines, l'envie de faire une folie, d'une belle chose dans mes H&Meries estudiantines. Passe-partout. Pas assez rock'n'roll. Petit, atrocement petit pour la grande fille que je suis. Du "it" au "hate bag", il n'y a que deux boucles de différence, et là, elles sont cruellement bouclées.

darel

Trêve de l'oublier, maintenant, je le trompe. Par la pensée, le pire j'imagine, et Fiona Delîledelatentation est d'accord avec moi, même qu'elle l'a dit à à Ben, hier soir. Marie Sue, tu m'comprends, là.

erotobagcamelerotobleu
Photos Shopbop

Le prix de ce divinesque accessoire de mains Erotokritos est marqué 782 dollars. Me demandez pas la traduction en euros, d'abord, quand on aime on ne compte pas, et puis dans ces échelles de prix là, je n'arrive pas à convertir. Ca fait trop souffrir, et on souffre pas dans une relation (toujours Fiona à Ben).
Mais finissons en avec Gérard. Même si je n'ai plus envie de lui, l'éjecter de ma vie n'est pas facile. Imaginez, c'est comme si Domino n'adressait plus la parole à Isabel Marant, MH plaquait son Brontibay ou encore Punky B (*link* link* ;-) banissait de sa vie ses lunettes Lanvin.
Je quitte pas Patrick Topaloff, là. Je suis en train quitter Jude Law.

Alors, je fais quoi? Et pour celles qui n'ont pas d'avis, avez-vous déjà eu envie de bazarder un achat de prix alors que, raisonnablement, vous devriz le garder?

20 décembre 2006

"Argent trop cher" (Téléphone)

Joëlle Goron, sors de mon corps, je ne me reconnais plus. Je râle, je coup de gueule, je n'ai plus rien de la grande fille modèle noeudnoeud en tête, manches ballons sur les bords. Bientôt, mes lectrices, mes copines bloggeuses, elles vont me confondre avec La Méchante. En ce lundi matin, alors que je m'apprête pour ma quête de ces bottes Zara parfaites (là, mon lectorat se scinde : une première partie, bienveillante, admire cette rime digne de Frédéric Mitterrand ; l'autre, plus discutable, se demande comment je fais pour pratiquer le shopping le lundi),  j'aurais bien voulu vous présenter ma dernière acquisition Athé (oui, la ligne Athé est nonante fois plus réussie que sa grande soeur vanessabrunotoutcourt, plusieurs d'entre vous l'ont fort justement constaté et écrit). Vous livrer les secrets du port de doudoune (on blousonne partout, allègrement, Iro par ci, Zara par là, mais mes bonnes filles, on va doudouner sévère cet hiver, et ce sera autrement moins aisé que le blouson finement taillé pour nos jeans Jane).

Ma crise de Goronite aigue sera soignée, j'imagine, quand les fameuses bottes Zara seront à mes pieds. Mais d'ici là, j'ai un autre sujet de mécontentement, et c'est toujours une histoire de pieds, justement. Depuis plusieurs saisons, nos amis les chausseurs bas prix (Eram, Bata, André et coetera) font appel à des designers haut de gamme (Prairies de Paris, Madame à Paris...) pour dynamiser leurs ventes et rafraîchir leur clientèle. Après la très ratée collection Maloles pour André (mon compte Ebay s'en souvient encore, deux mois à les revendre ces bébêtes), doit arriver, le 26 août, la collection Gaspard Yurkievich chez France Arno. Mais attention, les Yurkaddict's, la fiesta a déjà commencé sans crier gare :

gasapard

(Photo prise samedi à Haussmann)

Bon, les 41, inutile de ramener votre fraise, en ballerines grises, y'a déjà plus rien. Je vous rassure : le talon est une atrocité qui contredit totalement les 109 euros affichés sur l'étiquette.

vivien

Et quand j'ai lu que les ces beautés en veau velours (jaune ou marron) et cuir (gris) siglées Michel Vivien pour André exigeaient, elles, 125 euros pour orner nos orteils, mon sang de Joëlle Goron n'a fait qu'un tour.
André et France ont vraiment pété un plomb. Faudrait voir à prévenir leurs familles.

14 décembre 2006

"Fashion victim" (Greenday)

Hier, l'équipe de France de basket a perdu à l'Euro, hier Brice Hortefeux a sermonné 20 préfets qu'étaient trop gentils avec les méchants sans-papiers, hier les Italiens ont fait la grève des pâtes.
Hier, j'ai accompli un pas apparemment capital dans la vie d'une modeuse parisienne. J'ai aussitôt pensé à la première fois où Marc Jacobs a réalisé un croquis (une souris, forcément), la première fois où Ségolène Royal a déposé son bulletin dans une urne (le délégué de classe, sûrement), la première fois où Loana a enfilé un soutien-gorge ("Man' ! Tu m'passes le 75A en léopard, je trouve que la dentelle fuschia c'est trop classique-e-e-e-uh" - la Niçoise a de l'accent).
Hier, j'ai pensé à tout ça en foulant pour la première fois de ma vie le sol vitrifié de chez Colette.
A l'intérieur, l'air était tout à fait normal (pas plus high-quality que chez Huit à Huit), les gens aussi (j'ai pas vu de nanas en total look Jennyfer, mais il n'y en a pas dans le quartier, c'est sûrement ça la raison), seul l'étage mode m'a surpris car il n'y aucun portant pour essayer des vêtements. Tu regardes le modèle sur le mannequin et t'admires, point (de code) barre, du coup Colette qu'est vachement sympa comme fille malgré son prénom de nonne te réconcilie avec ta CB.

Plus sérieusement, une fille comme moi (ouais Garance), la frange au vent et le portefeuille troué gruyère, vous croyez qu'elle n'achète rien chez Colette?

colette1

Alors, alors... Des babies Chloé ? Un chauffe-coeur en chinchilla Miu Miu? Une paire de gants cuir framboise pas mûre MJ ?

colette2

Vous étiez vraiment loin du compte, là. Une boîte métal de cachous à la pomme verte Hello Kitty, 3 euros en caisse. Hyper trendy, il paraît que la femme de ménage - de la voisine - de Marthe Mercadier ne jure que par eux. Vérification gustative faite, ils n'ont aucun goût, effet "nude" garanti pour les adeptes. Y'a pas à dire, question tendance, Colette tape vraiment toujours dans le mille. Bon, la première qui me sortira désormais que je suis une fashion-victim, elle tournera sept fois sa langue dans sa bouche, OK? J'lui filerai un cachou pour qu'elle s'entraîne.

PS : sinon, j'ai shoppé pleiiiiiiiiin de trucs avec Ma fée et Angie, et déniché une boutique super pour les filles qui aiment le cuir à prix raisonnable. Bientôt, si vous êtes sages.