Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 janvier 2009

"Oh my god" (Mark Ronson feat. Lily Allen)

Où il faut quand même bien revenir un jour, même un lundi de janvier

De prendre le souffle nouveau, dirait Jean-Louis A., il est temps à nouveau. Inspire, expire, écrire. Mais avant d'écrire, j'ai bien lu. Consciencieusement, avec mes petites Prada du diable sur le nez, tous vos commentaires et vos emails. Que j'ai classés en deux catégories : d'abord, les "Fan de", délicieusement repulpants, les "quand c'est que tu reviens, dis?", "tu nous manques", "je n'ai pas d'amie comme toi..." Mieux qu'une session de Gossip Girl avec des Louboutin aux pieds et George qui nous amène un Nespresso. Et puis, la deuxième série, outrageusement marrante : les "Tu vends ta paire de bottes?", "Je trouve plus ta jupe sur le post du 16 juin, tu veux pas t'en séparer alors que c'est un cadeau de ta mère pour tes 25 ans et me la revendre?". Il fallait absolument que je revienne mettre les clothes au poing : quand je vends, mesdemoiselles, c'est ici que ça se passe. Point. Quoique devant le ton alangui d'une jeune fille égarée dans ma Prairie de Paris  j'ai consenti à lui céder une robette. Depuis, je me la figure sous verre, chez elle, au-dessus d'un autel dédié à ma grâce, ma générosité et mes photos sans tête.

Avant d'écrire, j'ai bien vu, aussi. A Barcelone, que les Espagnoles n'étaient pas très olé olé, avec leurs slims et leurs Converse étoilées aux pieds. A Paris, qu'Isabel Marant était bien chiche de solder la robe Goldorak, mon dessein très animé, à -30% à peine. Dans Voici, que Michelle Obama et ses robes sac allaient faire la couv' du Vogue. Dans les boutiques Kookai, que le tour de cou n'existait plus, que je le recherche en gris à prix d'amie, que non che n'ai pas chanché d'adresse (email) et que toute offre en ce sens sera accueillie avec grand sourire.

malalababapochette.jpg
Malababa, collection hiver 2008, ouverture de la boutique en ligne pour la collection été

On termine avec quoi, pour ces retrouvailles? Avec un snapshot de cette sublissime pochette Malababa que je n'ai vue sur aucun poignet barcelonais, c'est un comble. Un petit clin d'oeil à mon dernier week-end en amoureux, doublé d'un symbole : mon blog, en 2009, je vous le dis, ce sera in the pocket.

00:15 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : malababa

05 janvier 2009

"This year's love" (David Gray)

Où en 2009, tout sera neuf, et pas brouillé, et on en fera pas tout un plat, et on arrête la coque

L'an dernier, à la même époque, Carine R. me demandait une interview, je faisais la couv' de Vogue, je ne savais pas encore que le gilet en fausse fourrure allait fondre sur la France comme les minettes germanopratines et germanophones sur Tokyo Hotel. C'était le temps des fleurs, où l'on vivait sans peur, où chaque jour avait un goût de miel (Dalida, éponyme). Un CDI, une rupture, un enterrement plus tard, Tokyo Hotel n'a toujours pas droit de cité dans ma platine (Macy Gray, Sexomatic Venus Freak en ce moment même), la fourrure ne pousse toujours pas sur mes épaules, Carine R. ne m'appelle plus because I'm no longer influent, et je ne poste que les jours pairs avec du soleil. Entrez donc dans ma décadanse.

012.JPG
Jupe honteusement courte Et Vous, top Vanessa Bruno, bottes qu'on voit pas et c'est dommage Maloles
011.JPG

Que de charivari, tourneboulement, rififi à Paname. Je ne me rappelle plus ce que l'horoscope de Gala me prédisait, pour 2008, à moi, petit Poissons entraîné en eaux troubles. Entrez dans ma décandanse, plus tout à fait la même, Galliane, qui arrête les robes babydoll, le brownie en sachet, les pop songs de Zazie. Mais qui a regardé son planning, hier, et a vu que ses chefs l'avaient mise en week-end le 7 janvier. Jour d'ouverture des soldes. On ne change pas une fille qui gagne : 2009, Isabel, Sonia, Pierre, Marc, me voilà.

00:15 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (55) | Tags : et vous

12 novembre 2008

"Lucid Dream" (Franz Ferdinand)

Ou d'un battement d'aile d'un papillon à une étoile

Ma soeur a eu 30 ans ce week-end et une bague Etoile Marine de Mauboussin. Je ne sais pas ce que je penserai de l'état du monde et de la mode à 30 ans, mais je sais qu'une bague Mauboussin m'aidera sûrement à en penser du bien. Cela étant dit, chargée d'immortaliser la star du jour avec mon appareil crépitant, j'ai tout bonnement oublié ledit objet de culture dans le Sud. La tête dans les étoiles, je viens de vous le dire. Tête en l'air, l'air de rien, rien dans ma tête. Alouette. Inutile de préciser que ce blog sans mes immortelles prises de vue, vous allez vite déserter. En grignotant ma 2e boîte de mini-Smarties, tantôt, j'ai eu un flash. Ouh ouh ouh ouh, en quatre couleurs (Plastic Bertrand, Ca plane pour moi). Un petit post fourre-tout, ça vous dit ?

BagueEtoileMarine-Medium-3-132126_XL.jpg
Ca, c'est pour que ma soeur se la raconte auprès de ses deux copines qui lisent mon blog. "Elle est pas belle ma bague?" "Elle est belle ta bague", répondez-vous en choeur.

noelsessun2.jpg

Ca, c'est le dernier appel officiel que je fais avant d'aller me rabattre sur des low-boots du même tonneau dont je déplierai à vie le revers : si vous avez des bottines Blondie de Sessun en bleu marine, collection hiver dernier, en 40, et que vous voulez craquer sur un autre modèle, je suis la pauvre fille qui renflouera votre compte bancaire.

warmi1.jpg

Ca, c'est parce que vous aviez toutes beaucoup à la folie aimé les créations de Warmi, et que la marque organise une vente presse les 20 et 21 novembre prochains au 55, quai de Valmy, 75010, 2e étage.

burffitvente.jpg

Ca, c'est parce que vous aviez aussi beaucoup flashé sur Burfitt, la marque de la super dessinatrice suédoise, qui organise elle aussi sa vente presse les 13, 14, 15 novembre 8 boulevard de Ménilmontant, 75020 Paris.

D'un coup, même sans appareil-photo, je me sens utile, à vivre et à rêver (Julien Clerc, l'homme qui fantasme sur les jupes en laine). Donc de votre côté, si vous pouviez hurler  à ma soeur qu'elle rapatrie fissa en colissimo mon Nikon cool de la pix, ce serait formidable. L'avenir de ce blog en dépend. Call me mélo-yellow.


PS : un joli manteau Isabel Marant et des low-boots tout aussi Marant sur la Solderie.
EDIT : la robe Isabel Marant en jean est à nouveau dispo sur la Solderie.

02:36 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (21)