Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 août 2011

"Mama Corsica" (Patrick Fiori)

Où il faut comme l'île, boucler ces vacances en beauté

"Divine idylle sur une île", ça s'appellerait. Sept jours d'absence, au cours desquels on ne m'a pas vue dans le Vercors sauter à l'élastique. Non, j'ai plutôt cherché à voler des amphores au fond d'une crique corse, sans succès. Alors, je suis revenue de cette semaine passée sur l'île qui porte si bien son nom et si haut ses couleurs (émeraude, ocre, turquoise, corail). La Corse, tout un poème, mais je ne vais pas en faire tout un fromage. Tout un brocciu. (Ca, c'est fait). Au générique de fin, en lettres sablées, par ordre d'apparition : le ciel, le soleil et la mer ; la soupe de fraise au sorbet de myrte ; les dorades à mes pieds ; les palmes à mes pieds ; les radios italiennes ; le civet de sanglier ; les maisons en pierres sèches ; la soupe de fraise, je vous en ai parlé ? ; les étoiles corail à mes oreilles, cadeau de l'HDMV (une tradition en Corse : on offre un bijou en corail à une femme à chaque occasion de sa vie) ; le mojito de fin les pieds dans le sable.

180820111812.jpg

2011-08-20 13.39.53.jpg

(Around Bonifacio)

190820111822.jpg

(Lendemain de notre arrivée, d'où l'absence de bronzage)

180820111814.jpg

(La plage privée)

200820111848.jpg

(Encornets grillés à la plancha sous nid de poivrons et pommes persillées)

200820111834.jpg

(Pippa Middleton.) (Ou seulement son short Maje, c'est selon)

200820111845.jpg

220820111860.jpg

200820111828.jpg

Quelques clichés pour boucler cette parenthèse enchantée, avant de piquer le nez dans les cartons de déménagement. Aïe, ça se corse.

PS : Vide-dressing mis jour ! Du Sandro, Eple & Melk, Marc Jacobs, Lynn Adler, des baisses de prix ... Et un cadeau pour chaque commande groupée !

PS : Dites, pour faire péter mon retour, j'aimerais bien passer les 100 followers sur Twitter ?

01:00 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (19)

08 août 2011

"Kiss the bride" (Christophe Willem)

Où la carpe se marie au lapin

La mariée portait des Repetto vernies rouges. Comme un petit fruit défendu, qu'elle ne dévoilait qu'à la demande, des salomés pomme d'amour pour de sa vie, le plus beau jour. C'était osé, osé et réussi, tant et si bien que j'en ai maudit, au final, ma tenue bien tradi. Camel et blanc, tout fout l'camp, moi je vous le dis. Rien pour twister l'ensemble, même pas un chignon, même pas un bracelet vert amazonie, rien. La plus plate harmonie. Risque zéro sur l'échelle du vestiaire.

Sandro, Abaco, Jonak, Repetto

Robe Sandro (2011), compensées Jonak (2011), ceinture Les Composantes (2011)

Et puis j'ai eu le temps de ruminer ma prudence, avec sous les yeux, les escarpins bleu électrique de ma copine Adeline. Le deuxième effet Keep Cool, après les Repetto rubis. Ca m'apprendra à redouter le mix de couleurs aussi fort que ma deuxième ride (la première est arrivée, merci de votre sollicitude, je vous la présenterai bientôt). De toutes façons, me dis-je en mon for intérieur, la mariée était trop belle pour que je cherche, ne serait-ce qu'une micro-ipod-nano seconde, à lui voler la vedette. Prudence est mère d'amitié, c'est bien connu. D'ailleurs, pour me remercier, la reine du jour m'a envoyé tout droit son bouquet. Au prix d'une haute lutte (mesurer 1m80, cela ne sert pas QUE dans les rayons des supermarchés, NDLR), qui a coûté la moitié des pétales de l'ensemble, j'ai remporté le trophée, rapporté fissa sous le nez de l'HDMV. Mariée dans l'année. A voir la tête de mon perdreau, c'était vraiment le bouquet final.

PS : et sinon, recevoir le sac pochette prévu pour compléter la tenue le lendemain du mariage, ça vaut combien, dans l'échelle de la loose ?

sandro,abaco,jonak,repetto


01:43 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : sandro, abaco, jonak, repetto

20 juillet 2011

"Oh la la" (Brigitte)

Où je me mets en mode profil bas

Vous n'êtes pas sur un blog mode. Vous n'êtes pas face à une blogueuse mode, passez votre chemin. Les indices ? Parce que ce n'est pas aussi clair que l'eau de pluie qui dégouline sur vos oscillo-battants* ? Vous m'avez vue, ces dernières semaines, un head-band dans les cheveux, le signe "V" comme il se doigt sur mes modestes photos, des sneakers Isabel Marant aux pieds ? (Rah oui, je l'accorde, lâchez-moi les baskets.) (Je ne suis pas une blogueuse mode, mais je n'en reste pas moins femme. Faible. Faible femme. Fille. Mauvaise fille.) Reprenons. Vous m'avez vue, jamais au grand jamais, arriver à marier du vert jungle, du jaune bouton d'or, un bracelet rose fluo dans ma tenue, et pouvoir aller bosser comme si de rien n'était ? Ca y est, vous m'avez comprise. Je ne porte jamais d'head-band, pas plus que de bracelet inca ou tête de mort, je ne sais pas poser et je n'ai pas de Reflex (hormis aux raquettes de plage, vous verriez ça, imbattable). Quand d'autres filles, elles, vous font rêver avec du poncho ou du cropped tee-shirt H&M. Vous arborent un vernis Essie à la semaine, et un Balenciaga au mois. Vous convertissent même aux creepers. I'm a creep, moi. Je ne suis pas une blogueuse mode, je suis juste une fille qui a un peu de goût. Une fille au goût simple.

150720111722.jpg

Lire la suite