Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 avril 2013

"It's raining again" (Supertramp)

Où ça jette comme un froid

Ca nous est tombé dessus, comme ça. Des chutes en cascades, des chutes d'eaux, des chutes de température, et il faut qu'on s'en relève. Après avoir goûté au soleil et à la semi-canicule, à la petite terrasse, au vernis sorbet, à la douceur de vivre, à l'amour et aux chipolatas, il faut qu'on reparte comme si de rien n'était, enfin si, comme si c'était novembre, novembre en presque mai. Oui, mais ... Alors, on s'est adaptés : dans la penderie, les petits tops à l'arrière-plan, les gilets en laine au premier plan. Et les grands couturiers de se creuser la tête : on va leur mettre quoi sur le dos, à Cannes ? De la fausse fourrure, pour de vrai ? Etant donné que ma carrière cinématographique est au plus bas (c'est ma fille l'actrice, sa prestation dans "Les 400 coups" lui vaudrait bien la palme), que je ne sors pas non plus d'une télé-réalité bon marché, cette problématique ne me concerne que peu. Pour mes rares sorties de jeune maman au foyer, mes "marches", j'ai donc tranché : on ressort les collants, et les robes qu'on ne rentrait pas cet hiver pour cause de protubérance abdominale. Une deuxième chance, en quelque sorte. Finalement, même après avoir eu mon bac maternité, mention très bien je précise (j'ai pris option "coliques", essayez, c'est coton), je passe au rattrapage mode. Pluie, vents, marées, que ça nous tombe dessus, pour moi, ça tombe bien.

ba&sh

ba&sh 

ba&sh

Bon, évidemment, cette robe est une Ba&sh. Comme désormais 70% de ma garde-robe, assumée, revendiquée, portée, claironnée, vendue, lavée, essorée, séchée, repassée. L'hiver peut bien jouer les prolongations, pas de souci, les amies : j'ai largement de quoi remporter ce match dans le temps additionnel. 

00:54 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : ba&sh

16 avril 2013

"Copycat" (The Cranberries)

Où je poursuis ma Kate

De la poule ou de l'oeuf, nul ne sait, même Wikipedia, lequel vint en premier. Entre Kate et moi, permettez, personne ne sait qui a vu Fredo la première. Permettez également que je lui laisse le statut de poule (de luxe), j'adore les oeufs. Tout ça pour vous dire que miss Bosworth et moi mettons nos oeufs dans le même sac depuis quelques temps. Il ne s'appelle pas Jamie ou Brad, mais Fredo, à croire que la cocotte de l'upper east side aime s'encanailler du poulailler. A elle les rues animées de New York, à moi les trottoirs familiaux de Saint-Cloud et Boulogne-Billancourt. A elle le it-boy pour accompagner le it-bag, à moi le it-baby pour mettre la main dans le sac. Une vie sur nos épaules, mais nous faisons bien bandoulières à part. 

kateouv.jpg

katesac.jpg

Kate-Bosworth-Jerome-Dreyfuss-Fredo-Bag1.jpg

 

 

Lire la suite

02 avril 2013

"Back for good" (Take That)

Ou "des trésors dans votre penderie" (mais pas sur M6)

Mes doigts ont frénétiquement lutté, mon ventre s'est nerveusement rentré, ma lèvre a été copieusement mordillée, j'en ai au sol tapé du pied, mais rien n'y a fait. Encore un jean où je ne re-rentre pas, que je repose désespérement sur la pile. Et à côté de cette pile, il y a la face souriante de ma penderie, avec ces vêtements achetés pendant la grossesse en pensant à "après". "Après", ce n'était pas alors les nuits rikiki, ni les bras transformés en lit bébé, mais plutôt un moment idyllique où la jeune maman, à la ligne retrouvée, gambaderait comme si de rien n'était dans ces perles dénichées en soldes sous un ciel printanier. Pour cet "après", on reste toutefois dans l'"à peu près" : la jeune maman rentre dans ces perles, mais elle ne gambade pas encore avec joli bébé, et le ciel printane autant que le nouveau pape danse le tamouré nu sous sa toge. Patience, ce petit monde, tout va bientôt tourner rond. Mais en attendant, j'ai quand même envie de mettre mes cuisses au carré. 

tailleouv.jpg

taille2.jpg

Lire la suite