Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 septembre 2012

"Just like heaven" (The Cure)

Où je confirme la possibilité d'une île 

Miscellanées de ma semaine en terre corse 

IMG_1497.JPG

IMG_1494.JPG

IMG_1468.JPG

IMG_1485.JPG

IMG_1496.JPG

IMG_1563.JPG

(Robe Sessun été 2012)

IMG_1512.JPG

IMG_1473.JPG

IMG_1527.JPG

IMG_1522.JPG

(Short Gat Rimon - été 2012, top Autre Ton - old, sac Cool & the Bag été 2012 - modèle France Gall)

IMG_1564.JPG

IMG_1566.JPG

IMG_1513.JPG

IMG_1561.JPG

IMG_1568.JPG

Veste Monty Isabel Marant - hiver 2013

Pour faire passer la pilule le jour du départ, j'ai décidé de ramener un souvenir typique de Corse : une veste Isabel Marant. Ce n'est pas faute de l'avoir cherchée à Paris mais que voulez-vous, c'est à Bastia que j'ai trouvé ma pépite. On dit souvent que le bonheur est dans le pré. Pour moi, il était sur une île. Et parce qu'il n'y a pas de raison que vous n'ayez pas de cadeau vous aussi, je tirerai parmi les commentaires de ce post la gagnante du tote-bag Cool and the bag que je porte ici sur les photos

Capture d’écran 2012-09-02 à 21.10.00.png

Voilà, un petit post pour atterrir en douceur de ma parenthèse insulaire où, vous l'avez constaté, il a été très peu question de mode (et beaucoup de carlin, un modèle qui ne manque pas de chien). Mercredi, promis, on reprend les choses sérieuses. Les pieds bien sur terre, mais la tête ... 

PS : Réassort sur le vide-dressing !

20 août 2012

"Too hot" (Kool & the gang)

Où je fais mon one-woman chaud

Du bout des doigts, j'écris ces lignes. Voilà bien les seuls membres que j'accepte encore de bouger, prise en étau par le sacré coup de chaud qui nous est tombé dessus. De passage dans le Sud avant un séjour bien mérité dans l'extra-Sud, celui où la possibilité d'une île prend des airs de réalité lagon, j'économise mon organisme au maximum. Gros repas, sieste, lectures, repas, dodo. Et la mode alors ? Et bien, elle est parfaitement intégrée à ce programme d'effort minimum (déjà que le reste de l'année ... Hum). J'admire celles qui se décorent l'orteil gauche de motifs de nail art, enduisent leurs paupières de fards nacrés, enroulent leurs cheveux dans un chignon head-bandé complexe, et accessoirisent l'ensemble de bracelets tintinabulant. J'ai pour ma part une conception extensive des vacances : les neurones, les papiers, la cuisine et la penderie sont mises au repos. Le brushing, au frigo. Et quand je sors, j'enfile du léger et surtout du prêt-à-porter. Au placard la haute couture, la grande flemmarde essaie juste de garder un peu de tenue.

DSCN1692.JPG

DSCN1694.JPG
Robe Monoprix (col. actuelle), sandales Comptoir des Cotonniers (été),
sac et ceinture Ba&sh

DSCN1688.JPG

Remarquez, en étant partisan du moindre effort, on peut très bien aller chez Monoprix acheter de l'écran total et ressortir avec dans son cabas une petite robe à papillons prête à enfiler. Ce qui, si on y réfléchit, est bien plus aisé que de sortir avec un panama neuf si on entre dans une phamacie, ou une paire de nu-pieds chez le boucher. Rah, mais j'avais dit qu'on ne réfléchit plus l'été. Vous voyez, il suffit que je reprenne le fl du clavier et déjà, je papillonne.

01:25 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : monoprix, ba&sh

23 juillet 2012

"Sunday afternoon" (Texas)

Où le dimanche, ce n'est pour moi qu'un petit lundi

Le dimanche, dans ma vie, n’a rien de sacré. Aucun rite à lui attacher, aucune grand-messe télévisuelle à ne pas manquer, c’est le septième jour de la semaine dans toute sa banalité. Le jour du seigneur peut-être, mais qui rime surtout pour moi, avec jour du labeur. Le dimanche, je ne chôme pas. Je travaille même, au moins deux fois par mois. Et quand comme hier, je vois sur le trajet des silhouettes alanguies sur des transats, éparpillées dans le Parc de Saint-Cloud, alors que je rallie le béton et la climatisation, je prends sur moi. Une femme de devoir. Maintenant, le dimanche, il y a un avantage certain à venir parader au bureau : allées désertes, les chefs ne sont pas là, et mes ballerines souris dansent. Du coup, j’en profite pour sortir le short court sans risquer de me faire rabrouer en long et en large. Mon casual Sunday, en quelque sorte. Au bureau le dimanche, c’est comme votre vendredi : la vie sauvage.

188.JPG

193.JPG
Jupe-short Isabel Marant (coll. actuelle), veste et blouse Zara,
sac Vanessa Bruno, ballerines Repetto via Ann Tuil,
collier Chic Alors via Twicy Store

183.JPG

182.JPG

Je ne vous dis pas comment je porte le short-jupette de madame Marant version taille extra-basse, quand même, pour des raisons de décence bien évidente. Séduite par son côté pratique, et son imprimé, depuis un certain tweet de miss Julie, j’ai un peu ramé pour mettre la main dessus. Ce n’est pas pour autant que je l’autoriserai à dévoiler mes dessous.

PS : Dites, vous est là fin juillet - début août, je continue à poster ? Wouhou ?