Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 décembre 2011

"Rock the casbah" (The Clash)

Où dès que je porte du léo, il part

Dès qu'il voit la bête, pour lui, je n'ai plus rien de la belle. C'est à n'y rien comprendre, et mieux vaut parfois ne pas chercher. Quand les enfants redoutent le grand méchant loup, l'HDMV, lui, a peur du look graou. Le léopard, une phobie dans son surmoi, sûrement une vieille réminiscence de la robe de Katia dans Le Père Noël est une ordure. C'est de saison, me direz-vous, à défaut de raison. Il avait déjà haussé les yeux à la vue de mes ballerines Zara, et l'arrivée de mon Léo tout nouveau, tout beau n'a pas réussi à le réconcilier avec le multi-taches. Je m'en fiche, je n'ai pas envie de sortir les griffes pour lui faire entendre raison. Comme Léo et moi sommes si bien assortis le jour, manquerait plus que le félin qui partage mes nuits m'en fasse une crise de jalousie.

IMG_0489.JPG

Lire la suite

23 novembre 2011

"Gigolo aunt" (Pink Floyd)

Où je suis une mauvaise fille en aiguilles

Les petites annonces, c'est un art à part entière. L'art de dire tout et n'importe quoi en très peu de mots, ce qui n'est pas donné à tout un chacun. C'est souvent payant, d'ailleurs. Mais parfois, entre le tout et le n'importe quoi, la petite annonce balance très franchement pour la seconde solution. "Tout", c'est vite trop. On vend une "jolie maison avec mezzanine lambrissée", et pas avec un robinet qui coule. Pourtant, le robinet fait partie du tout, mais pour vendre sa camelote, c'est plutôt du tout au rien. On cherche "un beau jeune homme drôle et sérieux", mais sans préciser qu'il doit aimer Grey's Anatomy et les virées chez Merci. Merci, beaucoup. Bref, quand on se vend, on ment. Rien de que la qualité, ma bonne dame. Alors moi, aujourd'hui, je ne ferai pas la liste de mes qualités. D'abord, on n'a pas la journée devant nous (on ne sait jamais, si mon hébergeur décide comme hier de nous couper les vivres). Et puis, je ne suis pas comme ça. Alors Galliane, c'est une jeune femme qui ne sait pas : faire des rond avec sa langue. (Il n'y a pas de hiérarchie dans cette liste). Laver les petites gouttes de calcaire sur la paroi de la douche. (Sérieux, il y en a qui arrivent ?) Conduire à Paris. Ne pas faire de shopping à Paris. Partager son pop-corn au cinéma. Coudre. Peindre. Sauter à l'élastique. Tricoter.

IMG_0387.JPG

Lire la suite

09 novembre 2011

"Me and my boyfriend" (Toni Braxton)

Où après le "jean petit-ami", le cousin

Les liens du PACS ont beau être ce qu'ils sont (c'est à dire impénétrables ailleurs que dans la froideur d'un tribunal), il y a des choses qu'avec l'HDMV, on ne partagera jamais. Sa passion pour la PS3 et les jeux de Formule 1. Son amour des quenelles de brochet (il y avait donc un enfant qui aimait en bouffer à la cantine, et je suis tombée dessus. Wouhou, lucky me). Ses goûts en matière de déco ("Ce lampadaire à trois boules chromées, vraiment ? On vit dans une salle d'attente de dentiste?") Et sa penderie. Ahhh, sa penderie. Des pulls col en V polyester, des chemises non repassées et des chaussures presque à ma pointure. Mais des Camper ou des Adidas. Donc pas de chaussures. Oublié, les théories fumeuses du "aujourd'hui, on partage la penderie", le vestiaire unisexe de The Kooples, la chemise d'homme qu'on porte ouverte au sortir du lit. Fini, la mythologie de Comptoir. Chacun son cachemire, et les chèvres seront bien gardées. Ceci dit, quand j'ai vu que la tendance, après le jean, était au manteau boyfriend, j'ai retroussé mes manches et la raideur de mes principes pour me convertir à ceux de l'école mixte.

IMG_0294.JPG

Lire la suite